Satellite
Show on map
  • Day10

    Happy holi !

    March 20 in Nepal ⋅ ☀️ 21 °C

    Notre journée entre les deux treks a été consacrée a fêter Holi (play Holi comme on dit ici). Et c'est vrai que la ville entière devient un gigantesque terrain de jeu ! On pouvait sentir l'excitation monter dans les rues dès mardi soir, malgré la pluie.
    Holi ou fête des couleurs est une fête indienne célébree depuis l'Antiquité pour commémorer la destruction de la démone Holika par le feu, par Vishnu. Les cendres sont représentées par les pigments de couleurs que les gens se jettent sur le corps et à la figure (notamment sur les joues... et dans la bouche ! Ce sont parfois de véritables attaques !)
    Bleu pour la vitalité, Rouge pour la joie et l'amour, Vert pour l'harmonie, Orange pour l'optimisme (merci Wikipédia).
    En Inde comme au Népal, Holi est aussi le jour où tout le monde se mélange et se retrouve sur un pied d'égalité.
    Nous avons donc joué le jeu, Marie avait même déjà acheté des pigments en Inde. Nous nous sommes enduites d'huile de coco et de creme solaire pour faire écran contre l'agression des pigments plus ou moins sains et sommes parties déambuler dans les rues, avec une bande de norvégiens étudiants en médecine rencontrés quelques jours plus tôt à Dhulikhel.
    C'est parti pour Holi ! On se fait rapidement agresser à coup de ballons d'eau et de couleurs, mais nous pouvons heureusement répliquer. Ça danse sur de la techno autour de Durbar square, la majestueuse place classée a l'Unesco où se trouvent de nombreux temples et vieux palais, ainsi que dans tous les coins de rues.
    L'après midi, l'ambiance se masculinise et, sous l'effet d'un peu d'alcool et peut être de Bhang, s'échauffe parfois. Mais ça reste bon enfant, tout le monde semble heureux de gigoter, de lancer eau et couleurs et d'attaquer les passants en hurlant Happy Holi.
    Pause bien méritée l'après midi dans le jardin de notre hostel avec les Norvégiens puis un Allemand et un Suédois.
    Entre deux jets de couleurs, je planifie un extra du tour des Annapurnas que nous débutons le lendemain : l'acension du "Chulu far east" (6400m et quelques) au détour de Pisang/Manang, avec un guide recommandé par des membres (je devrais même dire des piliers !) de mon club de montagne /alpinisme parisien. Je retrouverai ensuite Marie à Manang pour continuer ensemble le tour.
    Ce sera le moment de vérité pour voir si mon corps peut monter si haut sans soucis !
    Read more