From Brussels to Auckland without a plane
Currently traveling
  • Day2

    Bruxelles - Départ

    March 30, 2019 in Belgium ⋅ 🌙 8 °C

    Après moultes aventures et plusieurs faux-départs (on aime bien faire des feintes), nous nous lançons enfin dans notre tour du monde. Une dernière soirée avec la fine équipe de Bruxelles (merci de nous avoir supporté et hébergé pendant ces 3 semaines), un départ en speed et c'est parti ! A 1h10 du matin samedi 30 mars, premier départ de notre périple, direction Lüneburg en Allemagne.

    À bientôt les amis, vous allez nous manquer <3 <3
    Read more

  • Explore, what other travelers do in:
  • Day2

    Lüneburg - Sacha and the stints

    March 30, 2019 in Germany ⋅ ⛅ 16 °C

    Arrivée à Hamburg vers 10h30 après une nuit compliquée dans le bus. Pas le temps de se reposer on reprend un train pour Lüneburg où l'oncle d'Hadrien nous attend. Petit Gin Tonic pour se réveiller et c'est reparti. On a la chance d'être avec un super guide, Sacha nous fait découvrir les recoins de la ville en ponctuant la visite d'histoire et d'anecdotes.

    Le centre de Lüneburg a conservé son aspect médiéval ce qui lui donne un charme comparable à celui de Saint Malo (pour les connaisseurs bretons). Construite sur une colonne de sel, au Moyen-âge la ville s'est enrichie grâce à ce commerce. Petit problème cependant, à l'époque les mines de sel étant creusées un peu partout, il arrive désormais que certains immeubles ou maisons s'effondrent suite aux forrages approximatifs même si les salines sont fermées depuis longtemps.

    La ville est aussi connue pour son université réputée, où travaille parfois Sacha. Fait intéressant l'université est installée dans les anciens bâtiments de l'armée allemande nazie, c'est donc une multitude de grands barraquements en brique rouge qui se présentent à nous lorsqu'on s'y promène.

    Comme on aime découvrir les spécialités culinaires on se sent obligé (bon ok on est surtout de bons mangeurs) de goûter les stints, des éperlans frits, le tout en profitant d'un soleil réchauffant sur les bords de la rivière.
    Read more

  • Day2

    Visite virtuelle de Hanovre

    March 30, 2019 in Germany ⋅ 🌙 15 °C

    Arrêt virtuel à Hanovre grâce au documentaire de Sacha Kagan (mon oncle) qui nous a hébergé a Lüneburg.

    Absente des cartes touristiques, Hanovre vit pourtant une petite révolution citoyenne et montre le chemin sur la route de la transition écologique. Les multiples actions culturelles, artistiques, sociales, écologiques et/ou économiques lancées et portées par les habitants leur permettent de se réapproprier l'espace urbain et d'explorer le champs des possibles en matière de ville soutenable.

    En suivant les habitants qui portent ce mouvement proteïforme on découvre de multiples initiatives ; des potagers collectifs, un terrain vague transformé en skatepark et village citoyen, des performances organisées sur l'espace public qui interpellent les passants sur des questions telles que la crise migratoire, des jeunes qui pratiquent le parcours et redécouvrent l'espace urbain, un collectif regroupant artistes de Hanovre et artistes migrants qui éditent ensemble un magazine, le premier magasin bio local sans emballage et sans aucune trace de plastique à l'intérieur (oeuvre d'un génie bricoleur)...

    Les exemples se succèdent et montrent la diversité des actions qui émergent dans cette ville grâce à la volonté des citoyens.

    Hanother le film de Sacha, est le fruit d'un travail de recherche de 3 ans. La caméra passe d'épaule en épaule grâce à l'implication des étudiants de l'Université de Lüneburg permettant une multiplicité des regards portés sur la ville de Hanovre.

    Les plus curieux peuvent consulter le teaser du documentaire et sa description en anglais ici: https://hanother.wordpress.com/about-hanother-english/
    Read more

  • Day3

    La marche des Hamburgers

    March 31, 2019 in Germany ⋅ ⛅ 7 °C

    Qu'il soit pélerin, flanneur, explorateur ou migrant, le marcheur se distingue des cyclistes, joggers ou autres conducteurs. Rien ne résiste au marcheur obstiné ; une ruelle, un passage, une porte dérobée... ses 2 guibolles le portent à un rythme binaire guidé par sa curiosité urbaine.

    C'est en suivant cette philosophie que Sacha, habitué des marches dérivatives, nous guide dans la cité des Hambourgeois. Les premiers pas nous mène dans Schanze, quartier anarchiste en transition bobo. L'ancien théâtre "Rote Flora", squat historique et symbole de l'activisme de gauche, côtoie désormais les nouvelles boutiques tendances et les cafés branchés, au grand dam des habitants du quartier qui voient cette gentrification d'un mauvais oeil.

    A quelques encablures de là, nous pénètrons dans St Pauli/Reeperbahn, quartier rouge de Hambourg, où se presse habituellement la foule de touristes éméchés dans des strip clubs bon marché. Mais un dimanche à 15h les grandes avenues sont vides, la bataille a eu lieu la veille, au sol quelques détritus témoignent encore des scènes d'ivresse qui s'y sont déroulées.

    Nous continuons un peu plus loin et nous tombons logiquement sur la rivière et le fischmarkt, les lieux de luxure étant généralement à proximité des ports. Pour les plus matinaux un marché a la criée s'y déroule chaque jour à l'aube, nous n'irons pas vérifier. Le long de l'eau on observe les bateaux qui se remplissent pour transporter les accros aux comédies musicales dans les 2 immenses structures de l'autre côté de la rive : le Roi Lion en boucle dans l'un, Mary Poppins en série dans l'autre, on passe notre tour également.

    Direction le centre ville et son imposant Hamburger Rathaus (Hôtel de ville). On ressent la richesse de cette cité membre de la ligue hanséatique. Le style reste cependant sobre, l'ascétisme des protestants n'autorisant pas la dorure et autres fioritures plus communes dans nos contrées latines. Fait insolite, ce bâtiment abrite à la fois "la maison du conseil" de la ville et le parlement du Länder de Hambourg. En effet, Hambourg est une cité-état ayant le même poids au niveau fédéral que la Bavière ou sa voisine la Basse-Saxe.

    Notre marche nous mène ensuite à quelques centaines de mètres, devant le Binnenalster, littéralement le lac intérieur, grande étendue d'eau artificielle en plein milieu de la ville. Nous apercevons derrière, le Außenalster, le lac extérieur, celui-ci est encore plus étendu. Hambourg est une ville d'eau, la plus aquatique d'Europe même, elle contient plus de canaux qu'à Amsterdam où Venise.

    Nous terminons nos déambulations dans le quartier gay, St Georg. Sacha s'amuse à nous expliquer les contradictions de cette zone où tentent de cohabiter turques, queers, islamistes et catholiques. Ainsi autour du même paté de maison se trouve le club préféré des amateurs de SM, la cathédrale de l'archidiocèse de Hambourg et une quinzaine de mosquées. Apparemment cette cohabitation n'est pas du goût de tous et les tensions sont parfois fortes entre les hommes en cuirs et les religieux en robes longues.

    Vous l'aurez compris, Hambourg est une ville d'une grande diversité où chaque quartier témoigne d'une facette différente de sa population.
    Read more

    Pepita Kagan

    Bravo Hadrien et Sacha super guide pour ce beau récit sur Hamburg.

    4/8/19Reply
     
  • Day4

    Berlin - Iouri, photos and carrots

    April 1, 2019 in Germany ⋅ ☀️ 8 °C

    De nouveau à Berlin pour 2 petits jours. On est accueilli chez Iouri rencontré il y a 2 ans à Nachtdigital et qui fait désormais partie de la famille (wesh Jojo). Il n'a plus son legging léopard et son totem lanterne à paillettes, mais il conserve toute sa bonne humeur.

    Iouri nous amène au Holzmarkt, un complexe alternatif au bord de la spree, créé par l'équipe du club Kater Blau là où se situait le Bar25, légendaire club techno fermé en 2009. Dans ce lieu, se côtoient une crèche, des appartements avec vue sur la rivière, un studio de musique, une troupe de théâtre, un restaurant, une pâtisserie, une maison d'édition, une société de production cinématographique, un caviste, un bar en plein air ou encore des installations en bois pour se poser et boire une bière au bord de l'eau. Le lieu se veut un village urbain, durable et alternatif. Le compromis idéal pour le clubbeur en fin de vie, qui dépasse la trentaine et envisage une existence rangée mais pas trop.

    Mardi, lendemain de veille, on monte sur nos vélos et on roule jusqu'au C/O Berlin. On y découvre le travail de Boris Mikhailov, photographe Ukrainien, à travers une exposition intitulée : "Before sleeping, after drinking".

    Debout dans un parc se tiennent un homme et une femme le visage et le corps marqués par la vie. Ils ont le regard troublé par l'alcool, l'homme est torse nu et tient un poisson par la queue, la femme porte un châle bleue sur la tête et une bouteille a la main. On devine la mise en scène mais l'état de dégradation des corps est telle que la misère est criante de vérité. Boris Mikhailov ne prend pas de belles photos, il documente la vie de ceux qui se sont fait écraser par le soviétisme. À mi-chemin entre anthropologisme et voyeurisme certaines images en sont mêmes dérangeantes. On comprend que le photographe a payé pour que ces pauvres gens se dénudent, exposent leurs maladies et leur misère dans un acte ultime de prostitution qui leur retire toute dignité humaine. On s'interroge alors sur le rôle de l'artiste qui devient acteur de l'humiliation pour mieux la dénoncer.

    Notons que Boris Mikhailov s'est toujours dédié aux exclus de la société, c'est l'un des chroniqueurs les plus importants de la vie post-soviétique. A 80 ans, son œuvre est désormais reconnu dans le monde entier et a été notamment exposée à New York, Londres, Berlin où encore Vienne.

    On finit la journée par un peu d'escalade dans une salle de bloc qui vibre au son de la techno minimale, impossible ici d'oublier que l'on est à Berlin.

    Le soir avec Iouri : une flûte de pan, un harmonica, une guitare, une maracas et 3 voix. La chanson "Just carrots" sortira prochainement :).
    Read more

    Yeah!!

    4/5/19Reply

    Looking good guys! Hugs from Chris and Alexia

    4/8/19Reply
     
  • Day6

    Wróclaw - Kryzstof and the dwarfs

    April 3, 2019 in Poland ⋅ 🌬 18 °C

    Arrivée en Pologne, première destination Wroclaw élue ville européenne de la culture en 2016. A peine la frontière passée, la route devient cahoteuse à l'image de certaines en Belgique (clin d'oeil à nos amis belges ^^). Notre couchsurfeur, Krysztof un jeune polonais travaillant avec les enfants trisomiques, vient nous chercher à la gare et nous accueille comme des rois et reines. Les polonais sont extrêmement polis, il est d'usage de respecter les aînés, d'être galant envers les femmes et d'accueillir au mieux ses invités.

    Malgré les ravages de la Seconde Guerre mondiale dû notamment aux affrontements entre russes et allemands, le centre ville possède encore de nombreux anciens bâtiments datant du Moyen-Âge qui en font tout son charme. Les alentours par contre ressemblent davantage à certaines banlieues francaises avec leurs grandes tours HLM.
    Wroclaw est traversée par le fleuve Oder qui sépare la ville en 12 îles enjambées par plus de 120 ponts, ce qui vaut à Wrocław le surnom de "Venise polonaise".

    Les spécialités culinaires polonaises sont riches en viande  : dumplings au porc, le zurek (un bouillon servi dans un pain rond avec du lard, des oeufs et des patates), le borscht (une soupe de betterave), le goulash et toute sorte de saucisses. De quoi tenir au corps ! Comme de coutume nous sommes obligés de tester et on est agréablement surpris, c'est certes copieux mais très goutu.

    Après le repas, place à la vodka que les polonais affectionnent particulièrement. Pour tenir la distance, ils les accompagnent de sortes de tapas : rollmops, tartare de boeuf, cornichons, etc. Il n'est pas rare de trouver des groupes de polonais assis à une table de pub partageant une bouteille de vodka entière.

    La religion fait partie intégrante de la vie des polonais. Pour preuve, les multiples églises présentes dans la ville, les nombreuses représentations de Jésus chez notre hôte ou encore le groupe de jeunes prêtres que nous croisons en train de prier dans la rue.

    Krysztof nous explique que 350 statues de nains en bronze - érigées à partir de 2001 pour commémorer le mouvement anticommuniste Alternative orange - se cachent dans la ville. Le jeu commence, nous tentons de les dénicher sans grand succès (on en trouve une vingtaine) les coquins sont trop bien planqués !
    Read more

    oué ba je préféré manger des huitres à oléron :D

    4/5/19Reply
    Pepita Kagan

    Quelle rapidité deja en Pologne

    4/5/19Reply
    Hadrien Kagan

    Yes on doit être en Russie pour le 18/04, donc on peut pas trop trainer en route

    4/5/19Reply
     
  • Day8

    Krakow - Culture, histoire et yeux cro

    April 5, 2019 in Poland ⋅ ⛅ 13 °C

    Cracovie est une ville multiforme proposant au visiteur de nombreux visages : histoire, architecture, fête, rencontres. Après le calme de Wroclaw, l'ancienne capitale polonaise ressemble à un parc d'attraction, les églises et bâtiments du Moyen-âge remplaçant les manèges ; les cortèges de bus scolaires se subsidiant aux groupes d'evg beuglant des chansons à peine audibles.

    Heureusement ce qui nous frappe dès notre première déambulation n'est pas cette nuée de touristes mais bien l'aspect culturel et historique - la vieille ville étant encerclée par le parc Planty et les vestiges de l'enceinte médiévale.

    Pour rendre hommage à cet entre-deux tourisme/culture on se laisse mener par un tour guide : visite de l'université où Copernic a étudié et où Marie Curie fut refusée, du marché central où se déroulait les ventes d'or, d'argent et de sel, de la porte nord par laquelle les rois passaient avant de se faire couronner, du château surplombant la ville, le tout saupoudré d'anecdotes amusantes.
     
    Le ghetto de Cracovie est désormais un quartier dynamique où les polonais viennent se retrouver boire une bière ou une vodka. Nous tombons par hasard sur un micro bar où trois polonais nous accueillent sourire aux lèvres. On met peu de temps avant de comprendre que si leurs yeux se croisent ce n'est pas dû à un problème physique mais aux multiples vodkas bières et autres alcools enchaînés depuis midi ! Et ils sont en grande forme ! Le plus jeune nous emmène dans un autre bar tester le burger au porc et sauce au porc (autant dire que je goûte à peine ^^) avant de retourner dans son QG trinquer de nouveau.

    Le lendemain découverte de Nowa Huta, l'ancien quartier communiste qui comprend d'immenses complexes d'habitation construits à des fins de propagande. La pluie fait son apparition rendant l'atmosphère pesante et mélancolique, mais peut-être est-ce seulement dû à notre gueule de bois...
    Read more

  • Day11

    Cimetière juif de Varsovie

    April 8, 2019 in Poland ⋅ ⛅ 17 °C

    L'entrée du cimetière juif de Varsovie est gardée par un grand portail noir qui rompt la monotonie du mur d'enceinte en brique rouge. Le garde percevant notre hésitation, nous fait signe d'entrer.

    Avant les premières allées, plutôt bien entretenues, une petite place s'étend avec une cabane de gardien, des toilettes et quelques bancs. Un groupe de jeunes Israëliens écoutent leur guide qui s'adresse à eux en hébreu. Avec le drapeau de leur pays sur le dos en guise de cape, ils nous rappellent les jeunes croisés quelques jours auparavant à Auschwitz-Birkenau.

    Nous nous éloignons de cette agitation pour nous enfoncer dans le parc. Le paysage est irréel, nous entrons dans une forêt de tombes. Les stelles sont enchevêtrées dans une jungle de bouleaux. Le lieu semble abandonné depuis si longtemps que les pierres ont pris la couleur des arbres. Les tombes sont endommagées, certaines brisées, à terre, d'autres branlantes soulevées par les racines. Il est interdit à quiconque de toucher une pierre tombale juive, c'est pourquoi elles sont ajoutées les unes par dessus les autres, recouvrant les plus anciennes.

    Sur celles restées debout, on devine des inscriptions en hébreu que nous ne pouvons déchiffrer. Les symboles sur les tombes nous donne des informations sur la vie du défunt, sa famille et même parfois les causes de sa mort. Quelques exemples :
    - Deux mains faisant un geste de bénédiction : le défunt était un Cohen, famille membre du clergé hébreu
    - Une bibliothèque : le défunt était un rabbin
    - Un couteau rituel : le défunt était un mohel, qui pratique la circoncision
    - Un arbre ou une fleur brisée : symbole polonais indiquant une mort tragique ou à un jeune âge

    Fondée en 1806, le cimetière juif de Varsovie est l'un des plus vastes d'Europe, plus de 200 000 juifs ont été enterrés ici. Durant la seconde guerre mondiale il a été le témoin d'attrocités commises par les nazis, des milliers de juifs assassinés repose ici dans des fosses communes. Toujours en activité, une zone plus récente accueille même de nouveaux résidents chaque année.
    Read more

  • Day12

    Back to nature

    April 9, 2019 in Poland ⋅ ☀️ 6 °C

    Après quelques jours à déambuler dans des métropoles direction la nature. Premier stop a Augustow avant de découvrir un parc naturel.

    Le stop fonctionne toujours aussi bien en Pologne. Nous avons à peine attendu sur le bord de route.Read more

    Sebastian Pycz

    Netta River. Believe or not but I was born in Augustów. I will visit there in less than a month lol

    4/17/19Reply