Joined February 2017 Message
  • Day12

    Cérémonie hindoue

    November 4, 2017 in India ⋅ ⛅ 6 °C

    Aujourd'hui c'est fête au village ! Notre hôte de Jodhpur, dont nous apprendrons qu'il travaille pour une ONG financée par le gouvernement indien dans le cadre de programmes destinés à éduquer les indiens en matière d'hygiène ("clean India" : installations de toilettes principalement, mais aussi sensibilisation à leur utilisation,...), a invité 300 personnes pour fêter la construction des 2 bâtiments où nous avons été accueillis et qui lui servent de bureau pour l'association. C'est également aujourd'hui la pleine lune et la fête des Sikhs. Notre hôte est de la caste des guerriers (une caste élevée) et est également vishnoi.
    La fête consiste principalement en une très très longue cérémonie hindoue, orchestrée par un brahmane (la caste des prêtres). Au début de la matinée, un petit autel en terre est construit. Le prêtre va y dessiner une forme géométrique avec de la farine, du curcuma et du pigment rouge. Deux autres petits autels sont disposés à côté, sur lesquels sont soigneusement disposés des petits tas de riz blanc, ce qui ressemble à des fruits secs, et des épices. Plus tard dans la cérémonie, ce seront également des bananes, de l'eau, des pétales de soucis oranges, de l'argent qui seront offerts, et même de la bouse séchée, qui sera brûlée.
    La cérémonie durera près de 4h (!) durant lesquels le prêtre, assis au centre avec un micro, lit des mantras en sanskrit, pendant que Son, son frère et leurs femmes font au fur et à mesure des offrandes sur les autels. À côté et en face de lui sont assis notre hôte Son et sa femme, ainsi que le frère de Son et sa femme. Au début de la cérémonie, hommes et femmes sont "attachés", un voile est noué sur le sari de la femme et ensuite posé sur l'épaule de l'homme. Les femmes, comme au village à côté de Dausa, cachent leur visage sous leur voile.
    Tout le monde est assis par terre, sur le sol recouvert d'une natte et de grandes couvertures, et sous une grande toile qui a été dressée le matin même, heureusement car il fait très chaud (au moins 35°). Les femmes sont d'un côté, les hommes de l'autre.
    À la fin (enfin, ce que nous croyons être la fin!) tout le monde se lève et le prêtre raconte une histoire à propos des dieux. Puis chaque convive se voit offrir un morceau de banane et un petit bracelet de fil. Chacun est invité à donner de l'argent. Les offrandes sont en grande partie brûlées.
    Madan, le guide francophone qui nous a rejoint ce matin, nous emmène un peu à l'écart et nous explique que pour les hindous, il y a 33 dieux. Chacun peut choisir quel(s) dieu(x) il choisit de servir. D'après lui, tout le monde en Inde est croyant. C'est presque une obligation car sinon, comment expliquer tout ce qui se trouve autour de nous ? Si nous respirons, s'il y a le soleil pour nous réchauffer, la terre pour produire de quoi manger, si un jour la vie s'arrête alors c'est bien qu'il y a quelque chose qui a fait en sorte que tout cela puisse exister.
    Il nous explique également qu'il n'y a pas réellement d'obligation dans la religion hindoue, à part toucher le sol le matin pour remercier la terre, toucher les pieds de ses parents en signe de respect, et remercier l'enseignant, le professeur.
    Pendant ce temps-là, une armée de cuisiniers et de seconds s'affairent sous une autre tente et le repas va être servi à tous les invités. Il est temps, il est presque 14h et j'ai grand faim, nous n'avons rien mangé depuis 18h la veille !
    Read more

  • Day12

    Essayage de tenue indienne

    November 4, 2017 in India ⋅ ⛅ 6 °C

    Ce matin au reveil, en attendant que notre hôte vienne nous chercher, nous sommes invités à aller chez nos voisins. C'est la maison de Sumitra, rencontrée la veille. On nous offre le premier chaï de la journée. Nous découvrons une maison assez modeste, mais tres propre, avec une grande cour agréable, des toilettes.
    Sumitra tient à m'habiller à l'indienne. Elle m'a choisit une tenue violette, composée d'une longue jupe et d'un chemisier court et assez serré, un foulard de soie violet, et les bijoux qui vont avec. Je vous laisse admirer le résultat. A un moment je crois qu'elle aimerait me voir rester dans cette tenue toute la journée mais c'est assez inconfortable ! La jupe est longue, il faut sans cesse remettre le foulard.
    Dans sa chambre, bien que modeste, je remarque de nombreuses tenues très colorées, mais aussi tout ce qui semble occuper une grande place pour l'adolescente qu'elle est : parfums, bijoux, huile pour les cheveux, vernis...dingue d'imaginer cette jeune fille bientôt mariée, et sûrement mère rapidement.
    Read more

    Roselyne Bertrand

    Ta robe de "mariée" est toute trouvée ! 😂😂😂

    11/6/17Reply
     
  • Day11

    Aperçu de la vie des filles en Inde

    November 3, 2017 in India ⋅ ⛅ 30 °C

    Parmi les personnes présentes ce soir, une jeune fille de 17 ans est très à l'aise en anglais et fait la traduction avec ses amies, qui ne parlent que très peu anglais. Elle s'appelle Manisha et c'est la fille de Son, notre hôte.
    Très vite, elle vient me demander si nous sommes mariés ! Je n'ai jamais autant entendu cette question qu'ici...Nous répondons que non, et il semble qu'elle ait gagné un pari avec son frère sur le sujet !
    Pendant le repas, quand Guillaume s'éloigne (il a mangé avec les femmes) elle me demande si c'est mon "boyfriend". Ca a l'air de beaucoup les amuser, je sais que ça n'existe pas en Inde, on est mariés ou alors...rien du tout ! Je demande ensuite à Guillaume de s'éclipser un peu et les questions sont plus nombreuses.
    À la fin du repas, nous allons à l'intérieur et nous faisons une série de selfies incalculable ! Je finis par les laisser, apres que l'une d'entre elle l'air prêté ses bijoux pour faire des photos. Ca les fait beaucoup rire. J'apprends que les bracelets que j'ai achetés à Jaipur, et qui leur plaisent beaucoup d'ailleurs, sont normalement réservés aux femmes mariées. Je finis par les laisser après qu'elles m'aient promis de m'habiller à l'indienne demain 😱
    Je retrouve Guillaume et nous allons nous installer sous une petite hutte en dur, sur de belles chaises en rotin. Les filles nous rejoignent et Manisha fait la traduction. Les questions tournent beaucoup autour du mariage. Toutes les filles ont entre 17 et 19 ans. Manisha est la seule qui habite en ville, à Jodhpur. Elle seule parle bien anglais car elle nous dit aller dans une école anglaise à Jodhpur. Elle veut devenir docteur. Pour les autres filles, elle nous explique qu'elles vont bientôt se marier. Elles connaissent déjà leurs maris, mais n'ont pas le droit de leur parler avant le mariage. En théorie, car certaines ont des téléphones portables et les utilisent pour communiquer en cachette. Je lui explique que pour nous c'est assez triste de voir que certaines (peu) filles peuvent choisir de travailler et que pour d'autres, elles n'ont pas d'autre choix que de se marier et de devenir femme au foyer. Elle m'explique que c'est parce qu'elles habitent à la campagne et elle à la ville, mais que pour elles, c'est ok.
    Nous finissons la soirée en jouant à un jeu de gamins avec une bouteille d'eau et des gages. Je me retrouve à devoir chanter et guillaume, qui doit danser, exécute une magnifique macarena 🕺🏻
    Read more

    Theodet Marie-Françoise

    Coucou, c'est Carine (sur le compte de maman). Je t'ai laissé un message sur ton répondeur, si tu as moyen de me rappeler ou donnes moi un mail pour te contacter. Désolée de t'écrire sur ce blog mais je me suis dis que ce serait ce que tu consultais le +. Bises carine

    11/7/17Reply
     
  • Day11

    Marché de Jodhpur et départ au village

    November 3, 2017 in India ⋅ ⛅ 30 °C

    Après ce bon repas, nous avons un peu de temps et je demande à faire un tour au marché où nous sommes rapidement passés avant d'aller déjeuner. J'achète un sac typiquement indien (à un prix typiquement européen à mon avis!) et nous flânons parmi les étals qui vendent absolument de tout. Nous sommes alpagués par un jeune homme qui nous emmène dans une échoppe d'épices assez tentante, mais nous renonçons à l'idée de charger davantage nos sacs.
    Nous filons vers le village, à 1h de route de Jodhpur environ, dont nous ne savons pour l'instant pas grand-chose. A priori nous nous rendons dans un village vishnoi, une communauté "pure veg" qui vénère les arbres. Un triste épisode de l'histoire raconte qu'un maharadja qui avait besoin de bois pour fabriquer des meubles était venu sur les terres de ces communautés pour couper des arbres. Les vishnoi, qui étaient contre, se mirent contre les arbres pour les protéger. Le maharadja ordonna tout de même de couper les arbres, et environ 600 personnes furent tuées.
    Pour le moment, a l'heure où nous arrivons, hommes et femmes préparent le bhati chourma : à la base ce sont des sortes de boules de pain cuites directement dans la braise, 2 fois au moins. Après cuisson, les boules sont secouées dans un grand sac pour enlever la cendre. Puis tout le monde se met autour d'un sommier (!) et appuie sur les boules pour en extraire la mie, en un tamis moyen.
    Cette mie est ensuite mélangée à du beurre clarifiée en assez grande quantité, et du sucre. Ce sera notre diner ("chourma"), avec un dhal bien épicé. Hommes et femmes mangent séparément (parce que c'est une cérémonie) et, chose étonnante, en même temps, servis par des jeunes hommes.
    Mahin nous a quitté peu après notre arrivée au village, il a fini son travail, et nous retrouverons demain Madan, le guide francophone que nous avions contacté au départ mais qui n'a pas pu faire le voyage avec nous.
    Nous sommes donc tous les deux et comprenons petit a petit ce qui se passe ici : il y a deux petites maisons, assez confortables, une grande tente et surtout beaucoup de monde. L'endroit appartient à la personne qui nous a accueilli au départ et est l'une des rares personnes à parler anglais. Il nous dit travailler à Jodhpur et venir ici en week end. Il nous explique qu'il prépare une fête demain et qu'il attend...300 personnes ! Il organise cela tous les ans à la même période (la pleine lune demain doit y être pour quelque chose) en l'honneur du dieu qu'il vénère et qui est dans le temple à l'entrée de la maison. Nous comprenons mieux l'effervescence et les quantités astronomiques de nourriture en préparation. Une grande tente est dressée, avec enceintes et micros !
    Read more

    Theodet Marie-Françoise

    J ai lu ce livre écrit par Irène Frain :" La forêt des 29 " qui raconte la tragique histoire de cette communauté Bishnoi qui avait été massacrée en voulant défendre les arbres.

    11/6/17Reply
    Theodet Marie-Françoise

    J'ai lu ce livre écrit par Irène Frain :"La forêt des 29 " qui raconte l'histoire de la communauté Bishnoi qui avait été massacrée en voulant défendre les arbres. Merci de nous faire partager votre voyage avec tous les textes et les photos.

    11/6/17Reply
     
  • Day11

    Cours de cuisine à Jodhpur

    November 3, 2017 in India ⋅ ⛅ 29 °C

    Nous redescendons vers la vieille ville à pied depuis le fort. Nous faisons une pause au pied de la clock tower, en plein cœur de l'effervescence du marché et prenons un délicieux lassi ananas bien rafraîchissant.
    Nous retrouvons le chauffeur qui nous conduit chez Mahin, notre guide, qui nous a promis un cours de cuisine. Nous lui en avions parlé comme une blague dans le séjour mais il n'a pas oublié !
    Nous découvrons sa maison, simple mais fonctionnelle, bien équipée, plutôt confortable pour les standards du pays et assez grande pour le célibataire qu'il est ! Son père (qui était architecte) l'avait fait construire vers 1965. À cette époque, il y avait des émeutes et conflits avec le Pakistan et cet endroit n'était pas sûr. Ses parents ont donc décidé d'aller habiter plus loin avec leurs trois enfants. Il a réinvesti la maison en 2000 et souhaite en faire une maison d'hôtes d'ici 2 ans, avec 7 chambres. Actuellement il est guide la plupart du temps et professeur pendant la saison creuse.
    Bref, nous nous installons en cuisine, dans laquelle la femme qui travaille pour lui (!) a préparé une partie des ingrédients : coriandre, lentilles en train de tremper, piments verts, ail, gingembre frais, tomates concassées...
    Nous préparons 3 plats : un dhal (plat de lentilles), un paneer (plat dont l'ingrédient principal est un fromage au lait de vache, avec peu de goût, et qui rappelle notre tofu), et un plat à base de pommes de terre, tomates etc, le "dum aloo" ("aloo" signifiant pommes de terre)
    Guillaume prend des notes et fait des photos pendant que je suis la recette et joue les arpètes. Je ne vais pas détailler ici les 3 recettes (ça se paye 😜), mais nous fabriquons d'abord une pâte d'ail et de gingembre frais mixé, qui sera utilisée dans les trois plats. Le beurre clarifié est utilisé en assez grande quantité. Dans le dhal, nous mettons 3 types de lentilles, des corail, des jaunes ainsi que des vertes (vues au marché ensuite mais jamais chez nous auparavant). Mahin cuit ensuite le dhal sous pression, dans une petite cocotte minute. Les épices sont plus ou moins toujours les mêmes, curcuma, anis, poudre de piment rouge, des petits piments verts ainsi que pas mal de sel. Au final, c'est probablement le repas le plus épicé que nous ayons eu depuis le début du voyage ! Le tout est accompagné des chapatis que sa cuisinière avait préparé auparavant, d'un peu de riz blanc, et d'une bonne bière ! Bref, un délice, et nous sommes repus !
    Read more

  • Day11

    La forteresse de Jodhpur

    November 3, 2017 in India ⋅ ☀️ 26 °C

    Grosse journée aujourd'hui...nous commençons par un super petit-déjeuner sur le roof-top de l'hôtel, avec vue sur le fort. De quoi bien attaquer la journée !
    Nous retrouvons notre guide et partons à la découverte du fort, en voiture.
    Il fait déjà très chaud ce matin. Nous visitons les nombreuses salles du musée présentant les plus somptueux objets ayant appartenu aux maharadjas : peintures, tapis, rideaux, palanquins, armes (épées surtout), tenues, ....
    Le fort en lui-même est majestueux également, très bien entretenu. Il a été construit au XVè siècle par le rao Jodha, d'où le nom Jodhpur (comme Udaipur et Jaipur). A l'étage comme à Amber fort, des fenêtres ajourées permettaient aux femmes de voir sans être vues.
    Read more

  • Day10

    Voyage vers Jodhpur

    November 2, 2017 in India ⋅ ⛅ 12 °C

    Aujourd'hui, peu de choses à raconter puisque notre journée a consisté à prendre le train pour aller à Jodhpur.
    Pour vous faire rêver un peu, nous avons attendu le train 4h en gare et le voyage a duré 5h...nous avons déjeuné en gare dans un endroit qu'on pourrait qualifier de fast-food indien : un plateau avec un dhal (des lentilles, du riz, des roti, des legumes, du piment). C'est l'endroit le moins touristique sans doute depuis le début du voyage et Guillaume a peur de tomber malade !
    Nous arrivons vers 20h30 à Jodhpur. Mahin s'embrouille un peu avec un conducteur de rickshaw qui ne veut pas faire ce qu'il lui demande (il veut faire 2 courses au lieu d'1) et nous arrivons dans un très bel hotel, le Nirvana hotel, dont la terrasse au dernier étage offre une vue magnifique sur le fort de Jodhpur. Nous nous laissons tenter par des bières et un diner léger en terrasse...
    Demain, visite de la vieille ville et surtout, cours de cuisine "chez Mahin" 😁🍽
    Read more

    Roselyne Bertrand

    J'adore cette photo ! Ce regard vers l'horizon me fait craquer !!! 😘

    11/2/17Reply
    Roselyne Bertrand

    C'est le grand luxe !!!

    11/2/17Reply
    Anne Laure

    😁😻

    11/5/17Reply
     
  • Day9

    Pushkar : puja et temple de Savitri

    November 1, 2017 in India ⋅ 🌙 9 °C

    Ce matin nous partons en direction de la ville, pour une "puja" (cérémonie hindoue) au bord des ghats, bien différente de ce à quoi je m'attends. Au matin, notre guide nous informe que nous devons prevoir 100 roupies chacun pour donner au temple lors de la cérémonie, et qu'il se charge du reste, de payer pour la cérémonie auprès du prêtre etc
    Le "prêtre" nous fait nous installer tous les deux sans notre guide sur les ghats, ces grandes marches qui bordent le lac et démarre la cérémonie. Il pose devant lui un plateau rond contenant des fleurs jaune et orange, du riz, du sucre et du pigment rouge, ainsi qu'un bol d'eau. Il commence son speech avec beaucoup d'assurance en nous assurant que Pushkar est la ville la plus sainte du monde, toutes religions confondues... 😂🤣
    Il nous asperge d'abord un peu d'eau sur la tête, puis récite des incantations que nous devons répéter, bêtement. Il nous demande si nous sommes mariés et comme nous ne répondons pas la même chose, il nous fait savoir qu'il sait que nous ne sommes pas mariés. Oups. 😳 Il nous fait mettre les mains en creux et y dépose les fleurs. Il nous demande les prénoms de nos parents et s'ils sont toujours vivants. Puis il nous appose un peu de pigment rouge sur le front (tikka), entre les deux yeux, et nous met un bracelet chacun, main gauche pour moi, Mais droite pour Guillaume. Il nous demande nos métiers avant que seulement moi aie le droit de faire un vœu puis de jeter les fleurs dans le lac. Puis il nous dépose un genre de noix de coco dans les mains et nous demande combien nous allons donner, juste après nous avoir dit que ce n'était pas un business, mais que certains donnaient beaucoup d'argent pour les dieux, les prêtres etc. Là, il nous propose de donner 1, 30, 50€ ou plus. (Oui, j'ai bien dit "1€", c'est très malin...) Comme il ne parle pas très bien, nous faisons semblant de ne pas comprendre et disons 3€, devant son insistance grandissante. Notre guide nous ayant bien dit de ne donner que 100roupies, et nous n'avons pas l'intention de donner plus ! De toutes façons, malgré ce qu'il a l'air de croire, nous n'avons pas d'euros sur nous. Il s'énerve alors un peu et nous menace : "you promised !" Il a peut-être cru que ça allait nous impressionner mais notre guide n'est pas loin et règle l'affaire, nous donnons nos 100 roupies et il se charge de lui donner un extra (a priori 500 roupies, 7€, le prix d'un bon déjeuner dans un restaurant touristique ici). La cérémonie est finie, sur une note un peu amère.
    Encore une aventure qui montre bien l'aspect mercantile des religions, ici ou ailleurs...nous ne risquons pas de revenir convertis ! Même notre guide, qui est un homme très instruit et cultivé, nous dit être choqué de la ferveur des pratiquants ici, de leurs visages qui avancent sans réfléchir.

    Nous nous posons pour boire un chaï et nous remettre de nos émotions avant de repartir flâner dans la foire. C'est tellement immense...les dromadaires sont déjà un peu partis, mais nous découvrons les chevaux, dans une autre partie, ainsi qu'une grande arène dans laquelle doivent se tenir des courses de dromadaires.
    Nous repartons faire une pause a l'hôtel, déjeunons a la terrasse calme et agréable d'un restaurant du centre, avant de retrouver notre guide pour aller au départ du funiculaire qui monte au Savitri temple, la déesse qui était la première femme de Brahma. Le temple en lui-même n'est pas d'un grand intérêt mais la vue et le coucher de soleil sur toute la ville et la foire sont superbes. Nous restons là un instant avant de redescendre par les marches et de rentrer en rickshaw à l'hôtel.
    Read more

    Le Grand Chemin

    On a envie de savoir qui a répondu quoi pour le mariage ;)

    11/2/17Reply
    Roselyne Bertrand

    Oui ça serait très drôle de connaître chacune de vos réponses !

    11/2/17Reply
     
  • Day8

    Visite de Pushkar / foire aux dromadaire

    October 31, 2017 in India ⋅ ⛅ 16 °C

    Ce matin, nous quittons l'hotel avec Mahin (notre guide) vers 9h30 pour visiter la ville et découvrir cette fameuse grande foire aux dromadaires.
    Je n'ai pas passé une très bonne nuit, les premiers désagréments digestifs de ce voyage sont apparus dès la fin de la journée (sans que l'on parvienne à en identifier la cause, puisque nous sommes plutôt prudents). Mais après la médication adéquate, je suis d'attaque ce matin !
    Notre allons à pied vers le centre (notre hotel est par chance - à cause du bruit pendant la foire - un peu excentré), quel plaisir de marcher un peu ! Nous passons devant un premier temple hindou, de construction plutôt fastueuse. A l'intérieur il n'y a aucun visage, aucune statue, aucune représentation d'un quelconque dieu, juste un livre saint. Notre guide nous explique que la religion hindoue avait à l'origine 10 maitres et que ceux-ci avaient décidé qu'à leur disparition, il n'y aurait aucun autre maitre, mais que les fidèles devraient suivre les enseignements dans le livre. Nous ne sommes pas autorisés à pénétrer dans ce temple, comme dans la majorité des temples de la ville. Le seul que nous puissions visiter est le Brahma Temple (l'unique dans le monde dédié à ce Dieu), où nous irons demain.
    Nous continuons vers le centre et c'est une foule bruyante, dense, remuante et colorée que nous découvrons. Les étroites rues de Pushkar sont pleines à craquer de camelots essayants de refourguer toutes sortes de marchandises : vêtements, bijoux, sacs, nourriture, ustensiles de cuisine, couvertures, décorations pour les animaux, tableaux, ou encore offrandes pour les différentes cérémonies...aujourd'hui en particulier il y a beaucoup de monde car on célèbre le réveil d'un dieu, car nous sommes à quelques jours de la pleine lune. Partout la ferveur (le mot est faible) religieuse est palpable, omniprésente.
    Nous, nous essayons péniblement de nous frayer un chemin parmi cette foule qui nous bouscule, nous entraîne, nous sépare parfois. Par chance, notre guide n'a pas le physique typiquement indien et dépasse tout le monde d'une bonne tête, ça facilite le repérage !
    Nous parvenons enfin à l'endroit proprement dit où les nomades du désert du Thar et les paysans locaux viennent acheter et vendre des dromadaires. De grandes tentes sont installées pour manger, négocier, dormir.
    Cependant, cette année, il y a beaucoup moins de bêtes que les années précédentes, notre guide est un peu étonné. Il n'y a surtout pas de chevaux, contrairement à d'habitude, le gouvernement en a interdit l'accès car beaucoup souffriraient de maladies.
    De nombreux touristes font des tours de dromadaires. Une fête foraine est présente aussi.
    Au-delà de cette foire aux dromadaires, la ville de Pushkar est la plus sainte des cités du Rajasthan pour les hindous. Son lac est le plus sacré de toute l'Inde, et un bain de purification dans ses eaux est considéré comme particulièrement bénéfique à certaines dates, notamment la pleine lune d'octobre-novembre, qui a lieu en ce moment. C'est ainsi que l'on peut observer toute la journée des milliers d'hindous se livrer au bain rituel : debout, le fidèle puise de l'eau dans sa main et la verse en énonçant : "je prends ce bain pour me laver de mes pêchés de corps, d'esprit, de parole et de contact". Il plonge ensuite 2 fois sous la surface, puis s'asperge la tête d'eau en priant pour avoir la force de se maintenir en état de pureté. Puis il récite jusqu'à 108 fois certains mantras. Il n'est pas question ici de nager. D'ailleurs c'est interdit, comme beaucoup d'autres choses : au bord des ghats, il faut se déchausser, et il n'est pas autorisé de prendre des photos des fidèles.
    Nous déjeunons dans un restaurant au bord du lac, où nous retournerons le soir au coucher du soleil pour profiter encore du spectacle des bains rituels et déguster des lassis (boisson lactée salée ou sucrée) à la banane et à la mangue.
    Le soir, l'effervescence est un peu retombée et il est plus facile de faire quelques achats (notamment un livre en français, nous n'en avions pas pris assez !)
    Read more

    Roselyne Bertrand

    Merci de nous faire voyager aux travers de tes récits ! C'est un rendez-vous que nous ne manquerons pour rien au monde....

    11/1/17Reply
    Anne Laure

    Merci ☺️

    11/1/17Reply
     
  • Day7

    Arrivée à Pushkar

    October 30, 2017 in India ⋅ ⛅ 5 °C

    Aujourd'hui, nous quittons Jaipur en début d'après-midi pour Ajmer par le train. Après 2h de train, nous prenons une voiture pour aller à Pushkar, 12km plus au nord.
    Nous allons profiter du fait que nos dates de voyages coïncident avec la plus grande foire aux dromadaires d'Inde, qui se déroule tous les ans. 300 000 personnes et 20 000 animaux se retrouvent ici !
    Pushkar est avant tout une ville sainte, y venir ici 1 fois vaut 100 000 pèlerinages partout ailleurs ! Cela induit des règles assez strictes : sur la nourriture (cuisine végétarienne partout et pas d'alcool), et les comportements en public (je vous mets la photo de la liste des choses interdites...)
    Pour le moment, nous avons découvert notre hotel, par chance un peu excentré (pendant la foire, la ville est extrêmement bruyante), avec sa piscine et ses magnifiques jardins.
    Read more

Join us:

FindPenguins for iOSFindPenguins for Android