Benin
Atlantique

Discover travel destinations of travelers writing a travel journal on FindPenguins.
Top 10 Travel Destinations Atlantique
Show all
Travelers at this place
    • Day 32

      Zater-dagje weg

      February 18, 2023 in Benin ⋅ ☀️ 34 °C

      Okorriso (goeiedag in Adja)!
      Vandaag gingen we op stap met Marcos, We begonnen onze rit met het kopen van maniok. Een wortel die hier vaak klaargemaakt wordt zoals aardappelen bij ons. We reden verder naar Abomey, waar we de site bezochten van het paleis van de oude koningen van Benin (16-19e eeuw, dus voor de kolonisatie). We kwamen ook meer te weten over de amazones (de vrouwelijke krijgers van Benin). Onze tocht ging verder naar “la statue du roi Béhanzin” op het Goho-plein. We reden nadien terug via Dogbo naar Lokossa, waar we Marcos’ vrouw en kinderen ontmoetten. Onderweg aten we verse suikerriet en kokosnoten. We sloten ons bezoek af in Possotomé waar we water dronken van een termale bron en even het strand opzochten van het lac Ahémé.Read more

    • Day 8

      ZINVIE : paroles de jeunes

      April 29 in Benin ⋅ ☁️ 31 °C

      Lundi 29 avril
      Comme à l’accoutumée, nous avons commencé la journée avec un bon petit-déjeuner ; il y avait du thé, de la bouillie de sorgho et des beignets. Ensuite nous nous sommes repartis en groupe de 4 ou 5 pour être présent sur différents ateliers de CREDI-ONG qui sont la Prosction Animale, la Production Végétale et le Refuge.
      Le premier groupe constitué de Dylan, Hubertine, Jemima, Nicole et le plus plus beau était sur la Production Animale. Ils ont nourrit et abreuvé les poulets (HUUUUMMMMM LE POUUUULLETTTTT ), les lapins et les chèvres. Le deuxième groupe, Lucas, William, Edmond et Aline, était sur la Production Végétale où ils ont désherbé et arrosé les planches. Quant au troisième groupe, il est constitué de Christia, Armand, Yann et Jessy qui ont nourrit les animaux du Refuge Animalier.
      Aujourd’hui c’était le jour de marché de Zinvié ; donc après les activités des différents groupes, nous nous sommes rendus au marché où chacun a pu acheter ses petites bricoles.
      A 12h nous sommes rentrés pour déjeuner ; c’était du pois d’Angole avec du gari au menu. Après quoi nous avons eu le temps de nous reposer.
      Les activités ont repris à 14h30 où nous avons pris départ pour assister à la préparation des galettes d’arachides communément appelées « Klui-klui ». La cuisinière nous a expliqué comment se passait la préparation depuis l’achat des matières premières jusqu’à l’obtention des galettes. Ensuite nous avions essayé à notre tour de faire des galettes.
      Nous sommes rentrés puis un bon moment de repos était le bienvenu. Ensuite nous avons diné, de la pâte de cossette de manioc avec de la sauce d’arachide aux poissons, puis échangé sur la journée passée et les meilleurs moments !
      Puis la journée était finie.

      Hubertine et Maxence
      Read more

    • Day 4

      ZINVIE : Paroles de jeunes

      April 25 in Benin ⋅ ⛅ 34 °C

      Jeudi 25 avril 2024 :
      Aujourd’hui nous avons fait un rappel de ce qu’on n’a appris hier ; nous avons parlé de l’empreinte carbone. Ensuite nous avons abordé le sujet de ce jour en commençant par définir ce que c’est que la compensation du carbone. Chacun a donné son avis sur le sujet. Pour certain la compensation carbone est l’ensemble des activités mises en place pour équilibrer les actions de l’effet de serre. Pour d’autres ce sont les mesures adoptées pour limités l’impact des activés humaines sur la nature. Par exemple, le reboisement et aussi encourager le transport en commun.
      Pour confirmer que les activités humaines ont un impact sur les puits à carbone que sont les mangroves, les forêts, les tourbières, les océans, les marécages, les marais nous avons fait un jeu qui consiste à rejoindre la rive avec des cailloux flottants. L’objectif c’est de traverser la rivière sans perdre les cailloux qui peuvent être emporter par le courant ; mais malheureusement à chaque fois qu’on avance on perd nos cailloux ; alors tout le groupe n’a pas pu traverser la rivière. Les cailloux représentent les puits à carbone ; nous avons conclu qu’il faut être solidaire pour réussir à préserver ces puits à carbone ; l’important c’est comment faire pour les sauvegarder. Avant la pause nous avons fait une affiche avec des dessins qui décrivent les puits à carbone en bonne état, les activités humaines ayant un effet sur ces puits à carbone, les puits à carbone affectés par les activités humaines et pour finir les solutions proposées pour réduire les émissions de CO2.
      Suite au repas du midi nous avons entamé l’après-midi par une danse superviser par Mme Asnade et Mr Modeste. Nous avons poursuivi par un jeu collectif dont le but étant de retourner le tapis sur lequel le groupe était entièrement poser dessus, nous avons remarqué que plus le nombre diminue plus c’est facile de retourner le tapis. Nous en avons conclus que plus nos besoins étaient contrôlés, plus le CO2 serait compensé.
      A la suite de cette activité nous avons représenté par des dessins des idées d’actions concrète de chaque personne pour limiter le rejet de CO2. Pour finir cette journée Mr Modeste à fait une narration portant sur les gaz à effet de serre, les puits à carbone et les activités humaines, dans cette narration une histoire a été racontée. Elle porte sur les conséquences de la continuité de nos actions, qui détruisent les puits à carbone et pour finir l’extinction de la race humaine. Seulement certains humains survécurent aux dérèglements climatiques et ont compris qu’il fallait préserver les puits à carbone, ils ont donc mis en place des actions pour que la nature reprenne son droit. Ainsi les gaz à effet de serre ont diminué pour une bonne vie sur terre.
      Après le diner nous avons eu une soirée contée avec une dame. Ces histoires étaient très passionnantes.
      Conclusion : cette journée a été longue avec plusieurs activités qui ont réussi.

      Jemima et Lucas
      Read more

    • Day 2

      Ouidah, la route de l'esclave

      December 3, 2023 in Benin ⋅ ⛅ 32 °C

      La Route des Esclaves
      De toutes les villes du Bénin, Ouidah, est la ville qui a le passé le plus douloureux. Plaque tournante du commerce triangulaire du XVe au XVIIIe siècle, Ouidah a vu passer des millions d'esclaves. Une histoire sombre qui a duré pendant 400 ans. 
      Le projet de la Route de l’esclave est une initiative de l’UNESCO, lancée officiellement en 1994 à Ouidah au Bénin Ce projet explique que l’ignorance ou le voile qui couvre des événements historiques majeurs constitue un obstacle à la compréhension mutuelle entre les peuples, il brise le silence qui entoure les traites négrières et l’esclavage qui ont touché tous les continents et causé de grands bouleversements ayant façonné nos sociétés contemporaines.
      L’étude des causes, des modalités et des conséquences de l’esclavage et de la traite négrière aide également à mieux comprendre les diverses mémoires et les patrimoines issus de cette tragédie mondiale.
      Étape 1 de la route :  La sélection des esclaves
      Elle se faisait place Chacha (qui tient son nom de Félix Francisco de Souza dit « Chacha », grand négociant de Ouidah, d’origine portugaise).
      Les esclaves devaient être robustes et en bonne santé. Une fois sélectionnés et achetés par les négriers, les esclaves étaient marqués au fer chaud. L’objectif était de permettre à leurs propriétaires de les reconnaître à destination. A cette période, il fallait entre 1 semaine à 2 mois pour attraper assez d’esclaves et ainsi organiser un départ. C’était une vraie chasse à l’homme. Les Rois décidèrent ainsi de faire des scarifications à leur descendance afin de protéger les intouchables et ainsi éviter de les faire déporter.
      Étape 2 : L'arbre de l’oubli
      Une fois marqués, les esclaves étaient enchainés, puis étaient envoyés vers l’arbre de l’Oubli. Un arbre planté au 17ème siècle par le Roi avec la complicité des Portugais. Les hommes devaient faire 9 fois le tour de cet arbre et les femmes devaient faire 7 fois le tour. L’objectif était de leur faire oublier leur origine, leur tradition, leur culture, leur identité afin qu’ils ne réagissent plus comme des êtres humains mais comme des animaux.
      Étape 3 : Le dernier village
      Le dernier village de Zoungbodji est celui que les esclaves franchissait avant d’être embarqués. A l’époque, ce village n’était qu’une forêt et une zone marécageuse. Les hommes y étaient affamés pour les rendre faibles et ainsi réduire les rébellions. On leur donnait à l’occasion de l’eau non potable. Les plus résistants survivaient et les autres mourraient. De même, lorsque certains se rebellaient, on les enchaînait, puis on leur enfilait dans la bouche, un akoko (morceau de bois destiné au bétail et qui sert à le guider).
      L’idée était de vraiment les réduire à l’état animal. Avant de partir, un esclave restait dans ce village environ 66 jours et demi, le temps nécessaire pour avoir assez d’esclaves.
      Étape 4 : La case de Zomai
      Case dans laquelle les esclaves étaient stockés avant de partir. Ils étaient entassés dans cette case sans lumière ni fenêtre afin de les habituer à la cale du bateau qui les attendait.
      Ceux qui résistaient, embarquaient, ceux qui ne résistaient pas où étaient trop faibles étaient jetés dans une fosse commune profonde de 21 mètres. (hommes et femmes sans distinction, les malades, les fatigués et les morts.)
      Étape 5 : l’arbre de Retour
      L’arbre de Retour avait pour vocation de permettre le retour spirituel de l’âme des esclaves s’ils mourraient pendant le trajet ou sur place. L’idée était de leur permettre de se retrouver sur la terre de leurs ancêtres. Ainsi, on leur offrait la possibilité d’avoir le repos éternel. Les esclaves, hommes comme femmes, faisaient 3 fois le tour de cet arbre. Ce rituel se faisait en présence des « Egungun », les revenants.
      Étape 6 : la Porte de Non Retour
      La porte de Non Retour est le passage d’où l’on ne pouvait plus revenir.
      Les esclaves, après avoir cheminés la "route des esclaves", étaient épuisés. Nul n’avait la capacité physique de revenir sur ses pas. Aujourd’hui, sur ce sentier, on trouve de nombreuses statues. Elles portent des messages et rappels à la culture béninoise. C’est ainsi qu’un monument a été élevé pour symboliser ce départ pour une terre inconnue et un avenir incertain.
      Ouidah est la deuxième porte de départ des esclaves derrières celle de Pointe Noire (Congo). Elle est devant celles de Gorée (Sénégal), Cape Coast (Ghana) et Zanzibar (Ile de Zanzibar).
      C’est ainsi que se termine le voyage des esclaves qui seront ensuite transportés par petits bateaux dans les caravelles. Ces lieux où ils seront enchainés et disposés comme du bétail pour la grande traversée.
      Read more

    • Day 3

      ODDB et arrivée au village de Bonou

      December 4, 2023 in Benin

      Notre chauffeur François est venu nous chercher à 8h pour nous conduire au siège de ODDB.
      Le planning était censé être serré et nous ne devions pas perdre de temps .... mais notre référentiel n'est pas le même. La réunion a commencé tranquillement à 9h pour se terminer à 13h. Nous étions déjà "en retard".
      Déjeuner avec Mariano et Alfred ainsi qu'une volontaire d'une autre ONG : Helena une québécoise originaire d'Argentine. Repas délicieux et authentique. Pas de doute le dépaysement est là.
      Nous prenons la route pour Bonou largement en retard, nos valises ficelées sur le toit de la voiture de François. Nous sommes 8 dans la voiture. Il fait une chaleur de dingue et Sandra se retrouve avec une immense passoire en alu sur les genoux.
      L'ambiance est bonne dans la voiture. Les garçons rient et les filles et moi en profitons pour faire plus ample connaissance.
      La circulation en ville est plus qu'anarchique. Tout le monde klaxonne, passe, double sans jamais s'arrêter (surtout pas aux feux tricolores). Joyeux bordel mais sans aucune agressivité.
      Petit stop à Porto Novo pour faire quelques emplettes. Nous repartons et là, sur la grande route bondée la voiture tousse, cahote, le voyant de frein à main s'allume !!!! François me fait comprendre (car il ne parle que le Fon, un dialecte béninois) qu'il y a bientôt une descente et que tout va bien. Il n'a pas l'air de s'inquiéter. Quelques mètres plus loin, il tourne à droite (en coupant la route avec la voiture qui fait des petits bonds) il tend un billet par la fenêtre et un gars s'approche avec un entonnoir tout cracra, recouvert d'un tissu (cracra lui aussi) ....en fait nous étions en panne d'essence !! Pas de problème, le gars remplit le réservoir de 5 litres d'essence contenus dans une jarre en verre. TIA -This Is AFRICA -
      Nous reprenons la route quand soudainement nous nous arrêtons de nouveau en bord de rue. Les garçons négocient quelques boissons auprès d'une marchande qui a une échoppe le long de la rue. Le temps de discuter du prix, qu'elle aille chercher les canettes, reparte avec les billets pour enfin revenir avec la monnaie ..... nous sommes restés SUR le trottoir quelques bonnes minutes. Le tout dans la bonne humeur.
      Après 3 h de route (bitumée mais complètement défoncée) nous arriverons au camp. Des logements en bord de route. En dur, mais pas très entretenus. A l'occidental mais sans le standard.
      Pas grave nous avons un lit confortable avec moustiquaire et une salle de bains avec eau courante.
      Nous terminons cette chouette journée par une petite reconnaissance d'une des 2 forêts où nous allons travailler pendant 2 semaines.
      Repas par Simon notre chef cuistot, arrosé d'une Béninoise (bière locale de 65cl/ personne)
      Bonne nuit, demain nous déjeunons à 6h pour départ en forêt à 6h45.
      Read more

    • Day 4

      ZINVIE : Sur les traces du carbone

      April 25 in Benin ⋅ ☁️ 34 °C

      Après avoir réfléchi aux moyens de séquestrer le carbone le matin, réflexion sur les compensations et/ou réductions carbone l'après-midi.
      Une fresque résume le travail effectué dans la bonne humeur.
      Pour finir, sur l'impulsion de Modeste animateur de CREDI-ONG, un conte mimé résume la problématique.
      Read more

    • Day 4

      ZINVIE : Paroles de jeunes

      April 25 in Benin ⋅ ⛅ 34 °C

      Mercredi 24 Avril 2024 :

      Aujourd’hui, la journée a commencé par une photo de groupe et une animation dirigée par Asnade, Ubertine.
      La matinée, nous avons fait la visite du village et les activités de CREDI – ONG encadrées par Mr. Modeste.
      Lors de cette visite, nous avons pu observer des chantiers en construction, la production animale, des périmètres agro-écologiques et refuge animalier, la pisciculture.
      Dans la production animale, nous avons visités la production des volailles issus des croisements de poules locales et des goliates, des élevages de caprin, et la cuniculture animée par Mme. Nicole.
      Dans le périmètre agro- écologiques, nous avons pu observer des arbres tels que le baobab, le nime et d’autres plantes qui ont certaines propriétés médicinales, des légumes, des feuilles cultivées sur des planches par les femmes du village.
      Dans le refuge animalier, nous avons aperçu des reptiles tels que des pythons royaux, des pythons de seba, cobra cracheurs, des crocodiles nains ; mais aussi des antilopes semi-aquatique appelées Sitatunga et des antilopes terrestres, mais également des singes.
      Parmi ces espèces, certains sont venus au refuge en étant bébés, nourris au biberon, et d’autres, blessés, qui ont été soigner. L’espèce qui est gardé au refuge se reproduit avec un/une partenaire de façon à avoir un petit totalement autonome et non dépendant de l’homme. Il pourra donc être relâché dans la nature. Cette visite a été effectuée sous la surveillance de Mme.Jémima.
      Pour terminer la matinée, nous avons visités la pisciculture sous la surveillance d’Isaac.
      Nous avons découvert des étangs de poissons en période de gestation et d’autres étangs en contact avec la rivière ainsi qu’un poisson électrique.
      Dans l’Après-Midi, nous avons travaillés sur la notion d’empreinte carbone animée par Mr. Modeste et Mme. Asnade.
      Pour commencer, nous avons définit l’effet de serre comme un phénomène naturel qui permet de maintenir la chaleur sur Terre. On a cité des exemples de gaz à effet de serre qui sont le méthane, la vapeur d’eau, le protoxyde d’azote, l’ozone, le dioxyde de carbone.
      Parmi ces gaz, c’est la vapeur d’eau qui produit en majeur partie l’effet de serre. Ensuite nous avons échangés sur ses bienfaits et ses inconvénients. Chacun s’est exprimé sur son ressentit sur le sujet. Nous avons ensuite abordé le sujet de l’empreinte carbone qui est définit comme la quantité de dioxyde de carbone produit par les actions humaines.
      Ces actions sont classées en cinq catégories : l’énergie qui produit plus de CO2, L’industrie et le transport qui sont en deuxième positions et qui produisent en proportion égale le CO2.
      L’Agriculture en 3ième position et enfin la production plastique. Pour terminer cet échange, plusieurs échelles ont été donner pour la mesure du CO2 comme par rapport à une personne, une entreprise, un village, un pays etc.
      Pour terminer la journée, un crocodile tour a été effectué pour visiter le cœur des marécages du village. Différentes espèces végétales (oreilles d’éléphants) et animales (Hérons, crocodiles) ont été observées ainsi que des traces de Sitatunga (antilope semi-aquatique).
      Nous avons apprécié la journée, qui a été une réussite grâce à la participation de tout le monde, on s’est bien amusés.

      William et Edmond
      Read more

    • Day 2

      ZINVIE : 1ère Journée de travail

      April 23 in Benin ⋅ ☁️ 28 °C

      Après un accueil par Martial KOUDERIN, directeur exécutif de CREDI-ONG, les jeunes ont participé à des ateliers de découverte de l'autre et fait part de leurs attentes, leurs craintes concernant cette expérience.Read more

    • Day 15

      ZINVIE : Paroles d'adultes

      May 6 in Benin ⋅ ☁️ 33 °C

      C'est le jour du départ pour Paris. Nous prenons donc exceptionnellement la parole pour adresser tous nos remerciements aux participants de cette aventure.
      Aux jeunes tout d'abord, qui ont été exemplaires tout au long du séjour. Le groupe s'est montré constructif, efficace et curieux. Des relations fortes se sont crées et nul doute que chacun a appris de l'autre. Et le tout dans une excellente ambiance de camaraderie !
      A l'équipe de CREDI-ONG, Martial Kouderin le directeur, Monsieur Modeste et Asnade alias Mamy Astou, les animateurs et à tous leurs collaborateurs.
      Enfin à l'équipe du "Café du coin", Junior, Doré, Ghislain et Tata Josette, qui avec beaucoup de gentillesse et de patience ont assuré l'intendance pendant ces 13 jours.

      Sandrine Marchand, Armelle Legrand et René Cuinet
      Read more

    • Day 8

      ZINVIE : Galettes d'arachides

      April 29 in Benin ⋅ ☁️ 33 °C

      L'après-midi a été consacrée à la visite d'un atelier de fabrication de galettes d'arachides (cacahouètes).
      Un collectif de 24 femmes, aidé par CREDI-ONG, transforme les cacahouètes achetées à des agriculteurs locaux.
      Dans un premier temps, elles en extraient l'huile qu'elles vendent sur les marchés.
      Avec le résidu, une pâte appelée "beurre de cacahouètes", elles fabriquent des petits bâtonnets appelés "galettes". Nous avons pu assister à toute la fabrication, sauf l'extraction de l'huile.
      Read more

    You might also know this place by the following names:

    Atlantique Department, Atlantique, Q29147

    Join us:

    FindPenguins for iOSFindPenguins for Android