Le voyage de Titouan, Clara et Armel sur les îles des caraïbes !
Currently traveling
  • Day130

    Trinité en fast-life

    June 24 in Trinidad and Tobago ⋅ ⛅ 30 °C

    Nous quittons le bateau le 24 au matin, en partant avec Sylvain et Martin direction l'aéroport pour eux, Port d'Espagne pour nous. On se quitte sans grande fête car la navette nous dépose au bord de la route. On est un peu déçu de ne pas pouvoir les saluer comme ils le méritent, mais on s'est promis de se revoir en France alors ça va.

    Nous voilà donc dans la capitale du pays, à côté du jardin botanique et du bureau du président. On se retrouve d'ailleurs au milieu d'une espèce de manifestation sans trop comprendre de quoi elle en retourne. Poussé par la faim et l'envie de déposer nos sacs trop lourd, on ne s'attardent pas et on file vers notre Airbnb. Il se trouve qu'il est au sommet d'une sacré montée qui nous met bien dans le mal, mais on y arrive tout de même. On pose nos affaires et retournons faire quelques courses en vitesse pour enfin manger, vers 17h 😁

    Nous sommes le 24, notre avion part le 28 ce qui nous laisse 3 jours pour visiter un peu les environs. Le lendemain (25), nous profitons des lits confortables et de la température clémente en comparaisons du bateau pour nous reposer. Nous partons ensuite à la visite de Port d'Espagne. Nous déambulons dans les rues, et pour tout dire, c'est un choc. Nous sommes de retour dans une vraies grande ville, avec des mélanges culturelles fort. On entend parler anglais et espagnol, des enseignes américaines sont présentes et personne ne nous accoste car nous sommes blanc. On s'arrêtera manger dans un centre commerciale avant de rejoindre le musée nationale de Trinité-et-Tobago. Il est plutôt fourni et nous en apprenons un peu plus sur le pays. On se rend compte qu'une très grosse partie de l'économie du pays vient de l'exploitation du pétrole (ce qui explique les plates-formes pétrolières) et qu'il n'y a pas si longtemps (10 000 ans) l'île était relié au continent sud américain. C'était sympa d'avoir une partie un peu culturelle, que nous n'avons pas trop exploré jusqu'alors, du moins dans des musées. On finira au jardin botanique qui est vraiment sympa, en comparaison d'un autre que nous avions fait (coucou Roseau).

    Pour ce qui est de jour suivant, nous avions prévu de rejoindre une petite balade au nord ouest de l'île, seulement la pluie a décidé de s'inviter et nous bloquent. C'est la première fois qu'on a une journée entière de pluie dans les Caraïbes et ça ne faisait pas semblant. Le pays était en vigilance jaune pour cet épisode orageux et on a bien fait de rester à l'intérieur. On en a profité pour organiser un peu la suite et faire beaucoup de parties de coinche 😘

    Enfin, le 27 nous décidons de partir pour le nord de l'île, qui semble être plus sauvage et avec de jolies paysages. On se fait emmener par un espèce de taxi qui nous assurent que les bus ne fonctionne pas trop par ici à cause des glissements de terrains. On rejoint la plage de Maracas Bay sous la pluie encore une fois. On la laisse passer en dégustant une spécialité local : le Bake and Shark. Oui oui c'est bien du requin, mais qui n'est pas en danger ici (de ce qu'on nous a dit). On ira ensuite jouer dans les vagues de la plage, sous la forte surveillance des moniteurs, qui semblait ne pas trop nous croire quand on leur disait qu'on savait nager.
    On rentre ensuite en bus (tiens tiens il fonctionne on dirait) pour 4 fois moins que notre aller. Et puis nous voilà déjà à notre dernière soirée à Trinité, on regarde un n-ieme Harry Potter et on va se coucher, en pensant à demain et à notre départ.

    Nous avons finalement vu très très peu du pays, à cause de la météo et de notre manque de voiture sur une île qui est 4 ou 5 fois plus grande que ce qu'on a vu jusqu'à présent. Il y a encore énormément de chose à voir, notamment l'île de Tobago qui semblent magnifique. Peut être qu'on reviendra 😉

    A bientôt !

    Titouan
    Read more

    Jacqueline Guillon

    coucou ! ou en es tu dans ton voyage ?😘

     
  • Day124

    Uoshan sailing trip, la fin

    June 18 in Trinidad and Tobago ⋅ ⛅ 29 °C

    Le bateau est amarré sur le ponton du chantier naval et nos missions sont multiples : ranger et nettoyer le bateau, le mettre en mode repos pour les 6 mois de la période cyclonique, faire notre clearence d'entrée à Trinidad et Tobago et dire au revoir à tout l'équipage.
    Les autorités sont plutôt strictes pour l'entrée sur l'île et les ragots de nos voisins de pontons ne nous donnent pas un très bon apriori. Martin est en contact avec une dame qui travaille au port, elle s'occupe de préparer toute la procédure et de nous guider pour la réaliser. Tant qu'on a pas les tampons sur notre passeport on ne peut théoriquement pas quitter le chantier naval. La première étape consiste à se faire tester pour le covid par un médecin. Ce dernier vient le premier jour et la scène est plutôt drôle et assez paradoxale avec le soit disant sérieux des autorités sur le covid notament. On réalise le test sur une table de pic nic en mode vacances, le "médecin" se contente de nous chatouiller l'entrée du nez avec son coton tige et en plus il a déjà imprimé nos résultats negatifs ! La suite de la procédure demandera à Sylvain plusieurs aller retour avec l'immigration dont on vous passera les détails et on finira par avoir les tampons au bout de seulement un jour.
    Mais revenons en au début avec le bateau. La journée de notre arrivée à été mouvementée, on a bien avancé dans le rangement du bateau avec le démontage de toutes les voiles, de tous les bout et le rangement d'une partie des coffres extérieurs, le tout sous le regard du propriétaire du bateau d'en face qui se detendait et se désalterait devant le spectacle.
    La journée suivante était pluvieuse et nous avons pas beaucoup avancé sur Uoshan. En revanche nous avons tous les trois démonté les deux voiles du bateau d'en face pour une rémunération plus qu'honnête. En revanche la soirée était plus mouvementée, on a fêté le départ de Thomas qui prenait l'avion le lendemain pour Carthagène afin de rejoindre l'équipage de Petit poisson pour traverser le Pacifique. On a invité à prendre l'apéro le propriétaire du bateau d'en face qui avait déjà bien commencé sans nous toute la journée et qui manqua de finir à l'eau pour monter sur Uoshan.
    Le lendemain matin on a assisté à la sortie de l'eau de Uoshan. C'était assez impressionnant est aussi perturbant de le voir hors de l'eau. Les jours suivant on été consacrés au rangement complet de Uoshan. On a entre autre lavé les fonds de calle, rangé et nettoyé intégralement l'intérieur, nettoyé le pont, le tout sous une chaleur accablante et l'assaut des moustiques. On a ainsi vécu en hauteur sur Uoshan perché, une expérience différente après tous ces jours sur l'eau.
    La veille du départ de Martin et Sylvain, on est allé au bar pour se dire aurevoir. On a fini en beauté avec cette petite soirée avec un billard, la rencontre de français installant une plate forme pétrolière et des pas de danses enflammés avec la serveuse.
    On est super heureux d'avoir rencontré nos capitaines qui sont vraiment de super personnes. On est vraiment reconnaissant de tout ce qu'ils ont fait pour nous, de tout ce qu'ils nous on appris et on a vraiment hâte de les recroiser sur la terre ferme.
    Ainsi s'achève notre aventure de marin, il nous faut maintenant nous retrouver à nouveau tous les trois à la découverte de Trinidad et Tobago.

    En bonus : une vidéo de daufins venus nous rendre visite un jour de navigation, le spectacle était incroyable.

    Armel.
    Read more

    AlexBenJules Garcia

    Les dauphins 🐬 la chance

    7/8/22Reply
     
  • Day124

    Sailing sur Uoshan J22

    June 18 in Trinidad and Tobago ⋅ ⛅ 29 °C

    24h de nav

    Ce matin, nous avions envisagé d'aller nager avec les tortues dans la réserve proche de notre mouillage. Mais certains réveils sonnent plus tard que prévu, d'autres privilégient une bonne nuit de sommeil avant la navigation qui s'annonce plus intense que celles que nous avons connues jusque là ! Nous partons donc avec quelques regrets de n'avoir pas exploré tous les fonds du coin, mais ce n'est pas grave car une nouvelle aventure nous attend. Pour Armel, Titouan, Thomas, et moi, les novices de la voile, c'est une vraie première : on va expérimenter la navigation de nuit.

    Celle-ci s'organise en quarts : chacun à tour de rôle se lèvera pendant la nuit pour faire une veille, en s'assurant qu'il n'y a aucun danger ni risque de collision. Comme nous n'avons quasiment pas d'expérience, pas question de faire les quarts tout seul ! (Les capitaines tiennent un peu à leur bateau et aux vies de l'équipage). Pour cette raison, nos quarts s'organiseront de la manière suivante : les quarts de Martin et Sylvain dureront chacun 3h, et les nôtres 1h30. Ainsi, chacun aura deux créneaux de nuit, pour vivre cette expérience totalement nouvelle !

    L'ordre des quarts est tiré au court-bout, version marine de la courte-paille, car il y a un créneau qui donne envie à tout le monde... celui du lever de soleil.

    La journée se passe super bien, nous avons le vent de travers et nous avançons à toute vitesse, en moyenne entre 6 et 7 noeuds, ce qui est vraiment bien pour un voilier de ce gabarit (les estimations sont calculées pour une allure de 5 noeuds en général). Nous avons donc bien avancé, même plus que prévu, quand la nuit commence à tomber. On aperçoit l'île de Grenade au loin, et on continue de voir des lumières même une fois qu'il fait noir.

    Après un bon repas, Armel et Martin entament le premier quart de nuit, et croiseront pas mal de cargos. Quand Titouan prend la suite, une plateforme pétrolière apparaît au loin sur l'AIS. Petit à petit, la trajectoire du bateau se rapproche de la plate-forme, et de loin on aperçoit une masse très lumineuse. Quand je prends la suite de Titouan, Sylvain remplace Martin et nous remarquons que nous allons presque droit vers la plate-forme. Même si la trajectoire a été corrigée plusieurs fois, on est obligés de modifier encore un peu le cap car il faut éviter de trop s'approcher. On passe quand même assez près, et on distingue même des détails depuis le bateau : des grues, d'autres bateaux, et tellement de lumière qu'on croirait voir un sapin de Noël.
    A là fin du quart, on enlève le génois pour le remplacer par la trinquette, une plus petite voile, car les prévisions annoncent des rafales un peu plus élevées pour le reste de la nuit. Thomas est déjà réveillé et prend la suite, toujours avec Sylvain.

    Le reste de la nuit se passe dans le même ordre, les cabines tournent car avec la gite, il est impossible de dormir à deux au même endroit.

    Pendant son deuxième quart, Armel aperçoit la terre à l'horizon. Chacun, nous pourrons la voir se rapprocher petit à petit, nous irons jusqu'à longer les falaises de Trinidad avec en bonus une vue sur les cotes Venezueliennes !

    Nous arrivons de bon matin au port de Chaguaramas, la destination finale de Uoshan. Comme nous avons fendu l'eau à toute allure, nous sommes arrivés plus tôt que prévu, tous bien fatigués par le rythme décalé des quarts mais super contents d'avoir vécu cette expérience de voile !

    ✒️ Clara
    Read more

    Sophie R

    C'est magnifique !

    7/5/22Reply
    Clara Ricou

    Lever de soleil vu par Titouan !

    7/5/22Reply
    Fabienne Guillon

    et c'est très bien écrit !

    7/5/22Reply
    3 more comments
     
  • Day123

    SailingTrip sur Uoshan J21

    June 17 in Saint Vincent and the Grenadines ⋅ ⛅ 27 °C

    Les îles magiques

    Canouan c'est fini, c'était l'île de notre premier mouillage dans les Grenadines. Mais si vous suivez bien, on a toujours pas d'eau douces dans les cuves, même dans celle de diesel. Du coup, arrêt obligé a la marina de l'île. Et là, c'est dans le Las Vegas des ports que nous accostons. Deux petits phares en entrée, une eau bleu turquoise, des quais en dur et totalement propres mais complètement vides, des petites maisons sortis d'un film américain, des cascades artificielles se transformant en piscine : ça à l'air aseptisée et on se demande où on a atterri. Mais bon on est pas là pour longtemps, on se dépêche de remplir l'eau, pendant que Sylvain et Thomas vont faire la clearance de sortie du pays à l'aéroport tout proche, parce que sinon au port ça coutais une blinde. Pendant ce temps, un yatch de location arrive au port. Étant donné qu'il fait 5 fois la taille de notre bateau, on se permet de regarder le prix : 450 000€ la semaine. Eh bé... Une fois toute la logistique terminé, on s'en va de chez les richou non sans payer une petite taxe de passage au port bien trop salé, mais bon on avait pas trop le choix.

    Aujourd'hui, direction les Tobago Cays. C'est un enchaînement de recif corallien qu'on nous décrit somptueux, et qui sont un peu le must à voir en voilier : on à hâte ! La navigation est courte et se fini au moteur car il faut zizgzager entre les récifs pour ne pas couler et se noyer. Et puis finalement on arrive dans probablement le plus beau mouillage que l'on ai fait jusqu'alors ! Nous sommes entre 2 ilets, dans une eau magnifique : c'est vraiment vraiment sympa. On saute directement à l'eau pour aller voir ce qu'il s'y trame, car on est dans une réserve naturelle tout de même ! Manque de bol, les trucs à voir sont un peu plus loin, là où il n'y a pas de bateau. On voit quand même quelques tortues, et du courant.
    On ira trinquer au coucher du soleil sur la plage d'une des deux îles, où un requin nourrice viendra nous chatouiller les pieds (nan en vrai il nous a pas touché). C'est le premier requin qu'on voit de tout le voyage alors on est bien content !

    On retournera ensuite sur le bateau, pour passer une dernière nuit au mouillage, autour d'un bon repas et d'un bon film. Demain, c'est le grand départ !

    Bisous bisous

    Titouan
    Read more

  • Day122

    SailingTrip sur Uoshan J20

    June 16 in Saint Vincent and the Grenadines ⋅ ⛅ 27 °C

    Bienvenue chez les richou

    Après être resté 4 jours dans la même baie, il était temps de partir ! On lève l'ancre assez tôt le matin car on veut essayer de visiter le plus d'île possible avant la fin. On doit faire un stop pour remplir les cuves d'eau car on commence à manquer. Seulement impossible de trouver la pompe à Bequia, on part donc en sachant qu'on pourra en trouver autre part, ne paniquez pas.

    L'idée est de rejoindre l'île de Mustique (il n'y a pas de "o", je fais pas tout le temps des fautes d'orthographe) qui est connue pour être la destination vacances de quelques millionaires, voir milliardaire comme par exemple la famille Royale, Mick Jagger et David Bowie. La navigation est facile, on traverse néanmoins un très gros "champ" de sargasse...

    L'arrivée sur l'île est fidèle à sa réputation, une plage presque blanche, du gazon tondu, des villas tellement grande qu'on dirait des hôtels 5 étoiles, mais bon pas de Rolling Stones. Enfin bref, une île de riche quoi.
    On se place à une bouée, en attendant de voir ce qu'il nous sera proposé comme tarif. On en profite pour aller ploufer dans l'eau crie Staline, ou on repère quelques tortues vertes.
    Le verdict tombe : 70 dollars US la nuit, alors qu'on est plus autour de 15/20 d'habitude. Pas d'hésitation dans le groupe, on repart aussitôt avoir englouti nos délicieux accras de carrangue à plume (merci Armel), vers une micro île : Savan Island. Elle a l'air magnifique, le mouillage est moyennement protégé mais les fonds marins on l'air ouf. Seulement voilà, le fond n'est pas adapté et on risque de passer une nuit agitée. On repart donc encore une fois pour rejoindre Canouan, l'île où nous avions fait escale au début du trip. On s'installera dans une mini baie bien jolie, mais avec quelques vagues qui vont animer notre nuit.
    Avec Armel on ira voir ce que donne la faune marine du coin, mais ça commence à être sombre donc rien ce soir, attendez demain les impatients.

    Voilà voilà bisous

    Titouan
    Read more

    Clara Ricou

    non elle n'est pas là! mais c'est de là qu'elles viennent

    6/30/22Reply
     
  • Day120

    Sailing trip sur Uoshan J18&19

    June 14 in Saint Vincent and the Grenadines ⋅ 🌧 27 °C

    La fatigue de la sortie de la veille additionnée à une grosse pluie incessante nous cloue sur le bateau. Cependant un événement inattendu c'est tout de même passé. On ne vous en a pas encore parlé mais Titouan et moi (surtout Titouan quand il se lève avant tout le monde) pêchons un peu à la canne tous les jours. C'est redoutablement efficace, on pêche rarement plus de 20 min et pourtant le bredouille n'arrive pas ou presque pas. En général on attrape des carrangues franches, un poisson carnassier qui est présent sans exception à tous les mouillages. Alors que je pechais tranquillement une touche survient et le poisson vide presque la bobine du moulinet. La canne qu'on utilise est celle qu'on a achetée en Guadeloupe pour une bouchée de pain, elle est toute rouillée et le moulinet est en train de rendre l'âme, bref pas du matos très fiable. Le combat n'est pas évident et l'équipage est curieux de savoir ce qu'il peut bien se trouver au bout de la ligne. Après 10 min et deux tours du bateau on voit apparaître une grosse tâche blanche. On a peur que ce soit une raie. Finalement c'est une carrangue à plumes de 60 cm, aux reflets magnifiques. Au moment où titouan essaye de hisser le poisson au bateau la ligne casse dans ses doigts. Dans un sursaut héroïque il parvient à l'attraper par la queue avant qu'il ne disparaisse. En plus de cet acte, il se portera aussi volontaire pour enlever ses filets. La tâche était loin d'être évidente et il lui a fallu plus d'une heure.

    Le jour suivant commence par de la logistique : courses et lessive. Malheureusement cette deuxième tâche échoue et nous oblige à repasser dans l'après midi et par la même occasion à repousser notre départ de Bequia au lendemain. Cela nous laissera en revanche le temps de faire une petite balade. On a donc traversé l'île (qui n'est vraiment pas large), pour aller se baigner sur la côte Atlantique qu'on ne voit jamais. La mer y est plus agitée mais la plage tout aussi belle. Au cours de la balade on a assisté à une bataille entre deux chiens et un autre assez violente. Clara était traumatisée.
    Fun fact : on est passé devant un bar avec du mobilier en os de baleine. Bequia est une île où la chasse a la baleine est pratiquée traditionnellement. Aujourd'hui les habitants sont divisés entre conservateurs de cette pratique et ceux qui pense qu'il serait mieux de passer à autre chose. Pour l'instant les pêcheurs prélèvent quatre spécimens par an.
    Le soir, nous avons abordé en annexe le bar flottant qui se trouvait non loin de Uoshan. C'était une expérience originale, dommage qu'il n'y avait personne d'autre que nous pour mettre une ambiance plus chaleureuse.

    Armel.
    Read more

    Christine RAVEL

    Bravo les pêcheurs... Et est-ce que c’est bon la carrangue ?

    6/30/22Reply
    Titouan Alliod

    La carrangue a plume est vraiment très bonne, c'était un délice !

    6/30/22Reply
    Fabienne Guillon

    wao, magnifique !!!

    7/1/22Reply
     
  • Day119

    Sailing Trip sur Uoshan J17

    June 13 in Saint Vincent and the Grenadines ⋅ ⛅ 27 °C

    Ce matin, avant toute chose, nous quittons la bouée payante pour aller quelques centaines de mètres plus loin au mouillage, gratuit.

    Fraîchement arrivés à Bequia (qui se prononce Beq-wai), nous décidons de partir à la découverte de l'île. Nous avons repéré un sentier qui longe la côte en passant par plusieurs plages et quelques jolis points de vue.

    À bord de notre fidèle annexe, nous accostons sur un ponton assez peu engageant (il manque des planches) et partons en balade. Sylvain préfère l'option baignade, il décide donc de rester sur la première plage pendant que nous nous baladons.

    Au début du sentier, on peut lire une pancarte "taking the path is at your own risk", on ne comprend pas bien l'intérêt car marcher sur ce sentier ne semble pas bien compliqué... C'est même plutôt joli, on alterne entre des passages sous les falaises, le long des pontons, sur le sable blanc des plages, cette promenade nous permet de voir différents paysages en un rien de temps !
    Nous tombons tous d'accord sur un point : cette île est une des plus riches que nous avons visitées jusque là. On voit beaucoup de maisons au style américain, les routes sont en très bon état, les restaurants ressemblent beaucoup à ceux qu'on trouve en Europe, mais l'île garde quand même son charme carribéen.

    On arrive tout au bout du sentier quand une grosse pluie se met à tomber. On la laisse passer en s'abritant, et surtout en espérant que Sylvain a aussi trouvé de quoi se mettre à l'abri. On fait demi-tour une fois que l'averse est passée, mais à une dizaine de minutes de la plage où se trouve Sylvain, un deuxième grain nous tombe dessus ! Pas de panique, plutôt que  tremper nos affaires on préfère juste se mettre en maillot de bain et profiter de l'eau douce qui coule du toit d'un restau pour se rincer (ce qui fera bien rire les locaux).

    Comme la pluie ne s'arrête pas et que de toute façon, nous sommes déjà mouillés, nous partons tous les 5 récupérer Sylvain pour l'emmener au restau que nous venons de repérer. Titouan profitera de la pluie pour encore plus tremper tout l'équipage en sautant dans chaque flaque d'eau qu'il trouve...
    Nous arrivons tout dégoulinants et en serviettes de bain au petit restau, afin de boire un verre et surtout jouer aux cartes pendant que la pluie passe. Les parties s'enchaînent, les cocktails maison aussi, et l'ambiance bat son plein. Nous avons tous plein d'énergie à revendre et nous décidons de prolonger la soirée dans un petit bar bien local et bien roots comme on aime.
    Nous n'aurions pas pu mieux tomber ! À peine arrivés, nous commençons à discuter avec des locaux. L'un d'entre eux a décidé de nous faire goûter une soit-disant spécialté locale appelée "Sunset", qui n'est ni plus ni moins qu'un rhum de qualité douteuse à...84°. Oui, ça pique. Mais on apprécie l'effort de nous faire découvrir les coutumes locales !

    Il y a pas mal de monde, nous sommes tous lancés dans des discussions avec différents locaux trop sympas. Dans l'équipage, nous sommes nombreux à échanger des parties de Ramy version carribéenne avec une locale qui déborde d'énergie. Déjà que nous avons du mal à la comprendre, c'est encore plus dur de comprendre sa version des règles mais nous nous accrochons - enfin surtout Martin s'accroche, en effet notre capitaine saute toujours sur l'occasion de gagner un jeu de cartes.

    Pendant ce temps, je discute dans un anglais approximatif mélangé à du créole avec Baba, un local qui s'avère être peintre, il a d'ailleurs décoré le bar dans lequel nous nous trouvons. Au bout d'un moment, il se lance dans la confection d'une œuvre d'art devant nos yeux : il commence à dessiner la mer, puis un voilier, puis il me demande le nom de notre bateau... nous réalisons qu'il est en train de dessiner Uoshan, avec nous dessus !! Tellement de bonne volonté, il regrette même de ne pas avoir de peinture pour finaliser son dessin.

    Après cette belle soirée, nous rentrons sur le bateau avec notre œuvre d'art sous le bras, prêts pour un gros dodo !

    ✒️ Clara
    Read more

  • Day118

    SailingTrip sur Uoshan J16

    June 12 in Saint Vincent and the Grenadines ⋅ ☀️ 28 °C

    La navigation commence !

    Il est temps de quitter notre abri au sein de la baie de Union Island pour rejoindre Bequia, la plus grande île des Grenadines et la plus au nord. Les conditions sont annoncés plus costaud que d'habitude et on a hâte (ou pas pour Clara) de découvrir un peu ce que ça donne. Nous avons une petite trentaine de miles en distance, mais cette fois le vent est pile sur notre cap. Nous devons donc remonter en tirant quelques bords, ce qu'on trouvera top avec Armel car on aime bien faire des manœuvres. Pour Clara, elle suivra tout ça allongé dans la cabine, en essayant de survivre. La mer est en effet plus démontée que jusqu'à présent, ce qui donne lieu à de belles vagues déferlantes sur le pont 😁
    Lors du dernier bord pour caper sur notre destination, une des manniles d'écoute de la trinquette (téma le vocab de marin) explose sous la tension. Nous finissons au moteur, heureusement pour pas long.

    On rejoins finalement Port Elizabeth, la ville principale de l'île de Bequia en fin de journée. On est tout de suite accueilli par un homme en bateau nous proposant d'utiliser sa bouée pour la nuit. Nous refusant, en pensant plutôt s'ancrer pour ne pas payer. On lui achètera quand même quelques produits locaux.
    Il se trouve que dans le noir, on ne trouve pas d'endroits pour jeter l'ancre. On décide donc de prendre une bouée au pif pour la nuit, on verra demain.

    Une fois accroché, on ira prendre un petit verre de l'amitié pour fêter cette navigation dans de "fortes conditions", d'après nos capitaines, qui s'enchaînera avec un petit restau ma foi fort sympathique, où Clara dégustera un barracuda delicioso. Nous retournons ensuite à bord pour passer une nuit paisible et agréable.

    A bientôt !

    Titouan
    Read more

  • Day117

    Sailing trip sur Uoshan J15

    June 11 in Saint Vincent and the Grenadines ⋅ ⛅ 27 °C

    Aujourd'hui pas grand chose au programme alors Titouan et Armel en profitent pour faire une grosse session de chasse sous marine. Le début est un peu complexe. Un groupe de plongeur viens nous rendre visite en plein agachon (affût au fond de l'eau). C'est embêtant puisque leur presence relevant d'une discretion nule fait fuir tous les poissons mais en même temps c'est marrant de les voir arriver en étant au fond de l'eau. C'était un peu comme si on faisait partie du récif et eux étaient étrangers. Un changement de poste s'est donc imposé. En faisant donc un agachon sur une autre pierre plus loin Armel tombe nez à nez avec un énorme banc de vivaneaux. Un premier joli poisson et donc capturé. On tourne alors ensuite le reste de la session sur ce poste en amont d'un grand cassant. Titouan réussira a attraper un spécimen encore plus gros que le premier. Cette session de presque 3h sera encore une fois source de plein d'apprentissages.
    Seulement voilà arrivés au bateau on réalise que ces poissons sont susceptibles de donner la ciguatera aussi appelé la gratte. C'est une mechante intoxication alimentaire due au toxines présente dans certains poissons. Ces toxines proviennent à la base de certains corraux qui sont consommés par les poissons de récifs. Les prédateurs accumulent l'ensemble des toxines absorbées par tous les poissons dans leur chaîne alimentaire. Les poissons péchés faisant plus de deux fois le poids en deçà duquel les risques d'intoxication sont faibles, le doute s'installe dans la tête de tout l'équipage. Heureusement l'appelle de deux restaurants locaux nous confirme que la ciguatera n'est pas encore arrivée dans les Grenadines. Les vivaneaux nous font donc finalement un super repas de midi et des rillettes avec les restes.
    L'après midi sera seulement composé de jeux de cartes et d'une petite viré au bar de la plage le temps du coucher de soleil.
    Read more

    Thérèse RICOU

    Bravo pour la pêche et la cuisine

    6/28/22Reply
    Fabienne Guillon

    Armel : il est loin le temps où tu pêchais en no-kill.....

    6/28/22Reply
    Armel Guillon

    C'est une pêche raisonnée, où le poisson a clairement sa chance et en plus ça nourrit tout l'équipage !

    6/28/22Reply
    AlexBenJules Garcia

    Ah ah tu me fais ma soeur

    6/30/22Reply
    AlexBenJules Garcia

    Trop forts 💪🏻

    6/30/22Reply
     
  • Day115

    Sailing Trip sur Uoshan J13&14

    June 9 in Grenada ⋅ ⛅ 28 °C

    L'îlot paradisiaque

    La journée commence tranquillement dans la baie de Tyrell (Carriacou), que nous connaissons bien. Puisque nous n'avons pas pu faire la clearance la veille, Sylvain se lève et s'en occupe pour qu'on puisse partir tôt.
    Nous ne hissons même pas les voiles car la navigation s'annonce très courte. En effet, nous visons un lieu repéré une semaine plus tôt, qui nous a tous fait rêver... vous pourrez deviner facilement, nous visons la superbe plage de Paradise Beach ! Et plus précisément, nous faisons cap vers Sandy Island, un îlot de sable blanc au milieu de l'étendue d'eau turquoise, peuplé seulement de quelques cocotiers. Ce petit bout de paradis, ce sera notre mouillage pour la nuit. Comme on dit souvent, on est mieux ici qu'en prison.

    Nous arrivons donc après une mini-nav sur ce lieu magique. Quelques bateaux sont déjà ancrés sur le spot, nous saluons nos nouveaux voisins de la main. Le ciel est couvert, nous sommes un peu déçus car les couleurs du paysage sont un peu ternies par le ciel grisâtre. Nous attendons avec impatience le moment où la lumière rendra tout le spot magique !

    Après un trop bon repas composé de fajitas, piloté par chef Martin et réalisé par ses commis/son équipage, nous sortons masques, tubas, et palmes pour certains, et plongeons avec hâte pour explorer les fonds. Quelques crawls plus tard, nous posons le pied sur Sandy Island, avec pour objectif de traverser l'ilot (ce qui prend environ 30 secondes) et d'aller nager de l'autre côté. Celui-ci est plus agité, il y a un peu de houle, mais cela ne décourage pas nos plongeurs favoris, même au contraire. Ils verront plein de poissons, beaucoup plus que de l'autre côté, et même un tarpon de 1 mètre 30 pour Armel, qui s'en souviendra longtemps. Un peu démotivée par la houle, je décide de ne pas nager de ce côté et d'explorer l'îlot à pied. Depuis que nous étions passés à Paradise Beach, je rêvais de marcher sur cet îlot. Je n'ai vraiment pas été déçue. Il y a de l'eau à ma gauche, à ma droite, et même sous mes pieds. Et oui, plusieurs piscines naturelles sont cachées entre les digues de coraux. C'est dans ces moments qu'on réalise la chance qu'on a !!

    Sur ces belles découvertes, nous retournons au bateau pour lancer quelques parties de coinche ou tarot, avant de préparer l'apéro. Comme d'habitude, nous arrivons à être en retard, même pour le coucher du soleil. Nous partons à toute vitesse à bord de l'annexe, et nous traversons l'île en courant pour admirer le coucher du soleil dans les nuages. Comment rêver mieux ??

    De retour au bateau, nous continuons l'apéro et les nombreuses parties de cartes. Pas de poisson au menu car nous sommes dans une réserve, sinon vous vous doutez bien que nos pêcheurs auraient ramené le repas.

    Au cours de la soirée, le bateau devient un véritable ring de boxe. Le maître mot : pousser tout le monde à l'eau. Il ne faut se fier à personne, la moindre inattention fini avec un plongeon forcé ! Après pas mal d'aller-retours dans l'eau et un combat de longue haleine, la team kakaraïbes réussit à mettre Thomas à l'eau, qui résistait jusque là aux attaques... En effet, les deux capitaines s'étaient alliés avec Thomas et ne s'étaient même pas mouillés une seule fois !! Pour nous, les scores étaient moins glorieux, avec beaucoup de mises à l'eau et quelques rencontres de très près avec la coque du bateau...

    Encore une belle soirée avec toute la team Uoshan, on est tellement reconnaissants de pouvoir vivre des moments comme ça tous ensemble !

    Le lendemain, il fait grand soleil quand nous nous levons. Nous passons la matinée à plonger, fouiller les fonds marins à la recherche du collier égaré de Thomas (on ne l'a pas trouvé, par contre le masque de Sylvain était sous le bateau). Nous levons l'ancre dans l'après-midi avec un combo moteur-génois (les conditions ne nous permettant pas de tout faire à la voile), pour aller jusqu'au prochain mouillage à Union Island.

    Nous nous ancrons dans une baie protégée car les prévisions annoncent des vents forts pour la nuit, mais là où nous sommes il n'y a rien à craindre. On passe donc la soirée sur le bateau, à discuter et jouer aux cartes.

    ✒️ Clara
    Read more

    Maurice Ricou

    quelle ambiance !

    6/26/22Reply