China
Guangxi

Discover travel destinations of travelers writing a travel journal on FindPenguins.
Add to bucket listRemove from bucket list
Top 10 Travel Destinations Guangxi
Show all
Travelers at this place
    • Day10

      Ban Gioc

      May 18 in Vietnam ⋅ ☁️ 24 °C

      C'est de Cao Bang que nous rejoignons les célèbres chutes de Ban Gioc sur la rivière Quai Son. 🏞️ Le cours d'eau marque la frontière avec la Chine 🇨🇳 C'est sur un radeau que nous nous approchons au plus près et que nous côtoyons les embarcations chinoises. Le spectacle est magestueux et pour profiter un peu plus du panorama nous montons jusqu'à la pagode Phat Tich Truc Lam ⛩️ pour admirer les différents étages de la cascade.
      Nous visiterons les grottes de Nguom Ngao a quelques kilomètres. Ces dernières ont servi de refuge aux villageois pendant la guerre contre
      la Chine en 1979. Elles s'étendent sur 2 km et les stalactites et stalagmites, qui parfois se rejoignent pour ne former qu'une, ornent le lieu.
      Read more

      Traveler

      Quel spectacle 😱😱😱

      5/22/22Reply

      Paysages grandioses et magnifiques. J'espère que vous les avez battu au foot ;-) Profitez bien [TiPi]

      5/24/22Reply
      Traveler

      C'était une compétition footballistique et asiatique à la télé, comme une Asia Cup, que le Vietnam a d'ailleurs gagné ^^

      5/26/22Reply
      2 more comments
       
    • Day10

      North tour - Day 5

      September 2 in Vietnam ⋅ ⛅ 24 °C

      Today we went to huge waterfall which was located right at the Chinese border. In fact the right side of the big waterfall was the borderline to China. Today was a national holiday so everything was super crowded. The waterfalls were amazing and we could also swim in the water 🙂Read more

      Traveler

      🫣😳

      Traveler

      🤩👍🏻

      Traveler

      😊 Thanks

      4 more comments
       
    • Day172

      Premiers jours dans le Guangxi rural

      August 29, 2019 in China ⋅ ⛅ 34 °C

      C'est aveoc presque un mois de retard, une fois dans le ferry entre la Chine et la Corée, que je reprends du service "pingouins". Il va me falloir revenir en arrière pour raconter cet immense pays et de nombreux kilomètres en quelques posts... Allons-y peu à peu, déjà entre la frontière Vietnam-Chine et Nanning, capitale du Guangxi.
      - - -
      Sans savoir encore quel serait mon itinéraire pour l'ensemble du pays, je me suis d'abord fixé comme objectif d'atteindre Guilin et Yangshuo, connues pour leurs pics karstiques tombant dans la rivière Li, et visitées 3 ans plus tôt. Un retour en terrain connu, mais cette fois à vélo ! Pour cela, il me faut traverser une bonne partie de la province.

      Après la frontière, j'ai attaqué direct en campant. Idée moyenne. Mon spot en bord de route était déjà un début de rivière de boue et les averses nocturnes n'ont pas amélioré la situation ! Fin août, il faisait aussi encore chaud, avec l'effet sauna dans la tente, deja expérimenté durant ce voyage, et qui rend le repos délicat... La nuit suivante, je me résous à aller dans un hôtel d'une petite ville, détecté grâce à mes applications carto. Propreté douteuse et communication compliquée, mais ce n'est pas cher et ... la douche est appréciable.

      En chemin, les routes sont de qualité variables, les paysages ruraux (je ne dirais pas sauvages, car le moindre lopin de terre semble ici exploité !). Alors qu'on est au milieu de nulle part, il y a de nombreux chantiers partout. Déboiser, défricher, terrasser : préalables pour que l'homme se crée de petits coins habitables ou cultivables à partir d'une nature XXL et luxuriante. Les villages, rares, me font l'effet d'oasis au milieu de paysages denses en verdure et/ou en cultures.

      Concernant mes premières interactions avec les Chinois, ma prononciation tonale est nulle mais je suis fière d'être comprise au moins pour : bonjour, au revoir, merci, combien ça coûte (même si je ne comprends pas le chiffre en retour)...
      Les gens sont moins souriants que dans les pays précédents, ils me dévisagent d'un air neutre, teinté dune légère curiosité. Finis les "Namaste", "Mingalaba" ou " Sawatdika" joyeux ! Les Chinois semblent expansifs plutôt pour les règles et contrôles... Je me fais stopper à une barrière de police (ou de douane?), c'est moyennement agréable car le ton fait qu'on a l'impression de se faire engueuler. Ils m'arrêtent et me font traverser la route vers un box pour rien, juste pour me dire (crier) de poursuivre mon chemin...

      Au supermarché pourtant immense de Donxing (près de la frontière), je n'ai trouvé aucun produit "occidental". J'ai du renoncer à du fromage sur mes crackers (mon ambition se limitait à du Kiri ou à de la Vache qui rit) ou à une sauce tomate, bolognese ou pesto pour agrémenter mes pâtes. Même les yaourts sont étranges (des sortes de "Yop") et m'inspirent peu, de même que les sachets de viande et de poisson séchés (qui est tenté par une patte de poulet luisante dans un sachet en plastique?) ou l'immense rayon de sauces piquantes et pickles locaux... Je tente des friands et pains pour le pique nique, mais ce n'est pas une réussite, tout est un peu trop gras, farineux, brioché, ou... sans goût. Il vaudra mieux m'arrêter en route pour des nouilles ou du riz !

      Quelques temps après m'être fait la réflexion que c'était bien sauvage et que je n'avais pas intérêt à avoir des soucis techniques, je m'aperçois que ma pompe, d'ordinaire fixée sous le cadre, a disparu. Elle a du tomber ou je me la suis faite piquer... Oups. Je croise les doigts et prends désormais les bosses, creux et cailloux avec plus de précautions. Mais tout tient durant ces quelques 200 km et 2 jours et demi. Je me rééquiperai à Nanning.
      Read more

      Traveler

      It’s a rural kindergarten

      9/24/19Reply
      Traveler

      Yes, it’s Chinese country road

      9/24/19Reply
       
    • Day173

      Retrouvailles à Nanning

      August 30, 2019 in China ⋅ ⛅ 28 °C

      Le choc de ma première mégalopole chinoise à vélo est de rouler 25 km en ville avant darriver à destination.. dans la même ville ! Dur, en fin de journée alors que l'on croit enfin être arrivé. Les panneaux n'aident pas, en indiquant généralement la distance jusqu'au début de l'agglomération, soit à 15, 20 ou même 25 km du centre !

      D'un point de vue urbanistique, c'est impressionnant. Ici on semble avoir répondu à l'injonction de développer les infrastrucures de mobilité avant l'urbanisation (et non l'inverse). Les pistes cyclables et vélos en libre service attendent sagement leurs futurs utilisateurs, tandis que d'immenses chantiers de gratte-ciel se terminent. Avenues larges, propres et vides donc... pour le moment. L'architecture des ponts et bâtiments frappent par leur style contemporain. Tout semble neuf ici. Bienvenue dans la Chine urbaine du XXIeme siècle.

      Une fois arrivée dans le bon quartier, je mets près d'une heure à trouver l'hostel. Aidée par quelques Chinois anglophones, que je déniche avec difficultés (apres de nombreux appels à l'aide je finis par trouver un jeune dans une Tea store, puis une dame dans une pharmacie !). C'est une drôle de guesthouse, perchee en haut d'une tour d'immeuble, sans indication pour la trouver. Un petit appart en fait, dans lequel ils ont aménagé deux dortoirs. Les touristes asiatiques sont tous absorbés par leurs smartphones ou par une série glorifiant des militaires communistes à la TV (comme la moitie de la production televisuelle chinoise, semble t-il...). Les echanges ne sont pas facilités non plus par la barriere de la langue. Un hongkongais me dit 2/3 mots pour confirmer que je naurai pas acces au Wifi avec mon telephone français, mais ça s'arrête la. Les filles semblent plus préoccupées par le fait de changer trois fois de tenue dans la soirée que par le fait de discuter.

      Le lendemain je prends le temps d'une virée... à Decathlon ! Je peux enfin remplacer mon caleçon cycliste et un t shirt litteralement en voie de disparition et me sens comme neuve. Je fais aussi une étape à un supermarche à mon goût (Walmart), avant de rejoindre ma famille d'adoption : Betty, Alan et leurs enfants, cette fois dans leur appartement de Nanning. Ils sont toujours aussi adorables. Betty me sauve d'un torticolis douloureux et bien installé par un massage, Alan m'aide à nettoyer et regraisser mon vélo, puis a refixer les drapeaux écroulés depuis le Vietnam, les enfants sont mignons... La balade nocturne dans un immense parc bien aménagé, de part et d'autre du fleuve, m'en met plein la vue. Des centaines de citadins profitent de cet espace agréable, ouvert toute la nuit. Des reliquats de liberté là où ne les attend pas forcément....
      Je repars requinquée, rhabillée, le cou de nouveau détendu et les sacoches et l'estomac pleins !
      Read more

      Traveler

      Lol. Ils sont super imagés ces idéogrammes! On dirait un skieur avec un énorme cadeau sur ses skis 😆 définitivement Decathlon! Et le dernier, c'est comme une famille qui danse! 🥰

      9/25/19Reply
       
    • Day176

      Highways, Love hotels & Phone people

      September 2, 2019 in China ⋅ ☁️ 25 °C

      From Nanning to the next big city, it took me another three days, around 80/ 85 km each. I shortened the third day by riding my first highway. I write "first" because in the previous countries there were always... donkeys, bicycles or even buffalo-carriages on them ! Even in Thailand where the roads were large and fast, it was always possible to ride on the side. Here, I had to sneak through the barriers and then... be cautious for my life... But the road becoming a bit tiring and boring, I was ready for this, to have more time in the evening to rest and read !

      At night, I find hotels that seem to serve mostly as love hotels for the locals. Most of then are very comfortable.
      I discover new flavours, new habits, new sounds. For instance it's almost impossible to find coffee outside of touristic places. I'm being told that the Chinese drink soy milk, nut milk or tea. This was the case in most places during my trip, but somehow when you cross large modern cities or stay in nicer hotels, you expect to find these western products. So I convert to nut milk in the morning. Yummy !

      At night, when walking out for dinner, I feel a bit dazzled at what I see : gathered by groups, at some terraces, people all drink out of plastic cups (juices or bubble teas) and... don't talk. Everyone is on their smartphones : playing games, watching TV / talk shows. Let's imagine what it would be if Internet was uncensored !!
      As for myself, I am glad that Whatsapp still works (but without sounds or pictures), and that two VPN I set up on my phone do their job : they allow me to read my emails and access to any website (otherwise : No gmail, no yahoo, no proper search engine... Only the chinese "Sogou", which seems to have missed half of the culture and history of the human civilization. Sad..).
      To communicate, I use a lot an online translator. It works fine with younger people, who then use their phone to "talk" back. But the elderly, somehow, because they see Hanzi characters on my phone, reply by writing Hanzi on a piece of paper or a napkin, or by drawing these beautiful - but to me unintelligible- characters... in the air ! I keep on explaining that I cannot read Chinese (and even if I could, I'm not sure that deciphering "air drawing" would be easy). They look at me with sad and incredulous eyes.... (Saying "sorry, I don't understand chinese" does not stop them either from talking to me... in chinese !!)

      At last, even if its totally unimportant, but.. you will know : all the vehicles in charge of washing the streets are playing lullabies in Midi-file style sounds. "Ah que le monde est petit" or other kids songs thus acompany my ride as soon as I enter a city... The modern complaint of the municipal employee?
      Read more

      Traveler

      😂😂😂

      9/25/19Reply
      Traveler

      Vive le monde moderne! Where is the nature!

      9/25/19Reply
      Traveler

      😆😂🤦🏻‍♀️

      9/25/19Reply
      Traveler

      Oui c'est un bon résumé de mon ressenti... Grand soupir et grand sourire (le premier restant intérieur bien sûr)... 🙃

      10/13/19Reply
       
    • Day176

      With a mooncake chef in Liuzhou

      September 2, 2019 in China ⋅ ⛅ 29 °C

      At the end of my third day of cycling from Nanning, a couchsurfer is waiting for me in Liuzhou.
      We cannot have long and in-depth conversations with Carol/ Kiu Chen due to the language barrier and she cannot host me in the flat where she lives with her parents, now under renovation. But she does everything to offer me an enjoyable night out in Liuzhou. She picks me up from my hotel and walks me around the fancy central streets. The Chinese seem to put a lot of effort on illuminating everything... Bridges, buildings, pathways are all bright and glittering. The bridges in particular change colors every two minutes. Along the river, people dance, sing karaoke and traditional opera songs. It is... a sound massacre, with the loud and off-tune melodies mingling together... But very funny, if you pass by quickly !
      Carol takes me out for some "Liu zi fen", a local noodle specialty. Instead of talking, she spends a lot of time on her cellphone and seems a bit surprised at my attempts to ask her what she does, how she lives, what she likes... Chinese habits I guess ! A selfie specialist, she shows me many pictures of herself around the word : in front of the Eiffel tour, in front of the Coloseo, in Thailand... She has travelled a lot on her own and goes back every year in Thailand "because the plane tickets are cheap and I love the food there"! On the contrary she did not enjoy much French food when visiting Paris. "Not enough rice", she adds. Somehow, she is probably as typically Chinese (not enough rice there) as I am typically French (too much rice here) !

      Full of surprises, she suddendly proposes to go on top of a hospital tour to enjoy a view over the city. Sounds fun ! I'm again impressed at the organisation of chinese cities and public equipment : on the hospital parking lot, charging stations for electrical cars and scooters are everywhere. Carol herself drives a little electrical car decorated with dozens of "Hello Kitty" stickers. 😯🤔😄

      Surprises go crescendo, as she waves me goodbye by offering me.... a beautiful box of home-made mooncakes : she and her parents are pastry chefs and they kept some aside for me. These days must be busy for them, with the approaching full moon celebrations, where family and friends gather to eat... mooncakes.

      Back at my hotel, I feel all the same surprised and lucky at these strange encounter and unexpected generosity from a person I did not know two hours earlier. Happy and grateful(*), I look at the new prostitute ads that have reached my room in the meantime, while having my first bite of mooncakes. They are the best I will ever have in China !

      (*) I always feel that way if you give me food. Especially during a bicycle trip.
      Read more

      Traveler

      Why does a mooncake look like a crab?

      9/28/19Reply
      Traveler

      😋

      10/1/19Reply
       
    • Day179

      Yangshuo, un paradis plus très secret

      September 5, 2019 in China ⋅ ☀️ 32 °C

      Les paysages des derniers jours jusque Yangshuo sont de plus en plus beaux. Les pics karstiques se dévoilent au fur et à mesure sur les bords de la route. Je peux aussi quitter les grands axes pour de petites routes traversant des villages, entre ces impressionantes formations rocheuses. Je croise aussi de premiers cars à touristes ainsi que... des cyclistes, qui partis depuis la ville, font quelques kilomètres pour aller visiter des grottes, randonner ou prendre des photos.

      Yangshuo, dans un site naturel incomparable, est en effet un beau nid à touristes, en premier lieu Chinois. Ses marchés de nuit, où l'on trouve certes de la bonne "streetfood", sont un cirque incessant de vendeurs de gadgets et de souvenirs faussement authentiques ! Beaucoup de backpackers lui préfèrent la petite voisine Xingping, restée à l'écart des bains de foule.

      De par la topologie incroyable, ici c'est aussi le paradis des grimpeurs. On y trouve, dit-on, les voies les plus difficiles au monde ! Je réseaute avec d'autres couchsurfers pour m'organiser un plan grimpe. Pedro, Portugais expatrié à Singapour, à la fin de ses vacances ici, me vante ses prouesses et veut m'aider pour me mettre en contact avec la communauté grimpeuse. Mais il m'agacera plus qu'il ne me sera utile. Déjà il me rejoint avec une heure et demie de retard, alors que je suis fatiguée de ma journée. Puis je déchante. C'est le genre de spécimen qui sait tout sur tout et va t'expliquer comment sont l'Inde, la Chine, l'Asie (dans le style "les Indiens sont comme ceci, "les Chinois comme cela") parce qu'il y est allé une semaine. Il vocifere ainsi contre ces Chinois "désagréables et impolis" qui lui ont demandé de donner un cours d'anglais contre son logement, au lieu de le laisser grimper (c'était pourtant clairement indiqué dans son "deal couchsurfing"... D'où mon refus de le rejoindre : je navais pour ma part pas envie de donner de cours d'anglais là). Au bar, il ne te laisse pas entrer en premier, ni commander ta boisson, ni même parler au guide de grimpe qui se trouve par chance là (comme si j'avais besoin d'un mentor pour m'exprimer ou me débrouiller...). Sans doute parce qu'il est un homme, plus grand, plus fort, plus intelligent... Il aura réussi en une soirée à donner son avis sur tout, à me dire avec beaucoup de tact que si lui faisait un voyage à vélo il ne prendrait jamais de train ni de bus, que ses potes, eux, étaient venus du Portugal jusqu'en Asie "sans interruption", a diagnostiqué - sans que je lui demande - mes problèmes de téléphone (sans les résoudre ! du ton : "listen, it's complicated" genre tu vas rien comprendre mais je vais tenter de t'expliquer) et finira par me lancer sur un débat stérile (sa position : "la démocratie c'est nul car les gens sont stupides, il vaut mieux leur donner peu de liberté pour les gouverner correctement") autour d'un cocktail, qu'il m'offre sans demander non plus, le tout en précisant qu'il a deja eu cette conversation des dizaines de fois et que je ne lui apporterai aucun élément nouveau. Ah... Epuisant le type ! Peut être que, comme le gouvernement sans le peuple, le couchsurfing sans conversations serait parfois mieux ! 😝

      PS : j'en profite pour étendre mon petit coup de gueule à des "cyclistes sportifs" croisés en chemin et qui se sont souvent sentis légitimes pour m'abreuver de conseils (tiens, tous des hommes...).
      Échanges type :
      - "how many km do you ride per day?" "well i don't know, it depends on the road, it can be 100 km, or not even 30 km, if it's hilly". Et le mec de te dire que quand il sort il roule 150, 200 ou 250 km. Sans remarquer la difference entre un velo de route sans bagages et un vélo de voyage chargé ! Mais, habituée a ces remarques tu ne cherches plus a expliquer ni justifier...
      - "how much time did it take you to go from X to Y?" "Well, 5/ 6 hours. But with the lunch break and everything I took one day". "Really ? when i used to bike i would do it in 2 hours!". Mention spéciale au "used to". Le gars ne fait plus de sport, mais... il est meilleur que toi... et c'est ça qui compte.
      - " I know how you feel, I love biking in the Netherlands". "One day, I rode 250 km (il te précise seulement après, quand tu lui fais "wahou 250 km in one day, that's a lot !"que c'était en 2 jours 🙃 !) "in the wind, in the rain, it was very hard, so I totally understand your effort". Well.. you should try to cycle with luggage, not only in the Netherlands, and for more than 2 days, to "know how I feel"....
      Les mecs sont drôles !!
      Read more

      Traveler

      J’aime ton nouveau vélo, 😁 c’est un tactique pour passer inaperçu ?

      9/26/19Reply
      Traveler

      Hahahaha oui nous les mecs on est très drôles et parfois très machos, comme les mexicains 😁

      9/26/19Reply
      Traveler

      Te vexe pas Fernando, je pense que tu le sais mais tu n'es pas du tout dans la categorie "cycliste sportif homme relou donneur de leçons" (il faut que tous les critères soient réunis pour que ca devienne agaçant...) et tes conseils sont toujours les bienvenus !!

      9/26/19Reply
      7 more comments
       
    • Day181

      La journée du grand n'importe quoi

      September 7, 2019 in China ⋅ ☀️ 33 °C

      Bon si je veux m'en sortir des récits de la Chine, il va falloir que j'accélère... Car à Seoul, tout va à 100 à l'heure, c'est très animé et je n'ai plus de temps pour les pingouins !

      En quelques mots... ou peut être en beaucoup de mots... j'ai vecu une journée foireuse entre Yangshuo et Guilin, même si elle ne s'est pas si mal terminée. Elle m'aura tout de même coûté un doigt et un morceau de vélo... Flashback.

      Premièrement, je devais grimper ce jour-là, mais le guide, un jeune British foufou (du haut de mes plus de 30 ans, je peux maintenant dire cela !), ne s'est jamais levé car il avait trop fait la fête.
      Après l'avoir pas mal attendu, je renonce et pars tranquillement, en début d'après-midi. Mon plan est de camper en haut d'une montagne recommandée par un autre cyclotouriste. Je ne me presse pas, il y a juste une trentaine de kilomètres pour y arriver. Mais là débute la bataille entre Maps.me et mon entêtement. Maps.me indique un itinéraire mais qui me semble long et peu logique, donc je m'obstine à en prendre un autre, qui emprunte des sentiers piétonniers (en me disant que, le long de la rivière, ça doit passer).

      Magnifiques paysages, joli sentier. Etroit mais ça roule. Je me gausse d'avoir déjoué Maps.me et m'autorise même une pause lecture en regardant passer les bateaux. Oups, à un moment ça ne passe plus. Je me paume d'abord dans des champs. Une vieille femme me barre le chemin : "Non, tu ne passeras pas !" crie-t-elle, telle Gandalf (Bon peut-être être pas dans ces termes exacts, mais je suis déjà fière de comprendre quelques mots grâce aux premières leçons sur "Hello Chinese"). Elle me regarde d'un air moitié courroucé moitié désespéré et m'indique un grand détour compliqué. Elle m'offre aussi des bananes (tout en continuant à me crier dessus).

      Bref, je tente par un autre accès et m'enfonce sur un autre sentier, minuscule... et de pire en pire. Evidemment, plus je galère, moins je songe à faire demi-tour (et oui, je fonctionne comme ça...). Au milieu d'une forêt, alors que je fais du sur place dans une pente, mon vélo dans les bras (je n'arrive pas à le hisser), un vieil homme qui me regardait d'un air goguenard finit par se lever pour m'aider. Mais à la pente suivante, plus raide et plus longue, il n'y a plus personne. Après m'être acharnée, je renonce (toujours pas au chemin, non, juste à la possibilité d'y hisser le vélo avec bagages) : le seul moyen de passer est de décharger. 1, 2, 3 allers-retours sont nécessaires (1ere salve de bagages, 2eme salve, puis le vélo...). C'est long. Il faut ajouter à cela que mon estomac trouve que c'est le bon moment pour une nouvelle crise de "tourista", et que je découvre avec horreur que jai perdu mes petits drapeaux décoratifs dans la bataille. Je m'ajoute donc 1h de marche aller-retour pour aller les rechercher derrière moi.

      Enfin, après ces quelques soucis, je finis par déboucher sur un petit hameau. Ouf... il y a quelques scooters et même un vieux pick-up. Mais mes facultés mentales sont visiblement altérées. Au lieu de me considérer sauvée et de poursuivre, je demande conseil. Les gens me disent qu'il est impossible de continuer à vélo. Au regard des cartes, je crains un tunnel sous la montagne et les crois. J'embarque donc sur le pick-up pour "sortir de là" et suis surprise de me retrouver sur une route enfin praticable (certes, longue et très pentue, mais... cyclable). Je suis néanmoins contente d'éviter ce nouveau dénivelé. Il est tard et ma montagne est encore loin...

      Une fois déposée, nouvelle surprise : je ne peux pas emprunter la route qui mène à la montagne. Travaux enormes, pas de place pour passer sur les côtés... Mais je ne renonce pas ! J'abandonne Hathi et une partie des bagages contre un arbre et entame - vers 18h - une randonnée....
      Une heure plus tard et quelques centaines de mètres plus haut, je peux enfin m'installer... La montagne - la biennommee "Damien", j'aurais du me douter que ça ne me réussirait pas - est très pentue et dense en végétation mais une plateforme a été aménagée en son sommet, où je peux installer la tente. C'est superbe. Je partage la soirée et la vue avec une bande de jeunes Chinois, copains/collègues de Guilin (montée en robe et Converse pour une des filles !). C'est seulement une fois au calme dans la tente que je réalise que je me suis foulé un doigt et écorchée de partout. Le lendemain, je constate que le vélo aussi a morflé. Rien de grave mais c'est pénible : le garde-bout arrière est cassé en deux (et traine donc sur la roue).

      Je n'ai pas encore assez de recul (ni sans doute d'humilité) pour tirer des leçons de cette journée. Peut-être : accepter parfois les demi-tours ? Aussi : préférer les soirs de semaine aux week-ends pour camper sur une montagne chinoise ! (le site était superbe, mais la nuit courte. Dès 4h30, de premiers visiteurs etaient là-haut et n'ont pas brillé par leur discrétion... ).
      Read more

      Traveler

      Merci de nous régaler de ces aventures. Qui ne s'est pas obstiné sur un chemin visiblement inadapté. Je t'embrasse et en profite pour t'annoncer la naissance d'Ariane.

      10/1/19Reply
      Traveler

      Bravo ton obstination à obtenu un récompense, la vu de ton camping c’est magnifique

      10/1/19Reply
      Traveler

      Certes c’est un vtt mais quand meme!

      10/1/19Reply
      5 more comments
       
    • Day182

      Guilin : more mooncakes & good company

      September 8, 2019 in China ⋅ ⛅ 35 °C

      Au petit matin je suis heureuse de retrouver mon velo et ses bagages intacts, sagement posés contre un arbre. 70 km pour atteindre Guilin, ce n'est pas rien mais la journee semble facile et sans efforts comparée à celle de la veille, même avec mon doigt handicapé ! Piste cyclable idéale, le long de la route principale, pique nique tranquille en compagnie d'une vache et de Chinois curieux, puis j'arrive tranquillement.
      En fin de journee, je retrouve les randonneuses avec lesquels j'ai passé la veille en haut du mont Damien. Elles me font déguster des spécialités, dont les fameuses Guilin noodles et le thé bizarre plein de fruits et de choses gluantes que j'adore, puis balader dans des rues animées d'apparence patrimoniale (c'est du neo-vieux, comme la plupart des secteurs touristiques ici), et m'offrent... de nouveaux mooncakes ! Cest décidément un cadeau typique. Je ne me plains pas, j'adore ça.

      Le lendemain j'ai le temps de me promener encore un peu, avant de poster mon vélo à l'autre bout de la Chine, vers l'est, tandis que je prends moi-même le train vers le Nord. Ça me fait tout drôle d'embarquer sans mon fidèle compagnon. Je croise les doigts pour le retrouver dans quelques jours en un seul morceau.
      Read more

      Traveler

      Ouaahh tu es la reine sur cette route! 😂

      10/11/19Reply
      Traveler

      Oui ! 🤗 Je crois que c'est ma toute première piste cyclable de ce voyage !!

      10/13/19Reply
       
    • Day54

      Zugfahrt nach Guilin

      October 24, 2019 in China ⋅ ☁️ 21 °C

      Am Morgen machten wir uns auf den Weg zum Bahnhof. Diesmal fuhren wir im privaten Shuttle mit anderen Leuten zusammen zum Bahnhof.
      Nach einer kurzen Fahrt im Schnellzug, einer Pause in Shangrao - und mal wieder auch bei McDonald‘s 🙈 - sind wir in unseren Nachtzug gestiegen, der unser Zuhause für die nächsten 14 Stunden sein würde... Der Zug is zwar nicht von der neuesten Sorte, aber es war vollkommen in Ordnung. Und die Chinesen waren auch ganz nett, auch wenn wir nicht wirklich mit Ihnen reden konnten. 😊
      Wir mussten die günstigste Klasse buchen (abgesehen von normalen Sitzen, aber über Nacht muss das nicht sein). In den chinesischen Nachtzügen sind in dieser, als Hardsleeper bezeichneten Klasse (die zweite Klasse heißt Softsleeper), jeweils drei Betten übereinander angeordnet. Da man hier die Betten nicht auswählen konnte, hatten wir ein unteres und ein oberes Bett. So konnten wir zumindest unten noch sitzen. Nach einem leckeren Abendessen aus Süßigkeiten, Obst und Instant Nudeln haben wir versucht zu schlafen. Der Zug an sich ist deutlich ruhiger und schneller unterwegs als in Russland, allerdings nehmen die zusteigenden Passagiere keinerlei Rücksicht und schreien quer durch den Zug wie es auch tagsüber hier üblich ist. Daher wurden wir immer wieder aus dem Schlaf gerissen. 😴 Achso, und uns ist aufgefallen, dass sehr viele Chinesen Löcher in den Socken haben. 😆
      Read more

      Traveler

      Blöde Frage, aber ne Leiter gibt es da schon, oder? Ich seh da nie welche 😅

      10/25/19Reply
      Traveler

      Ah hier 😁

      10/25/19Reply
      Traveler

      Ihr habt nicht ganz oben geschlafen? Höhenangst darf man da jedenfalls nicht haben...

      10/25/19Reply
      3 more comments
       

    You might also know this place by the following names:

    Guangxi Zhuangzu Zizhiqu, Guangxi, Région autonome de Guangxi, 广西壮族自治区

    Join us:

    FindPenguins for iOSFindPenguins for Android