Satellite
  • Day72

    De la frustration naît la motivation

    March 16 in Australia ⋅ ⛅ 20 °C

    Cette sublime maxime est tirée d'un stage de management de la belle société qui m'a nourri pendant 30 ans. Vous êtes frustré de n'être qu'un vers de terre, qu'une fourmi, qu'un paquet de cellophane transparent,..? Frustré que l'on ne reconnaisse pas toutes vos énormes qualités? Donc voilà, vous êtes frustré de chez frustré. Une solution pour ne plus l'être: bossez plus, épanouissez vous, travaillez comme quatre, en un mot, là vous êtes motivé. Et normalement là, après, il ne se passe rien! Et vous êtes encore plus frustré donc vous travaillez encore plus. Le problème, c'est que l'on ne sait pas où se termine ce cercle vicieux. Parfois par une augmentation, une promotion... parfois par un burnout.

    Pourquoi parler de ça aujourd'hui?
    Parce que nous sommes hyper frustrés. Nous avons Sydney juste en face, sa skyline, son Harbour Bridge, son opéra somptueux et nous allons nous en tenir là pendant deux jours. Le suplice de Tentale.

    La différence avec plus haut, c'est que même en étant motivé, positif et tout ce l'on veut, ce n'est pas celà qui assainira la situation sanitaire du monde. Donc, nous resterons frustrés, même si nous ressentons une belle motivation pour rentrer.
    Mais là, nous n'avons pas la main.
    Donc nous sommes commes des enfants devant un paquet de friandises ou un pianiste, même amateur, devant un piano qu'il ne peut pas toucher.

    Comme ils ont le sens de l'humour, ils organisent ce soir une grande fête sur le pont supérieur pour célébrer notre visite à Sydney... J'ai pas dit « de » Sydney. Et en plus il pleut et ça caille!

    Re mauvaise nouvelle, mais celle-ci était tellement prévisible que celà en devient presque une bonne: nous n'allons plus à Nouméa. On ne nous veut plus. Nous sommes des pestiférés. Mais c'est presque mieux, car le plus sécurisant pour la santé du bateau, c'est que plus personne ne descende, ni ne monte à bord d'ici notre retour.

    Mais là, nous attendons un futur prochain communiqué qui devrait nous expliquer le plan du voyage vers l'Europe (environ 20.000 km, 24 jours de mer sans les escales techniques).
    Donc, wait and see, et soyons comme les habitants de cette superbe océanie:
    « Easy going and relax! ».

    Et bon courage à tous en métropole où la situation n'a pas l'air de s'arranger. Soyez prudents.
    Read more