Nepal
Bhardoche

Here you’ll find travel reports about Bhardoche. Discover travel destinations in Nepal of travelers writing a travel blog on FindPenguins.

2 travelers at this place:

  • Day17

    Les histoires de Manuman

    March 27 in Nepal ⋅ ☀️ 0 °C

    Mon guide Manuman, 26 ans, est né en...2049 ! J'apprends en regardant son permis de guide qu'au Népal nous sommes en 2075. Pas encore cherché pourquoi (que s'est il passé en -60 BC?)
    De 6 freres et sœurs, il est le deuxième. Les femmes semblent se marier tôt, les hommes cherchent à travailler. Plusieurs de ses frères et soeurs étudient encore. Son père était "police officer". Maintenant à la retraite il a une petite ferme à Gorkha, pas loin de Besi Sahar.

    A 26 ans, il n'est pas marié. Il me dit que c'est parce qu'il n'a pas de job stable. "If I was like a police officer or in the army, I would have a wife". Pas de dot à payer ni d'un côté ni de l'autre mais il faut de l'argent pour la maison, pour la femme, pour donner à la famille... Alors que pour l'instant il doit réinvestir l'argent qu'il dégage des courses pour continuer ses formations. Les agences qui l'embauchent ne les financent pas .

    Pas marié mais... la vigueur du système des castes au Népal va guider sa prochaine union... Chez les Gurung me dit-il, on épouse une Gurung, et si possible, du même coin ! Il est ainsi fiancé à une femme de son village mais ne semble pas trop la connaître. Il reste évasif sur la question de savoir s'il l'aime bien ou non. (Après plus de temps passé avec lui je sais que la dernière fois qu'il l'a vue était... il y a 4 ans !).

    Il semble très fier de son ascendance mongole mais déclare cependant que les Gurung, les Sherpa, les Bote, sont des castes/peuples endurants et courageux mais pas des "mind people". "We cannot speak or write good, we are mountain people". A l'inverse des peuples de la plaine dont il semble admiratif : "They are mind people. They work in the administration or have mind jobs".

    Manuman rêve d'intégrer l'armée française et idéalement d'y utiliser son expérience en alpinisme/montagne (chez les chasseurs alpins?). Ou une autre armée d'ailleurs, tant que ce n'est pas la népalaise ! Le salaire mensuel, de 15 000 roupees, lui semble trop faible. Il a essayé l'indienne et la britannique mais a été recalé en raison de battements de cœur irréguliers côté indien, de tests écrits insuffisants côté anglais. (Il se débrouille pas mal mais est 100% autodidacte). Maintenant il est trop âgé pour recandidater. Le soir dans la tente il me parle de lieux français, qui le font rêver..l'Alsace par exemple ! "Le plus je prononce ces noms le plus j'ai peur de ne jamais y aller. Je n'ose plus en parler ...", rappelant les difficultés pour aller en France (visa et coût). Un sponsor devait lui permettre d'y aller cette année avec Mulal mais son visa est arrivé trop tard.

    Il nous raconte s'être fait prendre un jour par une avalanche. Il a couru pour l'éviter mais son client, lui, est mort. "But I did not kill my client, the avalanche killed him", nous dit-il à moitié en rigolant. Hum...
    Je découvre aussi - mais seulement une fois tous deux partis et ayant posé la tente à la première étape - qu'il ne se considère pas comme un "
    full professional guide", que ce n'est que la deuxième fois qu'il emmène un client... Ses précédentes ascensions étaient en tant que porteur ou assistant guide.
    Compétent en mountain climbing et en technique, il avoue qu'il doit, pour devenir un '"vrai guide", mieux connaître l'anglais.... et la montagne.. Re-hum.
    L'anglais je m'en moque, on échange d'ailleurs bien mais la montagne, j'aurais aimé qu'il la connaisse ! Ses propos sont peu rassurants, mais au moins est-il 100 % transparent...
    Pour le Chulu, il ne cesse ainsi de répéter "too much snow, lots of snow". Il préfère grimper sur de glace - "it's physical but tchak tchak" (en mimant les piolets et crampons qui se plantent dans la paroi)... I like it !".
    Il me raconte encore qu'un jour, en tant qu'assistant guide, il a du porter longtemps sur son dos une femme de 55/ 60kg qui avait le mal des montagnes.
    Ou, autre histoire d'avalanche, qu'il s'est trouvé pris sous la neige mais a réussi à trouver un filet d'air grâce au bâton qu'il avait devant lui près de son nez, puis à se dégager à partir de là.
    Bon ... au moins est-il costaud et pugnace.
    Je n'ai plus qu'à espérer que ça se passe bien avec lui !

    PS: pour ceux qui auront lu jusqu'au bout ! Le calendrier vikrami ou hindou débute à la victoire du roi légendaire Vikramaditya of Ujjain contre les Sakas, en 57 avant JC...
    Read more

  • Day22

    5.Tag: Upper Pisang-Ngawal (3680m)

    April 23, 2015 in Nepal ⋅ ⛅ 25 °C

    Der heutige Tag war sehr anstrengend mir sehr vielen steilen Aufstiege. Die Strecke war 10 km lang mit über 400m Höhenunterschied in 5:30 Stunden. Der höchste Punkt des Tages war in Ghyaru 3730m. Da oben angelangt war es sehr windig und kalt, musste meine Skijacke anziehen. Der Aufstieg hat mich sehr viel Energie gekostet. Ich habe die Höhe sehr wohl gemerkt, kam schnell aus der Puste. Da oben war die Aussicht wunderschön vorallem über die Annapurna II und IV, beide über 7500m hoch. Auf dem Weg irgendwie mitten auf dem Berg gabs eine Bakery wo wir auf einen Tee und frische Schokocroissant angehalten haben. Hier haben wir ein sehr nettes Paar Simon und Simone aus der Schweiz und aus Deutschland kennengelernt. Da Will an dem Tag nach Braga weiter gehen wollte, haben sich unsere Weg gesplittet und ich bin mit den beiden in Ngawal geblieben.Read more

You might also know this place by the following names:

Bhardoche

Join us:

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

Sign up now