Chile
Puerto Varas

Discover travel destinations of travelers writing a travel journal on FindPenguins.

92 travelers at this place:

  • Day88

    Puerto Varas

    December 26, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 15 °C

    We reached Puerto Varas just before 8 pm and parked near the waterfront. Its a lovely lakeside town with a lot of German immigrants. A lot of houses had Chilean and German flags in their courtyards. We walked along the promenade on the Lago Llanquihue. The lake is one of the biggest freshwater lake in South America and is about 850 sqkms.Read more

  • Day88

    City of Roses

    December 26, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 14 °C

    The volcanoes Osorno and Cabulco are on the shores of the lake Llanquihue but it was a bit cloudy so we couldn't see either of them clearly.
    Puerto Varas is sometimes know as the city of roses and ot because obvious quite quickly why it was so. It had the feel of a bavarian village with beautiful wooden houses and clean and flower filled gardens.Read more

  • Day88

    Puerto Varas dinner

    December 26, 2017 in Chile ⋅ ☁️ 12 °C

    After checking in, we walked dow to the town for some dinner. The church and the grotto looked extremely beautiful with the lights and candles on in the night. The dinner was soup and sandwiches. By the time we came back, it was midnight.

  • Day89

    Off along Llanquihue lake

    December 27, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 17 °C

    We woke up around 10 am and had the breakfast at the cabaña. By the time we we ready to leave, it was 12:15 pm. We walked over to the church next door, spent some time there and then drove off from Puerto Varas. It was a nice and sunny day. There were few clouds in the sky and we could see the Osorno volcano in all its glory. We drove East along the South shore of the Llanquihue lake towards the volcano.Read more

  • Day56

    Day 55: Nino's Birthday.

    March 3, 2016 in Chile ⋅ ⛅ 18 °C

    Nino's birthday. So we began the day with a massive birthday breakfast. Then it was time to pack the bags and leave. But the lock around the bikes wouldn't open whatever we tried. So we caried our bikes locked together with blocked wheels to the bikeshop. We made good friends there so they cut the lock for us. Lucky it happend here and not in the desert. Doing only 20 km to Puerto Varas yo stay in cellphone and wifi range to change our tickets. Hopefully we will be able to do more tomorow. At this pace it is going to be far to Colombia.Read more

  • Day17

    Los chicos del camion

    February 5, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 18 °C

    Nous avons décidé de nous mettre de nouveau en route vers le nord au lieu de continuer plus bas vers l'île de Chiloé.
    Notre nouveau défi STOP débute vers midi sur la route qui sort de Puerto Varas pour aller jusqu'au péage. On va s'y reprendre à trois fois avant de trouver un endroit qui convient aux conducteurs.
    Dès le début, on donne toute notre énergie dans une danse du pouce et on va même jusqu'à provoquer un accident devant nos yeux (on a réussi à déconcentrer deux chauffeurs )...
    C'est la première fois que les voitures défilent sans s'arrêter! On ne perd pas espoir et au bout de 45 min, un homme s'arrête de manière complètement improvisée.
    Il nous depose devant un péage et un autre homme s'arrête et fait marche arrière jusqu'à nous...sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute. Ce dernier nous depose 45 min plus tard en direction d'Osorno. Après une petite pause déjeuner sur un bout de pelouse en pleine autoroute, nous nous remettons en quête d'un véhicule. Malheureusement, il n'y a pas foule, peu de voitures défilent, et nous réalisons que nous sommes dimanche et que nous aurons sans doute moins de chance de tomber sur des gens qui font des allers retours entre chez eux et leur travail.
    Un camion de transport passe devant nous à toute vitesse et s'arrête sur le bord de la route. En entendant le bruit assourdissant des roues qui crissent nous pensons à un problème de crevaison. Finalement, le camion fait marche arrière vers nous et l'un des passagers sort sa tête de l'immense fenêtre pour me demander notre destination. Je lui dis tout d'abord Temuco, qui se situe à environ 1h30 de route puis je comprends que le convoi se dirige vers Santiago. Baume au coeur et joie au ventre, je cours vers Anne pour lui annoncer la bonne nouvelle.
    Dans la cabine à l'avant du mastodonte se trouvent 4 bonnes têtes masculines: notre conducteur (Termy), ses deux amis Manuel et Daniel et son neveu de 15 ans Andres. Au début, nous n'échangeons pas trop tous les six, sans doute par timidité, mais avec la musique à fond et la proximité, la cabine devient notre nouvelle maison pour plus de 10h.
    Finalement, Termy n'aura fait que quelques arrêts très rapide, notamment dans la ville de Los Angeles pour décharger les quelques meubles restants.
    Il nous aura aussi fait la surprise de s'arrêter à Los Saltos de Laja (chutes d'eau ) qui se trouvent sur le bord de la route principale. Il nous a demandé à tous de descendre et d'aller prendre une photo des chutes. S'ensuit donc un sprint à 5, avec encouragements en anglais "go go go, come on, come on...!", le but étant d'aller le plus vite possible pour éviter que le camion ne stationne trop longtemps. La tête orientée vers le ciel car prises d'un fou rire, Anne, les 4 chiliens et moi slalomons entre les touristes jusqu'au chutes. Après quelques rapides photos, nous retournons en courant dans le camion, tous essoufflés et transpirants.

    De Chillàn à Portozuelo, malgré la nuit tombée, les garçons nous font observer les forêts décimées par les incendies récents et nous expliquent qu'il s'agit d'incendies volontairement provoqués par les propriétaires eux mêmes afin de récolter de l'argent du gouvernement. A priori, depuis l'élection de Trump, le marché du bois se porte très mal car le nouveau président refuserait d'acheter du bois au Chili, car il serait soit disant "défectueux ". Ils ont tous les quatre été témoins des feux dévorant des hectares et des hectares de forêts devant chez eux, ils nous montrent des vidéos terribles de cette nature, si chère à notre propre vie, qui disparaît pour de l'argent.
    Nous nous arrêtons à Portozuelo d'où sont originaires les 4 énergumènes et sommes invitées à dîner chez l'une des 9 soeurs de Termy !
    Notre arrivée à Santiago se déroule dans un parking à poids lourds. Termy nous propose de terminer notre nuit sur la banquette et vient toquer à la porte vers 9h. On se prépare à mettre nos sacs sur le dos et à prendre le métro lorsqu'on se rend compte qu'une voiture stationne devant le camion...Nos anges gardiens mettent nos sacs dans la voiture et nous sommes escortees jusqu'à notre hostel...
    Que dire de plus? Fabuleuses rencontres, magie de la vie! Merci!
    Read more

  • Day13

    Haciendo dedo en Chile!

    February 1, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 16 °C

    La veille, nous avons dormi dans une auberge l'Ethnico vu qu'il n'y avait plus de place dans notre Paradise Pucón. L'avant veille, on avait testé le camping dans le jardin de Carlos alias "Charlies", et ce ne fut pas de tout repos.
    Après une bonne nuit à l'Ethnico donc, nous avons pris nos clics et nos clacs et sommes parties à la quête de bonnes âmes qui seraient susceptibles de nous mener à bon puerto, à savoir, Puerto Varas (notez le magnifique jeu de mots). On avait décidé plusieurs jours auparavant de partir plus au sud, car les parcs nationaux sont toujours ouverts, plus loin du risque d'incendie.
    Nous voilà donc au carrefour empreinté par les conducteurs qui se dirigent vers le sud. Nos sacs à dos à peine posés, sueurs et dos alourdi par notre maison portative, un conducteur s'arrête et nous propose de nous emmener à Villarrica (qui porte le même nom que le fameux volcan).
    Ni une ni deux, hop hop, nous grimpons dans son pick up, amusées par la nouveauté de ce voyage. Il nous depose et Anne, pilote et cheffe MapsMe, m'explique que l'endroit où l'on se trouve n'est pas stratégique. En conséquence, nous décidons de marcher puis après quelques minutes d'attente dans notre nouveau lieu de stop, nous embarquons avec une fromagère pressée. Celle- ci nous dépose devant une station essence où de nombreux petits budgetistes tendent le pouce.
    Après une petite pause empanadas pour Anne et un sandwich à l'avocat pour combler nos bidons, nous repartons à la pêche aux bons.
    Stratégiquement parlant, on se dit qu'il est préférable de se positionner directement devant la pompe à essence plutôt que de faire la queue derrière les autostoppeurs. Notre 3ème conducteur a une trentaine d'années, il nous accepte dans sa voiture pour qu'on puisse le défaire de son envie de dormir. Il parle anglais, et nous explique qu'il a repris l'entreprise de son père après son décès. Il se rend donc dans différents lieux en voiture et nous depose à deux pas d'un arrêt de bus situé sur l'autoroute.

    Un carabineros (policier ) nous embarque et
    quelques dizaines de minutes plus tard, une grosse voiture (n'attendez pas de marque) chargée de trois hommes s'arrête et nous proposent Osorno comme nouvelle destination. Le conducteur a une tête de gentil mafioso, il force un peu sur le pâté mais nous fait planer avec sa musique catalane aux voix envoûtantes qu'il met à fond. Ça tombe bien ça nous arrange de ne pas parler!
    A notre arrivée, nos devons traverser une étendue d'herbe pour aller de l'autre côté de la route, car c'est uniquement là que les voitures vont pouvoir s'arrêter pour nous.
    Une cinquième personne, gentille dame d'une bonne trentaine d'années, stoppe son imposant 4x4 devant nous et Anne, dans un élan de joie, trébuche et se rattrape à la voiture. Quelle belle entrée en matière !
    Adorable, elle nous parle de la région, du fait qu'à Puerto Varas, les gens sont très attachés à l'apparence, aux racines européennes, et qu'ils ont tendance à mettre de côté les gens qui manquent de sang "noble". Elle a deux enfants et elle nous explique que c'est "sufficiente", elle adore notre histoire et elle nous dit de profiter de ce bon goût de liberté.

    Déposées dans le centre de Puerto Varas, nous sommes fières de nous d'être arrivées sans verser un centime.
    Après un passage à l'office du tourisme, nous nous mettons en marche à la recherche d'une auberge ou d'un camping. Notre chargement sur le dos et le refus de différentes auberges (pleines ou sans possibilité de camper) nous épuisent !
    Nous trouvons finalement le moyen de camper dans un hostel situé en haut de marches qui nous achèvent.
    Le soir, rencontre d'un couple (chilien et australienne ) qui nous embarque dans plusieurs endroits pour sortir. Très sympa mais on n'est pas sûres de la musique dans le dernier bar.
    Read more

  • Day15

    Salto de Petrohue- Todo los santos

    February 3, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 17 °C

    Après une nuit très pluvieuse dans la tente, alors que nous pensions avoir aussi froid que la nuit précédente, nous avons eu le plaisir de nous réveiller reposées grâce à une couverture que Pauline nous a gentiement prêté ! Pauline est volontaire dans l'hostel Vermont depuis deux semaines. Elle est partie avec son copain et veut acheter une voiture pour faire le tour de l'Amérique du Sud!
    Nous changeons d'auberge car pour 1000 pesos de plus, nous avions trouvé la veille une auberge, Pistacho Hostel, avec petit dej et dortoir avec lit douillet.
    Justine (oui encore une française), chargée de l'accueil des backpackers est adorable, elle vient de Normandie et nous met tout de suite très à l'aise ! Elle nous raconte qu'elle a commencé ici en tant que volontaire et que finalement, la gérante l'a embauchée. Elle a comme projet de partir à velo jusqu'en Uruguay avec son copain chilien. En attendant de récolter un peu d'argent, elle reste travailler à Puerto Varas.

    Nous décidons donc de partir pour Petrohue voir des chutes d'eau puis de marcher des chutes jusqu'à la plage qui donne sur le lac de Todos los Santos (6km). Notre balade le long de la route nous permet d'observer l'évolution des chutes d'eau au lac, qui est fabuleux. Une fois sur la plage de sable noir, nous avons vue sur le volcan Puntiagudo, dont le sommet est couvert par une couche épaisse de nuage! Très belle récompense 😊!
    Read more

  • Day38

    Puerto Varas

    February 15, 2017 in Chile ⋅ ☁️ 15 °C

    After Chiloe I headed to Puerto Varas, a town from which you can go walking etc. around the Chilean Lakes District. The forecast was rain rain and also rain. Joyous.

    I decided to say 'fuck you weather' and crack on with my plans regardless, which led to a near-drowning experience on a rental bike when I ended up lost in a monsoon. It was raining so heavily that I couldn't use my mobile to look at a map, because the screen thought that the raindrops were fingers typing commands. My waterproof trousers and jacket became saturated and from then on served only as fashion items. I was cycling round the edge of the lake to Frutillar, a town created by German settlers which has lots of German style architecture and signs for Kuchen. The first part of the route was a bumpy stone road which was so muddy but satisfying because I had a mountain bike that just bounced over the stones without major issue. I was originally only going to cycle halfway to Frutillar, but the weather changed to normal-level rain and then the rain actually stopped so I thought I better carry on if only to dry off a bit. The whole trip was about 60km and I spent a very quick hour in Frutillar because I had to get the bike back for a certain time. I had cake and coffee and legged it around the town, the most notable things being the unusual architecture and a nice pier into the lake.

    Back at the hostel I met an Israeli girl who was very nice but spent half an hour talking to me about how people have masculine and feminine energies and we must listen to the feminine energies and eat certain foods at certain points in our menstrual cycle, etc. I did lots of vacant nodding.

    I was very upset to find that I had been moved from the ultimate travellers' goal of the coveted bottom bunk to a top one where the ceiling was 1 foot from my face and I had to do yoga-esque poses to get into it without knocking the ceiling light. The girl opposite me hit her head 3 times in the half an hour that we were reading in bed!

    The next day I met up with none other than Carmen, who had disorganisedly made her way to Puerto Varas from El Bolson the previous night without booking a hostel and ended up spending loads of money on an emergency airbnb. Classic Carmen. I met with her and two friends she had made in El Bolson, a French girl and a Swiss German guy, and we went on an adventure to the national park...in the rain. Our first stop off was a waterfall which was quite cool and powerful but super touristy. We wandered around the area and found some lagoons and bits of river which were much quieter and much nicer because of it. The water was really clear and all the lush greenery surrounding the pools, even the rain, made it really atmospheric and led to lots of group selfies and mini videos of us jumping, throwing large rocks into the water in an attempt to take arty pictures of the splash, etc. The lagoons were the archetypal fairy glen.

    Afterwards we accidentally hitchhiked to the next place just down the road, which was a large lake and beach area, by this point it was monsoon-level-rain again. Stefano had done a joke effort to hitchhike with a comedy lunge which had worked immediately, though I think the driver thought it was just him, but he coped well with four of us and crammed us all into three seats of his little truck and then had to put his friend in the boot (who he was picking up later). We spent quite a long time in a cafe waiting for the rain to stop then decided to just go for it and had a brief amble around the beach, chatting to an Argentinian guy and trying to take more arty photos of each other on a wonky pontoon over the lake. The lake probably was absolutely insanely beautiful in nice weather and was pretty beautiful in bad weather, with turquoise blue water and jagged, toothy, tree covered hills that looked like they should be in South East Asia.

    When 'chatting' to the Argentinian guy I remembered how much easier it is to understand people from Argentina compared to Chile. In Chile everyone shortens words, uses slang and speaks at 100 miles an hour. I met someone from Madrid who said he cannot understand Chileans. However, people from Buenos Aires have a weird dialect where they pronounce 'll' and 'y' as a 'sh' noise. So normally galleta (biscuit) is pronounced gayeta in Spanish but people from Buenos Aires say gasheta. Muy complicado!

    Our journey back was eventful as our little local bus began spewing out black smoke from the gearbox area and we had to evacuate into the pissing rain as everyone was choking. Everyone immediately started smoking which didn't seem the best idea to me, and the driver began pouring everyone's bottles of water into the area the smoke was coming from. Stefano took a selfie with every passenger and the smokey bus and then we hitchhiked back before everyone else got the same idea.

    That evening I practiced my Spanish with a Chilean guy on the sofa in the hostel and watched Into the Wild. My Spanish practice basically involved me monologuing and then not understanding his replies/questions.

    The next day was a lovely rest morning where I wandered around the town and went to a great museum slash art gallery. It is owned by Pablo Fierro who seems to paint pictures of houses and birds. The house is really interesting with lots of wonky ceilings and odd staircases. The artist has put lots of random items all over the house and stuck postcards on which people had written comments for him all over the walls and ceiling. The artist himself was upstairs painting something. I tried to take a photo without him noticing and looked like a creepy stalker hiding behind things.

    Off I went to Pucon.

    1- soggy lake on trip out with Carmen and co, and attempt at new pose (defo works)
    2- museum
    3- ridiculous bed
    4- wet bike ride
    5- pier in Frutillar
    Read more

  • Day56

    Lago Llanquihue, Puerto Varas

    November 20, 2017 in Chile ⋅ ⛅ 11 °C

    Die Reise ging weiter Richtung Süden, zum Lago Llanquihue (zweit größter See Chiles).
    Man konnte sich nicht satt sehen, der Vulkan Orsono war noch beeindruckender als der Vulkan Villarrica.
    Wie von Puderzucker überzogen, in mitten der grünen Landschaft.

    Bei einer Wanderung zum Fuße des Vulkans ging es über Laverfelder mit tollem Weitblick auf den Lago Todos los Santos und den argentischen Bergen. Anschließend haben wir noch einen Stop bei den Wasserfällen "Saltos de Petrohué" gemacht. Eine wirklich schöne Gegend hier!Read more

You might also know this place by the following names:

Puerto Varas, بويرتو فاراس, PUX, 푸에르토바라스, Puerto Varasas, Пуэрто Варас, Пуерто Варас, פּארטא וואראס, 巴拉斯港

Join us:

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

Sign up now