Satellite
  • Day151

    RIDE India

    March 24, 2017 in India ⋅ ☀️ 17 °C

    Et non pour une fois ce n'est pas une histoire de vélo!
    Je saute des étapes dans mon parcours -j'y reviendrai.

    Cette semaine je suis dans le Nord Tamil Nadu, à Kanchipuram, avec RIDE, une ONG familiale locale qui lutte depuis 1984 contre le travail forcé des enfants et pour l'émancipation économique des femmes des villages.
    Kanchipuram, une bourgade de plus de 3 millions d'habitants, est connue pour ses temples, mais aussi pour son travail manuel de la soie. C'est ici qu'on trouve les plus beaux saris...
    Jusqu'ici y a peu, 40 000 enfants étaient employés à trier les fils et à faire les petites mains, pour un salaire absolument misérable ou nul. Issus de familles très pauvres, leurs parents voient cela comme une tradition d'une part, comme un apport d'argent indispensable d'autre part, même si je répète, il est incroyablement bas (100₹ par mois !!!), et enfin, ils servent de monnaie d'échange, de garantie lorsque les familles ont besoin de solliciter une aide financière de la part de leur employeur.
    Une pratique aussi ancrée dans les moeurs ne s'éradique pas facilement...

    La scolarité est obligatoire en Inde, et le travail des enfants réglementé, mais la corruption importante et le fait que beaucoup de travailleurs de la soie travaillent chez eux font que les lois sont faciles à contourner...Quand on va à l'école en Inde, on doit aussi être propre, bien habillé, et d'apporter à manger pour le repas du midi, autant de freins à la scolarisation régulière des plus pauvres.

    Les fondateurs de RIDE, Mr et Mme Jeyaraj, tous deux enseignants diplômés, sont arrivés du Sud Tamil Nadu et ont démarré par fonder une école, en mesure d'offrir une bonne éducation gratuite aux enfants les plus défavorisés, et ont formé les enseignantes. Puis plusieurs écoles, ce qu'ils appellent des "bridge schools", permettant aux enfants déscolarisés de reprendre un cursus normal après une année. Puis des écoles du soir, permettant aux enfants travailleurs d'accéder tout de même à un bon niveau d'éducation, et de ne pas être captifs de leur travail de petite main toute leur vie... Des actions de communication auprès du public, des actions en justice et auprès du gouvernement pour que les lois soient respectées, de l'information et de la formation auprès des personnes les plus défavorisées pour qu'elles prennent conscience de leurs droits.

    Parallèlement, RIDE mène également dans les villages des projets de "Self-Help Group" ("aidons-nous nous-mêmes") pour les femmes : des femmes "ressources" sont formées à une activité artisanale (couture, broderie,...) et à la gestion financière, et sont ensuite "responsables" à leur tour de groupes de femmes. Ces groupes d'une cinquantaine de femmes se réunissent au moins une fois par semaine, et lorsqu'elles en font partie, les femmes doivent mettre de côté 50 ₹ par mois, sur un compte commun du SHG, ouvert et aidé aussi par RIDE. Après quelques mois d'économies les femmes sont en mesure de solliciter un micro-prêt pour améliorer, étendre leur activité économique. Des bénévoles locaux de RIDE continuent à être régulièrement auprès de ces SHG, d'autres groupes sont désormais autonomes. Certaines femmes ont lancé leur propre affaire, artisanale ou de production, par exemple pour le lait, transporté ensuite dans des camions réfrigérés vers la ville.
    Pour avoir une idée des coûts, une vache coûte environ 30 000 ₹, et son lait peut rapporter jusqu'à 6500 ₹ par mois (vendu à 30₹ le litre)...

    Plusieurs autres projets pour lutter contre la pauvreté ont été menés ou sont développés, comme la construction de toilettes dans des villages Dalit (Intouchables, les plus pauvres...), le développement du jardinage dans les écoles, l'information sur les herbes médicinales (il y a à Kanchipuram un hôpital traitant avec les herbes médicinales, accessible à tous, et une pharmacie où on peut se procurer divers remèdes efficaces et très peu chers), la récupération des déchets... Sur ces derniers points pas mal de choses peuvent encore être développées, mais pas en une semaine, il faudrait être ici pour 3 mois au moins (surtout vu le rythme des journées alors que la chaleur de l'été arrivé, mais bon, c'est un autre sujet).

    Pour fonctionner, RIDE dépend beaucoup de dons privés. Ils accueillent aussi des volontaires à long terme, forcé de propositions et de mise en oeuvre.
    Cela fait aussi une bonne quinzaine d'années maintenant qu'ils ont une petite offre de "tourisme solidaire", accueillant des touristes dans leur guesthouse, 3 repas faits maison avec beaucoup d'attention compris, et offrant des visites de la ville et des environs, ou des cours de cuisine...
    Mais tout le monde ne comprend pas la démarche puisque certaines personnes trouvent les prestations "trop chères"...

    J'ai pu rendre visite à quelques personnes concernées par ces projets, voir quelques livres de comptes, rencontrer des enfants super dynamiques et appliqués à l'école... Je pense que RIDE fait vraiment du bon boulot. Si jamais vous venez dans le coin, n'hésitez pas à vous arrêter, ils seront ravis de vous recevoir, et si vous cherchez une petite ONG à qui faire des cadeaux de Noël pensez à eux.

    RIDE India
    www.rideindia.org
    Facebook: Ride India

    48, Periyar Nagar
    Little Kanchipuram 631503
    Tamilnt, India
    Read more