Satellite
Show on map
  • Day11

    Pisaq, vallée sacrée

    August 11, 2019 in Peru ⋅ ☀️ 12 °C

    Ce matin nous sommes partis pour la vallée sacrée, avec en ligne de mire le Machu Picchu demain 🙈.
    La ville de Pisaq, à l'inverse de Cusco, était habitée par le peuple et non par les autorités. L'ethnie Inca s'y est établie vers 1100-1200, c'est à dire avant qu'ils ne deviennent un empire. En effet, on constate que l'architecture y est moins élaborée, les pierres y sont d'ailleurs plus petites.
    Il y avait treize quartiers dans cette ville très étendue qui vivait de l'agriculture. Les constructions en terrasse y sont très impressionnantes. Un cimetière Inca contenant 3000 dépouilles est établi en face des terrasses. Les momies y étaient glissées dans des trous.
    Pisaq est le nom d'un oiseau 🐦, il a été donné comme nom à la ville car elle en a la forme. On imagine bien a quel point ces constructions en terrasses à 3400 mètres d'altitude ont été un défi. Ces terrasses permettaient des cultures toute l'année car les rigoles irriguaient lors de la saison sèche en récupérant l'eau de la montagne.
    Pour construire une terrasse il fallait de grosses pierres pour faire les murs et les marches. Celles ci etaient formées de pierres plus longues dépassant du mur et qui formaient un escalier permettant de passer d'un plateau à l'autre. À l'intérieur de la terrasse sont superposés des graviers, puis du sable ou de l'argile, et enfin de la terre fertile.
    Les matériaux étaient transportés depuis la vallée sacrée et montaient plutôt à dos d'homme qu'à dos de lamas, ces derniers ne pouvant supporter qu'une charge maximum de 25 kilos.
    Entre les terrasses il y avait de petites pièces pour ranger les outils ou les récoltes.
    Comment les familles devenaient-elles propriétaires de leur terres? Il s'agissait de dons faits par l'Inca : à la naissance d'un garçon , un "Topo" était accordé, soit 3000m2 et à la naissance d'une fille, la moitié d'un topo.

    Après notre ascension d'hier, les troupes sont un peu courbatues mais toujours émerveillées. Nous avons eu la chance de visiter le site avant que les cars de touristes n'arrivent. Cela paye de quitter l'hôtel à 7h30!
    Read more