Colombia
Dibulla

Here you’ll find travel reports about Dibulla. Discover travel destinations in Colombia of travelers writing a travel blog on FindPenguins.

7 travelers at this place:

  • Day93

    Kokosnüsse und Meer

    July 6 in Colombia

    Lucy ist inzwischen auch in Palomino eingetroffen und mit ihr zusammen spazieren wir am Strand entlang und lassen uns an einem einsamen Plätzchen umgeben von Kokospalmen nieder. Wir haben zwar nur ein Messer, aber die jungen Kokosnüsse lassen sich damit leicht öffnen, um an das leckere Wasser heranzukommen. Wir hämmern gerade zu dritt auf eine ältere Kokosnuss ein, als ein Kolumbianer mit einer Machete vor uns steht und uns ruck zuck die Nuss verzehrbereit schält. 😝Read more

  • Day103

    Minca

    August 8, 2017 in Colombia

    Minca ist ein kleines verschlafenes Nest in den Bergen bei Santa Marta.
    Bekannt ist Minca als Startpunkt für den Lost City Treck, welcher über mehrere Tage geht. Da mir das ne Nummer zu groß ist, habe ich mich lediglich dazu entschieden, vom Ort aus zu einem bekannten Hostel auf dem Gipfel zu wandern. Am ersten Tag ging es 12km nur Bergauf, ich habe geflucht, viel und laut! Ab circa der Hälfte ging es nur noch kleine Wege zwischen Dschungel und Kaffeeplantagen durch, und nicht nur ein bisschen bergauf, es war richtig steil, zum ersten mal habe ich verstanden weswegen Wanderstöcke eine Daseinsberechtigung haben 😂
    Völlig erschöpft und ziemlich entnervt kamen wir dann mittags beim Hostel an und die Aussicht von den riesigen Hängematten war wirklich Hammer!
    Read more

  • Day306

    Aujourd’hui ça ne rigole pas, nous avons deux personnes de l’administration qui viennent juger de la qualité du travail de l’association envol vert, autrement dit on doit faire bonne impression. Il y a visiblement beaucoup de corruption dans le métier, c’est bien dommage de faire le constat de se genre de chose quand le sujet touche à l’environnement. C’est désolant mais il se passe la même chose en Europe et ceux a plus grand échelle avec les lobbies type Monsanto... Bref nous ne changeons rien à nos habitudes, on commence la journée par 45 minutes de marches afin de ce rendre sur la meme parcelles qu’hier. Nous changeons d’endroit et commençons à faire de la conservation, notamment afin d’apporter de nouveau de l’ombre dans le but de préserver un cours d’eau asséché. Les deux personnes de l’administration semblent connaître un minium leur sujet même s’ils sont loin d’être productif. Cela prend plus de temps car il faut trouver le bon endroit, une zone d’ombre avec tout de même un peu d’ensoleillement et à au moins 6m d’un autre arbre. Lors de l’une des plantations, en creusant le trou, Matthieu tombera sur une source d’eau ! Quel bonheur de voir ce genre de chose sur une terre asséchée, il y a encore de l’espoir afin de rendre de nouveau l’agriculture possible et préserver ces forêts. Nous clôturerons la journée par un bilan d’une cinquantaine d’arbres, c’est assez modeste mais avec une quarantaine demain, l’objectif sera atteint, nous profitons donc de l’après midi pour aller nous baigner dans le fleuve non loin de chez Justine. Elle vit dans une petite maison, pseudo camp de base de l’association, au sein d’une réserve pour réhabilitation d’animaux. En effet, certains animaux apprivoisés par l’homme sont rapatriés ici pour une période de transition avant d’être remis en liberté. Nous irons nous coucher de bonne heure pour profiter de la dernière journée sur la parcelle de pedro fuerte, le bénévole le plus acidu de ces 4 derniers jours, nous sommes donc fier d’aller l’aider demain.Read more

  • Day307

    Aujourd’hui est le dernier jour de la plantation et une personnalité importante du paysage environnemental nous fait le plaisir de sa visite. En effet le responsable de la corpoguajera vient passer un moment avec nous afin de se rendre compte de la réalité du terrain. Du moins c’est ce que nous pensions mais c’est en fait d’avantage un coup de communication qu’autre chose. Il est d’ailleurs escorté de sa responsable de communication et de sa photographe ... Pour vous donner une idée, il est venu en mocassin dans la jungle 😅 ! Bref, à cela nous rajoutons le fait que Justine est mal organisé la logistique, nous nous retrouvons à nous regarder dans le blanc de l’œil en attendant le matériel de plantation. Après un moment nous commençons donc la plantation, le président de l’organisme plantera 1 arbre avant de rebrousser chemin, prétextant un autre rendez vous. Il soulignera tout de même notre démarche et espère voir plus d’étranger apporter ce genre d’initiative. Nous poursuivrons sur la parcelle de Pedro Fuerte qui est ultra vallonnée, c’est un coup à se faire une cheville mais ça parcelle a du charme et quel courage à son âge d’entretenir une telle zone. Nous clôturerons cette plantation après presque 60 arbres plantés ce jour. Nous sommes fier et heureux d’avoir atteint au total 1000 arbres durant notre voyage. Objectif atteint sans colporter que ces deux plantations étaient ultra enrichissantes ! Deux expériences complètement différentes, en autonomie totale pour la première et en control sur la deuxième avec une communauté genial pour nous épauler et envol vert pour piloter le projet. Deux expériences très riches, plein d’apprentissage, de rencontres, de persévérances, etc. Nous sommes vraiment ravis d’avoir été hébergé chez des locaux afin d’apprécier la culture de ce peuple courageux et chaleureux. Nous espérons passer le flambeau et faire que Let’s treep perdure dans le temps avec d’autres voyageurs. C’est un geste simple mais qui a l’échelle de nombreux voyageurs à un impact fort. Merveilleuse aventure qui se conjugue très bien avec le voyage ! Ps : en chemin le matin nous croiserons un serpent mangeant un autre serpent ! Scène juste incroyable et très rare 😍Read more

  • Day302

    Aujourd’hui c’est le grand départ pour la plantation. On se lève vers 9h pour un avion qui part à 13h, l’idée étant d’arriver à la plantation pour le début de soirée. Nous aurons passé un bon moment à Bogota même si nous n’avons pas forcément optimisé le temps passé. En même temps on revenait de 5 jours de stage de survie, une croisière, bref on ne peut pas toujours être au taquet, sans compter que l’on a plus 20ans et que l’on se remet plus difficilement des soirées 😜. Après 2h de vol nous arrivons à santa marta, l’avion est collé à la mer, c’est un vrai régale ! Il nous reste à présent environ 2h de bus ppur gagner la plantation. On prend un taxi jusqu’à l’arrêt de bus et c’est parti, transférer avec les locaux dans un bus plutôt confortable. Une fois arrivé nous sommes excité de découvrir la famille qui nous hébergera pendant 5 jours. Nous sommes également excité par découvrir les lieux de plantation. En effet, contrairement à la fois dernière, ma grande partielle qui nous concerne est subdivisé par de plus petites et chaque paysan à la sienne. Elles sont toutes d’une taille similaire mais leur forme change. À notre arrivé pierre est déjà là, ça fait plaisir de le revoir après 2 semaines séparés. Nous faisons donc les présentations avec la famille, ceux ci nous proposent un café en attendant Justine, une bénévole de l’association envol vert qui va coordonner la plantation. Elle arrivera un peu plus tard dans la soirée, ça fait plaisir de faire sa connaissance car on a pas mal échangé par message, à présent le projet prend enfin forme. Elle nous brifera sur le programme de ces 5 jours et nous racontera un peu l’histoire de la communauté qui sont pour beaucoup ici à cause de l’immigration liés aux violences du conflit précédent entre farc, milices et armé. Le premier repas s’avérera très copieux et les boissons ici sont toutes sucré comme jamais (café, lait, autres jus), ça va être compliqué. On passera une superbe soirée à parler avec la famille avant d’aller se coucher sous une grange dans nos hamacs. Ici pas d’électricité ou presque, le réseau est limite, pas d’eau courante ni de douche. Pour se laver tu mets les pieds dans une bassine rempli d’eau d’un bassin qui accueil des poissons avec des écailles au fond. Et tu te sert d’un seau pour remplir rRomain vider l’eau sur toi afin de te rincer.Read more

  • Day303

    Aujourd’hui c’est tout excité que nous commençons la plantation. Avec Justine, la coordinatrice de la plantation, nous nous rejoignons à un point donner afin d’attendre les bénévoles avant de rejoindre la parcelle sur laquelle nous allons travailler aujourd’hui. Nous sommes un peu dégoûté que les 30 étudiants qui devaient venir nous prêter main forte ne viennent finalement pas pour des raisons de sécurité à cause de l’ouragan. Nous sommes malgré tout nombreux, environ une dizaine pour commencer la mâtiné. Avant toute chose nous avons environ 1h30 de route pour rejoindre la communauté. Celle ci se trouve en plein milieu de la forêt colombienne et la plupart du chemin n’est accessible qu’à pied. Une fois sur place nous sommes sur une butte qui domine une bonne partie de la forêt et qui donne une vue sur cordière/océan. Nous commençons par petit déjeuner afin de prendre des forces puis commençons le travail. La parcelle est en pente et en friche, mais l’humeur est bonne et tout le monde est de bonne volonté. C’est dommage, Justine ne voulant pas nous expliquer la méthode, nous perdons du temps et la moitié des bénévoles se tournent les pousses. Il est aussi normal qu’il y ai un temps de rodage, nous sommes le premier jour et elle est toute seule. Heureusement une bonne partie de la logistique a été faites avant, les aliments, l’eau et les arbres ainsi que les outils. Nous planterons finalement presque 75 arbres rien que ce matin ainsi qu’une trentaine dans l’après midi. L’après midi moins de personnes seront présent car ils ont une réunion au sein de la communauté, Justine fait signé une feuille de présence pour finalement rétribuer les personnes qui sont venues sur la base du volontariat. Elle ne souhaite pas en faire part avant pour créer une ambiance solidaire. C’est une bonne choses si beaucoup de gens viennent, en revanche nous espérons que ça sera le cas car nous avons tout de même 700 arbres à planter en seulement 5 jours. Nous rentrerons content de cette première journée même si nous restons sur notre fin car l’objectif journalier n’a pas été rempli, nous verrons il faut être indulgent. Au retour, sur le chemin nous croiserons un serpent, on en a pas vu un seul en Amazonie et la premier jour c’est le cas, 60cm pas plus. Une fois retourné au centre du village, nous offrons une bière a Justine et faisons le bilan avant de rentrer chez nos hôtes. Le bilan reste tout de même positif, ça avance malgré tout ! On se couchera de bonne heure, un peu éprouvé de la journée 😊.Read more

  • Day304

    Aujourd’hui c’est dimanche et les gens ici ont pour habitude d’aller à la messe, pour autant nous espérons avoir des bénévoles. Nous serons un petit groupe et encore une fois la plantation est loin, mais nous sommes motivés. Le matin des jeunes enfants viennent nous prêter main forte, nous avons aussi un doyen de 82ans, toutes les générations sont représentées même si la parité n’est pas respecté. Ici les femmes font majoritairement à manger et les hommes travaillent au champ, un jour viendra ou cela changera ! En attendant Jonathan, l’ingénieur forestier prend les choses en main et les choses avancent bien. Nous reforestons une parcelle ravagée par les flammes. Ici la culture par bruli est souvent employée pour fertiliser le sol, pour autant elle est rarement maîtrisée et de nombreux accidents interviennent. Nous planterons donc une variété d’arbres divers, des « Madurables », soit des arbres à bois tous les 12 mètres et des arbres fruitiers tous les 6 mètres. Entre chaque 6 mètres nous plantons un autre type d’arbres appelés « matarraton », des branches en boutures qui, à travers leurs vertus, vont protéger les autres arbres. Nous en planterons presque 90 le matin et 60 l’après midi sur une parcelle juste horrible car en pente, le but étant de couvrir un ancien ruisseau asséché à cause du manque d’ombre. La journée sera encore plein de rencontres, les gens sont très sympathiques même si nous ne sommes pas certains qu’ils sachent que nous sommes à l’origine de cette action. En effet, « envol vert » l’organisme par lequel nous sommes passé semble ne pas vraiment faire la promotion de notre projet mais s’accapare plutôt les mérites. Peut importe, nous ne sommes pas là pour la reconnaissance des autres mais ça n’est pas très « fair » de leurs parts. Nous sommes encore une fois ravis de cette journée et ça n’est pas fini car ce soir nous faisons la cuisine pour nos hôtes. En effet nous avons décidé de leurs faire découvrir les bolognaises et figurez vous que ça fera un vrai carton. Nous l’avons quelque peu revisité car nous n’avons pas de sauce tomate mais du ketchup et pas de viande haché. Nous ferons donc de la viande rouge, du poulet, ainsi que des crudités et ceux dans des ramequins différents comme ça chacun prend ce qu’ils souhaitent. Tous le monde est conquis, même la mère de famille qui espère ne pas être sollicité tous les jours pour ce genre de plat. Nous finirons la soirée par du karaoké en espagnol et en français, super moment de partage.Read more

  • Day305

    Aujourd’hui sera la journée la plus productive de la semaine ! Comme chaque matin nous nous donnons rendez vous à 6h, mais cette fois nous changeons de communauté. De plus 3 français en transit dans le coin viennent nous prêter main forte. Ça fait plaisir d’avoir du renfort et de rencontrer d’autres globe-trotter. Nous commençons la journée à 10 ou 15, le tout dans une parcelle qui semble ultra praticable comparé à ce que nous avons connu jusqu’à présent ! Après 45min de marche nous entamons du coup un autre type de projet car contrairement à celui de hier qui consistait à reforester une zone dévasté par les incendies ou encore pour apporter de l’hombre à certain ruisseaux asséchés, cette fois nous allons créer une espèce d’enclos à bétail fait d’arbres afin de les nourrir tout en absorbant les gaz à effet de serre. Nous sommes ravis que les parcelles varies même si c’est plus de travail car à chaque fois c’est un nouveau chantier avec le matériel à prévoir, les vivres, les plants, etc. Heureusement, il faut le dire, l’association envol vert gère plutôt bien la logistique afin que l’on ne manque de rien. On ne vous cache pas qu’il y aura quelques ratés et que tout est loin d’être optimisé mais nous ne sommes pas en Occident et l’aspect culturel y est pour beaucoup. Nous visiterons la pépinière de ce propriétaire de parcelle qui travaille sur ce projet depuis environ 3 mois afin d’avoir des plants variés en bonnes santé. Le terrain est plat et les arbres se plantent tous les 2 mètres, inutile de vous dire que le rythme est pris et que l’on avance à une vitesse folle. On se divise le travail en plusieurs groupes, une équipe marque le tracé des arbres à planter, une autre creuse tous les 2m les trous et une dernière les plantent. Le midi, à la demande des paysans nous ferons une intervention afin d’expliquer notre projet et ce qui nous a motiver à porter une telle initiative. Ce fut un moment d’échange et de partage très sympa, ils étaient très curieux à notre égard et nous ont également fait part des problématiques locales, notamment à l’égard des indigènes qui brulent et coupent des arbres comme bon leur semble, sans se préoccuper du long terme. Il y a donc un gros travail d’éducation à faire auprès de ces différentes communautés, afin de les sensibiliser sur les préoccupations environnementales et de la prise de conscience qu’ils doivent avoir ! L’après midi nous mettrons aussi les bouchés doubles et concluerons par 350 arbres ou boutures plantés sur la journée. Nous sommes ravis car nous avons largement comblé le retard pris ces deux derniers jours et le bilan s’élève plus ou moins à 600 arbres au global. Nous sommes donc ravis car logiquement nous pourrons finir demain !Read more

You might also know this place by the following names:

Dibulla

Join us:

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

Sign up now