Satellite
Show on map
  • Day79

    Au bord du Lac Tana, le Nil Bleu

    January 23, 2019 in Ethiopia ⋅ ☀️ 27 °C

    Notre première virée hors de la capitale sera aux abords du Lac Tana, 10h de bus au nord-ouest d'Addis, dans la région Amhara.

    Nous prenons donc le bus de bon matin direction la ville de Bahar Dar. Nous passons un super trajet en compagnie d'éthiopiens attentionnés et nous faisons la connaissance d'une famille avec leur petit Menelik. Avec lui nous avons le droit à un cours particulier des animaux de la ferme en langue Amharique, ce qui nous permet maintenant de nous la raconter à chaque fois que nous croisons des animaux !

    Plusieurs surprises nous attendent le long du trajet. Tout d'abord nous croisons de charmants petits villages constitués de Tukuls (huttes rondes traditionnelles en toit de chaume) et d'habitations ressemblent à de petites maisonnettes fabriquées en eucalyptus et recouvertes d'un toit en acier. Toutes sont très bien construites et entretenues. Les éthiopiens au bord des routes se font de plus en plus nombreux au fur et à mesure que le jour se lève.
    Enfin, au milieu du trajet, au détour d'un virage, nous plongeons dans la Vallée du Grand Rift, immense canyon parcourant tout l'est du continent... grandiose, vertigineux, nous sommes scotchés à la fenêtre.

    Arrivés à Bahar Dar, ça grouille de monde, ça klaxonne, ça sent le café, ça vend et achète de tout... ville bouillonnante aux abords du paisible Lac Tana. Ce lac est la source du Nil Bleu, l'un des deux principaux affluents du Nil.

    Nous profitons de ces quelques jours pour nous balader aux abords du lac et aller voir les chutes du Nil Bleu. Après 1h30 de tappe-cul en minibus local, et une belle balade dans la campagne, nous voilà devant ces cascades. Elles sont magnifiques mais ont perdu de leur grandeur, et cela pour deux raisons : nous sommes en saison sèche, et le débit à été fortement réduit du fait de la construction d'un barrage hydraulique en amont... électricité ou eau pour l'agriculture ? Malheureusement il faut choisir... constat encore plus dur lorsque l'on s'aperçoit au retour, dans la nuit, que beaucoup de villages voisins n'ont pas l'électricité...

    Le Lac Tana, un premier pas vers la découverte de la "vraie" Ethiopie, avec ses gens adorables mais parfois insistants, sa population jeune mais pauvre, son développement progressif mais encore trop partiel, et tant d'autres paradoxes.
    Read more