Curious what backpackers do in Paraguay? Discover travel destinations all over the world of travelers writing a travel blog on FindPenguins.
Show 80 photos of travelers

Travelers in Paraguay

  • Daniel Pryt
    Day 97: My 4th modern world... 2d
    Traveled in 14 countries
  • Marc Gassmann
    Filadelfia - Concepción 2w
    Joined August 2016
  • Pivo
    Ciudad del Este 6w
    Traveled in 21 countries
  • Mary Hanemann
    Familienbesuch 7w
    Traveled in 3 countries

New to FindPenguins?

Sign up


Your travels in a book

Learn more

Get the app!

Post offline and never miss updates of friends with our free app.

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

  • It came out of nowhere, I knew there was a dam here but only when the booking office told me it was Itaipu, did it ring a bell that I saw some of it on Discovery Channel. Probably megastructures and as an engineer I really had to go... so I did.
    From my hotel in Sao Paulo I had to wake up at 6:00, have breakfast and with the shuttle at 7 to the airport. I decided to bring everything in the hope I could wash it all and maybe because of getting it wet I could be in need of more clothes 😉. The qeue was long and check in succeeded just 55 minutes before take off: they didn't rush it. Therefore didn't I rush and just 5 min before boarding I arrived and even qeued again. I was in the back of the plane and I was one of the few sheep that used the stairs at the rear 😆 so I sat as quick as some of the first😊. Flew at 9:20, arrived at Foz Iguazu 10:50 with nice weather but when I arrived at my hotel it was raining with thunder and lightning. Made some calls because finally I had good wifi and som time. The calls really brightened my sad day and gave me new energy, thanks for that😘. I went for lunch and to the booking office after that and than it came the last tour over there was at 1600 and it was 1510 when we booked it. Hurried with a taxi all the way to the border, tried an ATM half way but when I got past the 2 military guys who needed my phone all the atm's in there failed to give me money. So with a debt to the Taxi driver he would pick me up anyway, I started this amazing tour. It doesn't look that much until you're there. Especially when nowadays all dams are restricted for tourists since the risk of it being used for a Terrorist attack is grown, this one still did small groups. The dam itself is huge, 1km wide = long from the inside. You can see hall ways going on forever. The 18 pipes are 10m diameter and the water falls 80 meter down and the 18 generators together generate the 14000Megawatts resulting in 100 bilion kWh in a year. Everything is explained and also that this is all shared by Brasil and Paraguay with Itaipu as a separate company who sells to these 2 countries. Well look it up for all the details 😉.
    I had a lot of fun and learned a lot. I met this Cool Chinese guy Chen Peng and since we were the only english speakers we had a private tour most of the time 😆. We exchanged wechat numbers and met after we freshend up to have diner. All you can eat haha why not 😉 and yeah I had finally 3 meals today. Looks like there is progress. The food was really good and they kept serving meat etc from their pins 😃. We had a good time and left around 21:30 hotels were really close so in bed very quick. A very good day after all 😊
    Read more

  • Today will have to be a lazy day, Mark and I both have hangovers from hel and the rain it just keeps on coming. It reached 47 degrees yesterday, that normal? Apparently in Paraguay yes. It is so hot here that the thought of eating just really doesn't tick my box but this morning I need to. We eat lots of fresh fruit and bread, not quite the full English breakfast, but it does the job.
    Eric is a Mexican guy who helped start the hostel and his English is perfect , he has been a massive help here, and Juan from Colombia who's English is also good has helped with my learning of the basic fundamentals of Spanish. Mark is waiting in anticipation for the big fight tonight, and in the hostel is a pool table so I challenge Juan to a game and beat him.... still got it
    In Adrian part of the house he has a huge projector with surround sound and we spend the evening watching a couple of movies and chilling with a pizza, but no beer.
    We will leave in the morning for a 20 hour bus journey to Rosario so we head to bed at midnight to get a decent nights sleep.
    Read more

  • So we arrive in Asuncion at 7 in the morning and I'm more than grateful we are in one piece with all our luggage. We get a taxi to the hostel amd we're shown our dorm. The hostel is set in a working factory which is great for people who are travelling because they can stay here and work at the same time. A Russian girl called Evgeniia works here and shows us to our room. The room even though a dorm just has me and Mark in it and is set in the prettiest garden. We have a quick chat then head out to explore the city. There are so many beautiful colonial buildings here and we walk towards the river. There is a warship here that I think is still in operation, however I'm informed later in the day that it's actually a museum. There is masses of poverty here , with whole families living under tarpaulin, washing there clothes in the river and literally just behind the are all the big presidential buildings.
    After an hour or so we head back to the hostel , the heat here is crazy ,easily in the 40s and walking around in it feels like I,ve just done a marathon. When we arrive back Evgeniia is packing, the Russian Embassy have told her she must leave today and go to Buenos Aires (I hope someone else here speaks English) we quickly say our goodbyes and there is only one thing for it in this heat.....Siesta.
    We sleep for 5 hours and awake to find Adrian the owner of the hostel outside , we are invited to join him for a couple of beers and we're more than relieved to find he speaks good English. There are a couple of Columbians a French guy and a guy called Eric fom Chile. We all sit and share a few beers , I discuss with Mark there is no way we can sleep without air con tonight, I honestly don't think I'll get out alive if I stayed in this room so we pack our stuff and move to the room with air con. Its like being in a luxury hotel . After a few hours I leave the boys to chat manly things and retire to my bed, today has drained me physically and mentally.
    Read more

  • We awake in the morning and head to the market, Mark is on a mission to buy some vest tops. The temperature is once again in the 40s and at this rate I don't think I'm going to make it there . The market (mercardo quattro) lines whole blocks of streets, up and down with little alleyways shooting off in all directions. As we are walking we meet the 2 girls who were on our bus from hell and as we stand in the street talking we are all literally dripping. Evntually we find what Mark is after, although im not happy having walked round in circles for the past 2 hour to buy 2 poxy vest tops. On the 40 minute route back we call into a shop where the security guatd practically wrestles my bag off me... am i really going to be had over for thebfirst time in South America by a man in uniform? The answer is no, it is the shops policy to take your bag and put it in a secured bag so you cant shoplift... i really must practice my Spanish more.
    We leave the shop (a jumpsiit heavier) and continue back to the hostel.
    Once agin we have met some really cool people here, the owner Adrian has invited us to share a bbq tonight, so we have agreed to buy the beers. In paraguay you cannot buy a beer without taking an empty bottle(well if you do it will cost you a fortune) so laden with 50 empty bottles we make the 2 block trek to get the empties replaced with full ones. This is one of the nights I will be drinking beer because I've earn it.
    The bbq starts at around 9 o clock and Mark wakes me as I've had to take a siesta to recover. Adrian has about 12 people at the bbq and serves beautiful med rare steak served solely with boiled yam. You take a piece of steak and a piece of steak dip them in the mound of salt that is on the board and eat, absolutely delicious . When the food and beer is gone a couple of the guys dissapeared and the rest of us opt to head to a bar called la cachamba. Its supposed to be the first rail line in Paraguay and is set out as a railway station with a carriage and seating areas and an old steam train. They have an extensive cocktail menu , and whilst the guys drink more beer I indulge in a coffee tequila.
    There is a rin in the air and we make a hasty exit to find an indoor bar but as we walk the streets the heavens open . We take cover but the rain is relentless so we call a cab and head back to the hostel , the boys stopping to grab a few more beers, but once again my bed calls me... it is 3 in the morning and I'm exhausted and pretty drunk and even though it's rained and cooled a little, I thank God for the mercy we are in an air conditioned room.
    Read more

  • Um 8.00 Uhr aufgestanden und frühstücken im Hotel. Nur die Ränder der Toasts hatte ich leider vergessen zu fotografieren. Aber muss schon sagen, sie schmecken schon gut, ohne Rand.
    Mit dem Motorrad noch etwas am rum rotzen auf einer Nebenstrasse, tanken und das Gepäck zur Busstation. Seit 11.00 Uhr im Bus nach Concepción.

  • Nekaj fotk današnje top izkušnje. Paragvajski derbi med črno-belo Olimpio in rdeče-modrimi Cerro Porteño. Tekma je bila v Asuncionu, na skoraj polnem stadionu Defensores del Chaco, ki sprejme dobrih 42000 gledalcev. Po zaostanku Olimpie je "našim" uspelo izenačit. Glede na rdeči karton Cerra in nedosojeno enajstmetrovko v prid Cerra je bil to kar srečen remi. Igra ni bila na najvišjem nivoju, vzdušje pa praznično na obeh straneh. Vrhunsko in sploh ne tako strašljivo kot so me vsi opozarjali :) aja pa še vrhunski steak in sok Pasjonke za dobrih 15 € :)Read more

  • Vceraj sem prezivel prvo dolgo avtobusno voznjo. Po sedmih urah sem prispel v Asuncion kjer me je pricakal Diego in me peljal do gostiteljce Paole. Vecer smo preziveli ob super rostilju in pivu :) Danes sem spoznal se Vanesso, ki me je vsega zmackanega peljala na kratek sprehod in kosilo v znano restavracijo Lido, ki je noro popularna med lokalci. Ribja juhica je bila fina. Je pa zabavna njihova navada pitja pijace Terere, ko s hladno vodo prelijejo razlicne kombinacije zelisc. Termovko s salcko in slamico nosijo s seboj cele dneve! Sedaj ciliramo in pocivamo ob Netflixu, filme imajo na sreco podnaslovljene in ne sinhronizirane.Read more

  • Nous quittons définitivement l'Argentine pour nous rendre au Paraguay, en barque, en traversant le Rio Parana. On avait repéré un mécano spécialisé dans les Combi et les Cox, via facebook, dans la ville Ciudad del Este. Une fois sur place, impossible de trouver le garage. On prend contact avec lui via l'application et en attendant on fait des emplettes. Ciudad del Este est réputée pour être une ville frontalière peu chère. Pas mal de taxis côté argentin propose leur service aux touristes qui veulent faire du shopping sur la journée. On se dirige ensuite aux chutes de salto monday, qui sont très belles mais minuscules en comparaison d'Iguazu.

    Le lendemain en attendant la réponse du garagiste, on commence les travaux prévus sur le véhicule : acheter une nouvelle batterie. En discutant avec les deux vendeurs hyper sympa, l'un deux nous propose de nous mener chez son ami garagiste spécialiste en vieille VW. Lui à moto, nous en Combi, on à l'impression de vivre une course poursuite dans James Bond avec une voiture moyennement en forme. Nous ne l'avons perdu qu'une seule fois, et de son côté il a fait 3 ou 4 garages avant de nous conduire à un atelier-maison devant lequel une Cox est garée. On a eu du mal à se comprendre au début avec le mécano, car il parle à moitié espagnol et guaranis. Toujours est il qu'il regarde notre train avant, qui repart en saucisse, et trouve très rapidement ce qui ne va pas. On doit changer deux pièces de la fusée, et en regardant plus en détail, il nous demande d'un air rieur si on n'a pas trop de mal avec la direction. On lui explique que c'est hyper dur. Quand je dois faire une manœuvre Antonin doit m'aider à tourner le volant tellement c'est dur. Il nous montre et explique pourquoi, du côté droit on peut faire tourner la pièce à la main, du côté gauche c'est tout autre chose, impossible de la faire bouger. On part en Cox direction un tornillero et un magasin de pièces détachées. C'est notre premier tour en Cox, et c'est vraiment trop bien. Le moteur fait le même bruit sauf que là on est au ras du sol et qu'il n'y a pas toute la tôle à tracter. Notre mécano est en plus un vrai pilote. En une petite demi journée le travail est terminé, et c'est le jour et la nuit en terme de conduite. J'ai l'impression d'avoir échangé l'option salle de musculation pour la direction assistée.

    Ce mécano est tellement bien qu'on voit avec lui pour repasser le lendemain changer un soufflet de cardan. Mais avant ça, on change nos pneus avant, et on refait l'alignement et la balance. On discute super longtemps avec les mecs des ateliers, qui sont fan de rallye et de Peter Hansen. Il nous pose plein de questions sur la France et l'Europe, et ils n'arrivent pas à nous croire quand on leur explique qu'il n'y a rien qui sépare la France et la Belgique, pas même un poste de frontière. Pendant que les garçons s'affairent à changer le soufflet de cardan, moi je vais récupérer notre linge déposé la veille à une petite dame. Là elle m'invite à boire le Teréré, qui est un mélange de maté et de plantes bu froid, et je discute avec elle et ses deux filles pendant 1h30. Elles sont hyper curieuses, on discute de tout, et nos différences culturelles les font bien rire.

    Nos premiers jours au Paraguay se passent vraiment bien, on a un bon feeling avec ce pays, et on a hâte de voir la suite!
    Read more

  • On poursuit la route vers le lac Ypacarai qui se trouve à 290 km, sachant que le pays fait 330 km d'est en ouest. Nous nous arrêtons dans la ville d'Altos, dans un camping tenu par des suisses allemands. Là il y a pas mal d'autres voyageurs mais d'une tout autre catégorie, la plupart ont des poids lourds aménagés ou des cabines sur leur pickup. Ils sont tous allemands ou suisse allemands. Le camping est dans un super cadre, en hauteur donnant une vue sur le lac, bien ombragé, avec une piscine. On pause notre camp de base ici pour une semaine, l'endroit étant agréable et central.

    De là on visite tous les villes environnantes : Caacupé, Ypacarai, Itaigua, ect ... il y en a pas mal. Il y a toujours un point d'intérêt même s'il s'agit souvent plus de village que de ville. On commence par Carapegua réputé pour son artisanat. On repart de la boutique avec deux hamacs. Là encore on a un super accueil, on discute avec Susi, la propriétaire, qui nous offre du Teréré. On visite ensuite les villes qui possèdent des églises ou temples remarquables. Pas mal sont des anciennes missions francisquennes, construites au XVIe siècle. On passe à Tobati où l'on rencontre un français qui habite au Paraguay depuis son enfance. Il nous renseigne sur certains coins sympas pour se balader et se baigner. On croise dans cette même ville beaucoup de fours qui leur servent à fabriquer des briques. On visite aussi le parc Ybicui plus au sud. Il propose plusieurs balades le long d'une rivière avec des petites cascades.

    Au niveau de la vie du camp on partage barbecues, et conseils sur la Kombi avec Klaus, un hippie allemand qui en a eu 5 dans sa jeunesse "avant de se rendre compte que cette voiture n'est pas faite pour lui". Nous sommes invité par les propriétaires le 1er août afin de célébrer la fête nationale suisse. Là la différence culturelle se fait sentir. Nous sommes convié à 19h, et arrivons avec 10 minutes de retard, le propriétaire fait les gros yeux :s Autour de la table tout le monde est sur son 31, sauf nous :s Nous arrivons à échanger un peu avec nos voisins de tables qui parlent anglais. Mais sinon nous nous sentons vite seul car ils parlent tous allemand entre eux.

    Côté culinaire, l'une des spécialités du Paraguay sont les chipas. Il s'agit d'un petit pain au goût anisé qui à la même forme qu'un donut. Ils en font aussi avec de la garniture (viande, fromage, ect...). Cela ressemble un peu aux empanadas à la différence que la pâte est faite avec de la farine de maïs. Ils ont aussi les sopas, qui est une sorte de gâteaux de maïs salé. On en a gouté des natures mais aussi aux poissons. A part cela ils n'ont pas vraiment de plats typiques. La seule originalité est que tous leurs plats sont accompagnées de magnoc cuit simplement à la vapeur.

    Prochaine destination le Chaco.
    Read more

  • Nous voulons poursuivre vers le Chaco, région pour laquelle tous les livres alertent sur le fait qu'il faut se préparer et prévoir des vivres pour la traverser. Nous prenons donc nos précautions en nous arrêtant à Asuncion, la capitale, où nous avons un rendez-vous avec un mécano. Sur la route pour nous y rendre nous traversons Aregua, capitale de la fraise. Il y a une armada de vendeurs sur la chaussée, vendant la fraise sous toutes ses formes smoothie, glace, gâteau, confiture, ...

    Nous avons eu les coordonnées de Sergio Balansa via facebook, en contactant Jorge du VW club. Il a dans son garage une mine d'or, un Kombi et trois Cox en restauration. On vient le voir pour nettoyer notre carburateur. Il est très bon pédagogue et nous apprend tout ça sur la matinée. Nous voilà reparti, on fait un tour de la ville mais la voiture est encore plus capricieuse. On retourne voir Sergio, cette fois ci on apporte notre carburateur chez un tornillo pour qu'il nous soude une partie. On fait les déplacements en ville dans sa petite Cox blanche, et lui aussi est un pilote. En attendant on change notre soufflet de cardan (oui oui toujours le même depuis que l'on a acheté la voiture !). Pour vérifier que le carburateur est en état de marche Sergio souhaite faire un tour avec la voiture. Là il se rend compte de toutes les réparations qui sont au programme, mais que l'on a pas encore faites, à savoir : régler le frein à main et donc les freins arrières, régler le levier de vitesse, et l'avance à l'allumage. C'est reparti pour un deuxième cours approfondi, et heureusement que l'on a vu tout ça avec lui car on aurait galéré tout seul. Le lendemain on déjeune avec Jorge qui souhaitait nous rencontrer. On s'est raconté nos histoires de Kombi et de voyages pendant deux bonnes heures. C'était vraiment sympa.

    On peut enfin mettre le cap vers le Chaco. On croise sur la route pas mal de feux et de terres brûlées. La déforestation va bon train dans tout le pays, au profit de l'élevage bovin. La route est asphalté jusqu'à Filadelfia, première grosse ville du Chaco, mais elle est sérieusement en mauvais état. Les paysages du Chaco commencent à se dessiner avec notamment les arbres en forme de bouteille et les lapochos présent dans tout le pays. Arrivée sur Filadelfia, l'ambiance est posée, tout d'abord par cet effrayant rond point en forme d'araignée géante ou de soucoupe volante avec une croix au centre. Ensuite en voulant trouver de la bière, on fait un bon paquet de supermarchés où on nous regarde de travers dès qu'on leur demande. On pose la voiture dans une station service pensant qu'ils en vendraient, malheureusement ce n'est pas le cas, on va pour traverser la rue quand le garde armé jusqu'au dent nous tombe dessus. "Qui vous a autorisé à vous garer ici ?" nous demande t-il, et il nous somme de partir sur le champs. Voilà voilà bienvenue dans la communauté Mennonite de Fernheim.

    Les Mennonites sont des anabaptistes originaires de Russie. Ils se sont réfugiés en Allemagne à l'arrivée du communisme au pouvoir. Pendant la crise des années 1930 ils sont de nouveau partis pour le Canada, et le Paraguay. Il y a environ 15 000 Mennonites dans le Chaco répartis dans 3 colonies (Menno, Fernheim et Nueva Germania) ils vivent de l'élevage et de l'agriculture. Ils bénéficient d'un régime particulier au regard de l'État paraguayen, qui leur garantie la liberté de culte et l'exonération de service militaire.

    Concrètement cela donne une ville bien propre (route principale pavée avec de large chaussée, carré de pelouse vert et taillé) où le sens de la propriété privé doit être respecté à la lettre. Ce qui détonne complètement du joyeux bordel ambiant des autres villes sud américaines.

    Comme on ne sent pas trop la ville, on ne se lance pas dans un campement sauvage. On se dirige vers une estancia à 30km (non pavés - soit une heure et demi de route). On a perdu beaucoup de temps à trouver de la bière, et le soleil se couche tôt. À notre arrivée, pas de propriétaire seulement l'employé qui contacte sa chef par téléphone. Ils nous laissent passer la nuit sur leur terrain et nous envoie quelqu'un pour nous faire à manger. On n'est pas hyper emballé mais d'un autre côté on n'a pas trop le choix (l'autre option étant l'ÉNORME parking de l'église à la sortie de la ville). On attend pendant deux heures, on est fatigué et prêt à se mettre au lit quand on entend une moto arrivée. C'est parti pour un repas bien bizarre dans une salle décoré avec des squelettes et une émission religieuse en guise d'ambiance de fond.

    Le lendemain on visite les deux musées de la ville et on décide de poursuivre notre chemin. Cap plein est vers le Brésil.
    Read more