Nepal
Kābhre Palānchok

Here you’ll find travel reports about Kābhre Palānchok. Discover travel destinations in Nepal of travelers writing a travel blog on FindPenguins.

18 travelers at this place:

  • Day2

    Dhunkharka Nepal

    September 2 in Nepal ⋅ ⛅ 25 °C

    Endlich am Ziel angekommen.Seid über 24 Stunden wach, es war ein holpriger Start (Wort wörtlich, die Strassen sind doch etwas anders, sowie das ganze Leben hier) und wurde herzlich aufgenommen.
    Ein kurzer Eindruck, wenn die Wolken nicht da sind kommt das Himalaya zum vorschein.
    Ein Yoga Lehrer und 2 weitere freiwilligen Helferinnen leben hier, plus die Familie.Read more

  • Day3

    Das Leben in Dhunkharka

    September 3 in Nepal ⋅ ⛅ 26 °C

    Langsam traue ich mich auch mal meine Kamera auszupacken und ein bisschen Photos zu machen 😄
    Habe mich ja vorher extra nicht informiert, welche Tiere es so gibt. Vor allem die Kleintiere sind nicht meine Freunde. Mittlerweile habe ich schon die größte Spinne meines Lebens gesehen - auf der Toilette🙈hier wuselt und krabbelt es ganz schön. Ich bin auf 2100 m und deshalb von Stechmücken befreit.
    Heute um 8 Uhr meine erste Yoga Stunde hier gehabt, sogar ein Kopfstand war dabei(mit Hilfe natürlich)
    Die Familie ist sehr warmherzig und Arbeit gibt es nicht viel, so kann ich mich langsam einleben.
    Gegessen wird auf dem Boden, wo denn auch sonst😄
    Read more

  • Day7

    Und die Tage vergehen...

    September 7 in Nepal ⋅ ⛅ 23 °C

    ...bald schon eine Woche in Dhunkharka bei der Familie.Einige Hochs und Tiefs schon gehabt. Die letzten Tage hat es sehr viel geregnet. Heute hat endlich mal wieder die Sonne geschienen.
    Da ich hier zwei Wochen bleibe und nicht annähernd wusste wie es danach weiter geht, habe ich mir die letzten Tage etwas den Kopf zerbrochen. Es gibt ja Tausende von Möglichkeiten🙉
    Aaaber ich komm langsam voran... Ab dem 18.09. gehe ich näher ans Himalaya dran und hab eine Hiking Tour für 5 Tage gebucht.
    Danach werde ich noch etwas in Kathmandu bleiben und nach Indien fliegen.Hoffentlich klappt das mit dem Visum...
    Read more

  • Day7

    Noch mehr Bilder‍☺️

    September 7 in Nepal ⋅ ⛅ 19 °C

    Da ich leider nur 10 Bilder pro Print hochladen kann, hier noch ein paar.
    Langsam gewöhne ich mich an den Lebensstil, ist echt nicht leicht mit Waschzwang🥴Aber als ich heute meine von Hand gewaschene Wäsche, mit Blick in die grüne, saftige, hügelige Landschaft aufgehangen habe, wurde mir wieder bewusst wie traumhaft schön es hier ist.
    Back to the roots gell
    Ich muss dazu sagen, dass die Familie übrigens den oberen Standart lebt.
    Read more

  • Day12

    Der letzte Tag in Dhunkharka

    September 12 in Nepal ⋅ 🌧 19 °C

    Ich habe mich dazu entschieden früher als geplant von hier zu gehen um noch ein wenig Zeit in Kathmandu zu verbringen bevor es wieder in die Berge geht. Bisschen Sightseeing und so.
    Ich habe eine Deutsche hier kennen gelernt, die mit mir mitkommt.
    Ich war vorgestern schon eine Nacht in der chaotischen Stadt um zur Botschaft zu gehen wegen dem Visum für Indien. Es hat nicht geklappt. (Ich versuche es nun Online...)
    5 Stunden hin gefahren mit den ÖV s und am nächsten Tag wieder zurück. Was für ein Abenteuer...
    Für 25 Euro mit Essen, Unterkunft und Bus ist das absolut verkraftbar und ich bin eine Erfahrung reicher.
    Zum Abschied hier noch ein paar Bilder aus der schönen Natur mit toller Luft🌿🌺
    Werde die Familie vermissen...
    Read more

  • Day207

    Escaping the valley

    March 24, 2018 in Nepal ⋅ ☀️ 20 °C

    It was time for a 2-day-trip to escape the rush and take some fresh air: We wanted to see what’s behind the surrounding mountains of the Kathmandu valley and climbed up on the eastern side to Nagarkot after passing through the royal town of Bhaktapur with its UNESCO heritage site, the Bhaktapur Durbar Square. The centuries-old ornaments and wood works incorporated into the many beautiful temples, palaces, statues and residential houses are marvelous! And almost 3 years after the disastrous earthquake, the damage is still clearly visible, like everywhere in the valley, and the rebuilding is ongoing, slowly.

    Nagarkot, on the ridge east of the valley, is famous for its views over the Himalaya range. Unfortunately, we weren’t lucky enough to see far enough but the sunrise hike to the view tower in the morning was nice though. Time for breakfast! After that, we wanted to hit a track to Dhulikhel, got lost several times and had to carry our bikes along forgotten, overgrown hiking trails which were shown as jeep tracks on our map. In fact, they were too steep to drive a jeep there and we’re glad that we only carried one pannier :)

    When the thick pine forest cleared, we found ourselves in a peaceful valley with impressing vegetable terraces on the steep slopes. Time for a late lunch, Dal Bhat for sure! The lessons we draw from our first cycling trip in Nepal: There is always a surprise, road conditions change too fast to be documented and there’s so much to discover in between all these mountains here.
    Read more

  • Day33

    Flashback... Adieu au fidèle carton

    April 12 in Nepal ⋅ 🌫 16 °C

    En guise de remerciement à tous ceux qui m'ont aidée pour son transport, je suis obligée d'en dire quelques mots avant de m'en débarrasser...

    Réservé des l'achat du vélo au magasin Cyclable, je le récupère l'après midi de mon retour de ski, 2 jours avant mon départ. Objectif : y emballer mon vélo pour prendre l'avion jusqu'à Katmandou.

    18h : au magasin, j'ai la surprise de découvrir qu'il fait plus de 2m de long et 1,40m de haut. Je ne m'attendais pas à ces dimensions !
    18h30 : 1er voyage jusqu'à un bar, où je retrouve Milena (avec l'aide d'un passant. Il y a beaucoup de vent, le carton fasseye, pas pratique!)
    19h : Comme nous sommes attendues à une soirée, on le trimballe à pied puis à métro jusqu'à St Germain des prés. Dans le métro les gens l'utilisent comme bar ou accoudoir. Milena comme table pour me montrer ses excursions à vélo. Pendant la soirée, il est stocké dans le hall de l'immeuble voisin...
    23h30 : je quitte la soirée. Séance photo, avant de continuer seule direction Bobigny en metro: il n'y a pas de RER jusque chez mes parents. Aide en chemin par des passagers.
    0h30 : Je m'en doutais, c'est confirmé: il ne rentre pas du tout dans la clio qui mattendait à Pablo Picasso.
    0h45 : A force de me voir galérer, des gens essayent à leur tour de le caser dans leur monospace, pour me ramener avec.
    1h : la proposition était super sympa mais on abandonne, ça ne rentre pas non plus !
    1h50 : Après avoir réessayé dans la clio (sans espoir), je me résigne et prends un Noctambus pour rentrer jusqu'au Raincy. J'y entre difficilement le carton (par l'arrière, car par l'avant c'est impossible). Le chauffeur est très énervé et manque de de battre avec des passagers. Il cite comme raison à sa colère "les gens qui font n'importe quoi", comme "cette dame avec son carton géant"... hum j'essaie de me faire toute petite mais c'est difficile. À chaque arrêt je dois au contraire pivoter mon carton comme un tourniquet pour laisser descendre les gens...
    2h15 : le bus ne va pas là où je dois aller. Histoire de travaux.. L'occasion d'échanger avec le chauffeur qui continue de se plaindre mais se montre plus compréhensif quant à mon carton. Je suis larguée entre Clichy sous bois et Pavillons sous bois. 40/45 mn a pied pour rentrer.. Mais un vent infernal plaque régulièrement mon carton (et moi avec) contre les murs et les poteaux ! J'ai du mal à progresser et commence à fatiguer... (Et à en avoir marre de ce retour !)
    2h30 : J'ai un peu avancé mais n'en peux plus. Rentrée le matin même du ski de rando par train de nuit, je n'ai qu'une envie : dormir... J'envisage de me poser dans/sur le carton et de repartir le lendemain... Mais bon, pas confortable et un lit m'attend, plus très loin. Je tente de continuer.
    2h40 : Un couple stationné semble réperer ma détresse. Le gars m'interpelle et m'indique par où récupérer un Noctambus. Je lui explique comme je peux (l'histoire est longue), que je descends justement d'un noctambus mais qu'il n'allait pas au bon endroit.. "Merci, je vais continuer à pied"...
    2h45 : En fait je n'y arrive plus, m'arrête quelques mètres plus loin. Le vent m'envoie le carton en pleine tronche ou le fait cogner contre les poteaux, poubelles, façades... Je m'arrête justement contre un poteau.
    2h47 : Heyho, attendez, revenez ! C'est le couple.
    2h55 : je ne m'excuse plus de rien et abandonne toute velléité d'indépendance. J'accepte leur proposition de me ramener... On réussit a faire rentrer le carton dans leur berlingot. I love Citroën et ces personnes ! Recroquevillee sous le carton, lui même moyennement fixé (même dans ce grand véhicule le coffre ne ferme pas ! Mais le gars avait une ficelle, qu'on fixe pour tenir le coffre), je tente de leur expliquer pourquoi je marche à cette heure là, ici, avec ce carton. Le magasin de vélo, les bars, le métro, les copines dans le carton, la voiture, le bus de nuit, etc... L'objectif final surtout : le Japon ! Ils ouvrent de grands yeux puis... on explose de rire. Pour moi je crois que c'est nerveux ! Le gars: "Mais qu'est ce que c'est que ces histoires? C'est pas ton voyage l'aventure... c'est toi !" Le temps d'ajouter encore quelques détails, et me voilà devant la porte de la maison...
    3h10 : Incroyable. Enfin rentree, mon carton dans l'entree. Je ne me rends plus compte si la chose extraordinaire est d'avoir réussi à rentrer ou bien d'avoir mis tant de temps pour rentrer. Moi qui voulais me coucher tôt, pour me reposer et préparer mes affaires. Epuisée mais contente : malgré ces 3 /4 heures de galère, je pense à toutes les personnes qui ont contribué à ce que je ramene ce carton et me dis que les gens sont adorables ! Et prends ça comme un bon signe pour la suite du voyage...

    Le lendemain, c'est plus simple. Je vais chercher mon vélo à Paris (merci à la cave de Milena!), on le ramène avec Milena et Chloé. Après un atelier démontage/emballage avec Chloé, je le découpe pour le faire entrer dans les dimensions Air India (enfin mon interprétation des dimensions, il s'avère que je me suis complètement gourée...)

    A CDG
    Pour l'emmener, pas d'autre choix que de mettre le vélo dans le coffre, le carton sur le toit. Mais ça le fait ! Il y a juste du boulot a l'aéroport pour remballer le vélo et refermer le tout. On s'en sort avec l'aide de Maman et Elo.
    Au guichet : découverte tardive : il ne rentre pas du tout dans les dimensions autorisées et est trop lourd. On vide des trucs, on négocie, je paye 30€ à un autre guichet, ça passe...
    Quelques heures plus tard, alors que j'avais commencé à embarquer, j'apprend que le vol est annulé, reporté de 24h. A minuit, la compagnie me demande donc de repartir avec tous mes bagages, dont le carton. Euh. Pas possible ! Je renégocie. On l'amène finalement passer la nuit dans un autre terminal, securisé. Et moi au Raincy ! Le lendemain c'est bon, il est déjà enregistré.

    A Delhi
    Frayeur lorsque j'entends appeler mon nom... Je me dis que si le carton est passé en faisant les yeux doux et notre numéro (à 3 nanas !) au guichetier en France, ça ne passera jamais en Inde. Ils viennent déjà de me confisquer des outils... Heureusement, ce n'est qu'une histoire de batterie externe dans la valise. Pas de mention du carton.

    A Katmandou
    Tout se passe bien : Marie et un van m'attendent, on le charge sur le toit. Dans notre chambre il devient armoire. Puis il a sagement passé ses 3 dernieres semaines dans un coin d'Elbrus Home. A l'intérieur le vélo est intact. Au revoir, cher carton... Et de nouveau, un grand merci à tous ceux et celles qui ont contribué à ce que mon vélo arrive en un seul morceau !

    PS : j'ai malheureusement paumé la photo du couple de la Berlingot de Clichy/Pavillons. Pensée à eux ! Et non en fait je les ai retrouvées grâce à Milena !!
    Read more

  • Day33

    Premiers apprentissages à vélo

    April 12 in Nepal ⋅ 🌫 17 °C

    Il y a les impondérables du voyage à vélo :
    - bien se proteger, du soleil, de la poussière. Contente que ce titre de ma large chemise superposée à un t-shirt technique plus serré. Couvre du soleil et des regards, même si elle sent vite mauvais... Caleçon long sinon. Je crève de chaud mais n'ose pas le court. En dehors des villes (de Kathmandu?), les femmes ne montrent pas leurs jambes.
    - dans les descentes, ne pas sourire en ouvrant la bouche, au risque de gober mouches et papillons,
    - ne pas oublier qu'avec les sacoches on est plus large, moins agile. Attention donc aux demi tours serrés, avec un guidon lourd, moins maniable !
    - accepter d'être lent... Dès qu'une côté arrive, on sent direct le poids. Pas trop de possibilité de "prendre son élan" à la sortie d'une descente.

    Il y a les apprentissages spécifiques au Nepal :
    - hiérarchie des routes : c'est simple c'est la "highway" ou rien, les routes plus petites étant des pistes bosselées, pas praticables par moi qui ne suis pas à VTT... Hathi (mon vélo) est lourd et je ne sais bien que si je me retrouve à devoir le pousser dans les pentes (ce jour arrivera, mais je préfère le retarder !) ce sera dur.
    -côté orientation et outils donc, oublier "maps me" vélo, qui ne cesse de proposer ce type de chemins improbables. Google Maps voiture convient mieux ! De toute façon pour sortir du Népal je n'ai qu'une route à suivre en continu...
    - ne pas sursauter ni prendre pour soi tous les coups de klaxons. Au début je n'arretais pas de croire que j'avais fait tomber un objet ou que mes sacs étaient mal fixés... mais les gens klaxonnent juste pour prévenir de leur presence. Au fait, vous le savez sans doute, mais le klaxon nepali /indien, par rapport à un européen, est un peu ce qu'un Bollywood est à un film "classique": plus long, plus chantant, plus joyeux, plus dansant, mais... peut aussi vite vous casser les oreilles !
    - ne jamais s'enflammer en prenant trop de vitesse. Même si les highways sont en bon état, le prochain nid de poule n'est jamais loin... Ma sacoche de guidon en a fait les frais en dégringolant au moindre creux ou à la moindre bosse pris trop vite . Les Allemands de Vaude n'ont pas pensé à cela en concevant le "click & fix"... J'ai aussi vu un scooter avec 2 gars dessus faire un vol plané suite à un dos d'âne surprise...
    - se préparer à retenir sa respiration quand on voit un camion, un bus ou une jeep fumer noir. J'ai aussi testé le masque anti-pollution mais je n'arrive pas à respirer avec et il fait trop chaud.

    Sinon que dire? Il suffit de pédaler...
    Les petits plaisirs en chemin :
    -Les femmes avec leurs saris colorés assises en amazone sur les scooters derrière leurs gars, voile et tresse au vent, regard intrigué mais fier,
    -Les enfants joyeux et foufous face à mon vélo... A qui je fais coucou, mais ce sont parfois des vieux au sourire édenté qui me rendent le salut !
    -Des mirinda ou coca frais achetés aux échoppes en guise de pause. Il y a peu d'ombre et de fraîcheur. Je rêve d'un lassi frais ou d'une glace mais cela fait longtemps que je n'en ai plus vus !
    -Après quelques jours, me sentir plus à l'aise avec "Hathi" et le matériel, avoir reréglé le tout, avoir trouvé une place pour chaque objet dans les sacoches ...
    Read more

  • Day9

    Vallee de Katmandu - Panauti & retour

    March 19 in Nepal ⋅ ☀️ 22 °C

    Notre dernière étape est la cité médiévale de Panauti. En route, les paysages s'ouvrent sur une vaste plaine fertile : rizières et autres plantations avec d'ingenieuses rigoles pour irriguer, mais aussi scieries, briquetteries... Nous traversons de nombreux villages à la fois paisibles et animés, ça bêche, vit, étudie et construit de partout. Tous répondent volontiers à nos "Namaste".

    A Panauti, ancienne cité royale, nous visitons plusieurs temples hindu. La légende raconte que derrière les deux rivières qui s'y croisent, une troisième cachée serait le dieu Indra (qui avait abusé l'épouse d'un sage védique et a été puni par Parvati, épouse de Shiva). Mais Shiva apitoyé finit par libérer Indra, pour le rechanger sous la forme d'un lingam géant... celui présent aujourd'hui dans un des temples.
    Les temples, du XV et du XVIIe, sont décorés de sculptures peintures et statues et le mariage entre des pagodes de style chinois et des décorations de style Indien forment un harmonieux ensemble !

    Il nous faudra 2h de bus tres embouteillées et empoussierées pour revenir à Katmandou, via Banepa et Bhaktapur.
    Demain, célébration de Holi, la fête indienne du printemps avec ses lancers de couleurs, depuis Katmandou !
    Read more

  • Day7

    Vallee de Katmandu - Namobudha

    March 17 in Nepal ⋅ ⛅ 23 °C

    A Dhulikhel nous galérons un peu pour trouver un logement (à la fois Google et Hostelworld se trompent d'adresse... ). On emploie finalement les bonnes vieilles méthodes en abordant des touristes dans la rue. Bien nous en a pris, nous finissons chaleureusement accueillis par Sharmila, femme généreuse et entrepreneuse, qui nous raconte avoir créé un orphelinat ici dans sa ville natale, malheureusement pris d'assaut suite au séisme de 2015. 48 enfants y vivent et elle vient juste d'inaugurer un nouveau bâtiment. Vivent aussi dans sa guesthouse une bande de stagiaires en médecine, qui semblent se sentir comme à la maison !

    Le lendemain : en route vers Namobudha, haut lieu du bouddhisme où vivent près de 250 moines. Le lama Rinpoche y donne des conférences, on peut aussi suivre des cours d'etudes bouddhiques ou de nepali. Cela attire aussi beaucoup d'occidentaux sans doute en quête de spiritualité !

    Sur le chemin nous sommes accompagnés par un sympathique Népalais du coin, Vinod, qui gère une ferme de légumes bio et une guesthouse. Sa maison sur les hauteurs de Dhulikhel a malheureusement aussi été détruite en 2015. Avide de discuter, il nous pose plein de questions... Et répond aux nôtres ! Il nous montre en passant le temple où Mathieu Ricard - écrivain vulgarisateur du bouddhisme et de l'art de méditer, de ce que j'en sais - sejourne régulièrement.

    Arrivées à Namobudha, nous nous battons pour ne pas payer un nouveau "droit de passage", déjà acquitté le matin à Dhulikhel ! Depuis la nouvelle constitution et l'evolution du Népal vers le fédéralisme avec plus de pouvoir aux 7 provinces et à leurs municipalités, cela signifie souvent double paiement pour les touristes ! (Permis au niveau national puis diverses demandes de paiement plus ou moins justifiées par les municipalités, sans compter les guichets non officiels...). Après quelques haussements de tons (encore assez courtois), nous sommes exonérées.

    Mais revenons-en au monastère...
    A 15h30, nous assistons à une cérémonie regroupant une centaine de moines bouddhistes...de 4/5 à 20/25 ans. Cela semble être a cheval entre un cours et une messe. On ne comprend pas tout ce qui se passe... (Ils passent de manger des gateaux et boire du milk tea - sans doute pour tenir le coup des 2 h de cérémonie...- a se flageller en se mettant des coups de poing dans le dos...). Mais les rires et expressions des jeunes moines, les sons de leur psalmodie, les vibrations du gong et des trompettes et les couleurs éclatantes de la grande salle nous envoutent et nous enchantent... Jusqu'à nous endormir un peu ! Comme dit Vinod, venu à pied jusque là haut pour une pause paisible : "Good vibrations".

    Nous nous en retournons, détendues, dans une drôle de guesthouse pas encore terminée (il n'y avait plus de place dans celles du monastère). Cf la photo de salle de bains-wc- la plus petite du voyage !
    Read more

You might also know this place by the following names:

Kābhre Palānchok, Kabhre Palanchok

Join us:

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

Sign up now