Chile
Puerto Varas

Here you’ll find travel reports about Puerto Varas. Discover travel destinations in Chile of travelers writing a travel blog on FindPenguins.

41 travelers at this place:

  • Day24

    Unsere Weiterreise von Bariloche nach Puerto Varas, eine ehemalige Kolonie von 30‘000 Deutschen, war etwas ganz Besonderes. Anstelle von Flugzeug oder Nachtbus, haben wir uns für die etwas teurere, ganztägige und umso spannendere Reise mittels 3 Schiff- und 4 Busfahrten durch die Anden von Argentinien nach Chile entschieden. Schon im ersten Bus war klar, wir sind die Jüngsten. Also Sue. Ich hatte das Glück, direkt hinter Ramon Senior zu sitzen, der in seinem bisherigen Leben ganz offensichtlich nicht in den Genuss eines Knigge-Kurses gekommen ist, der auch Flugzeug- und Bus-Manieren behandelt hätte. Tja, ich schon. Da sieht man mal was so ein lausiges Bachelor-Studium einen alles lehrt, aber wie im vorliegenden Fall dann doch nichts nützt. Trotz enger Bestuhlung und ohne jegliche Vorwarnung mittels kurzem Blick nach hinten, knallt mir Ramon der Knallfrosch gleich zu Beginn die Sitzlehne in die Kniescheibe, die sich für einen kurzen Moment überlegt, aus lauter Trotz spontan und für alle hörbar zu brechen, es dann aber doch nicht tut. Zum Glück für Ramon Sen. Ich stecke das Messer zurück in den Rucksack, weine die Schmerzen in mich hinein und lasse mir nichts anmerken.

    Ansonsten erleben wir eine ausgezeichnet organisierte Tour, fast wie eine Schulreise. So mit ständigen Step-by-Step Erklärungen und 15 Wiederholungen. Das könnte im Laufe des Tages möglicherweise irgendwann auch nerven, wir werden sehen. Und siehe da, wer sollte trotz massiver Mehrfachkommunikation und -repetition bereits nach der ersten Schiffs-Etappe als erstes von der Gruppe getrennt und verloren gehen? Klar, wir, die zwei „Cheap-Fuck“-Backpack-Touris mitten im Reisegrüppli „Rentnerglück“ (wobei da war noch Isa aus Wädenswil, die war auch jung und sei an der Stelle herzlich gegrüsst). Habe doch gesagt, ich verstehe kein scheiss Spanisch (wobei das lasse ich mir wie so vieles natürlich nicht anmerken) und für mich klang das nach „in the“ und nicht „behind the“ Hotel. Ausserdem hat es geregnet, huere Behinder! Man hat uns dank längerer Suche mit laufendem Motor aber doch noch gefunden und mitgenommen. Sue war froh, denn in dem Gebiet regnet es über 300 Tage im Jahr. Zumindest kannte jetzt jeder aus der Gruppe die bescheuert unselbständigen „Kids from Switzerland“.

    Dank spektakulär wechselhaftem Wetter zeigten sich uns so viele, grosse und kräftige Regenbogen wie noch nie. Klar, wir sind ja noch jung. Die farbigen Lichterscheinungen schienen quasi in Griffweite und ich war mir fast sicher, dass bald Einhörner, aus deren Arsch die Dinger ja bekanntlich entspringen, über unseren Köpfen kreisen und Sue in der Folge vor Glück (und in Kombination mit dem Verzehr zuckersüsser Medialunas und einem enttäuschend faden Schinken-Käse-Toast) platzen wird. Soweit kam es aber nicht. Zum Glück. Trotzdem, übler Kitsch. Es blieb also eine sehr beeindruckende und absolut empfehlenswerte Andenquerung, die einen ua durch den nach Yellowstone zweitältesten Nationalpark der Welt, mit holprigen Busfahrten auf über 1000m und wieder runter auf 150m über Meer, und vorbei an unzähligen massiven Araucarien führt (mein Dad liebt diese stacheligen Biester). Zu Beginn der Reise hatten wir auch das argentinische Zollpersonal dabei, denn die Grenze die wir passieren, lag mitten im „kalten“ Regenwald (im Winter liegt 2m Schnee) mit über 1000-jährigen Sequoias.

    Die mag mein Dad auch. Er hat sich letztes Jahr sogar ein kleines Exemplar von etwa einem Meter in seinen Park gepflanzt (der Begriff „Garten“ wird der Realität einfach nicht gerecht), was angesichts der 15 Jahre für 1 cm Wachstum ziemlich optimistisch scheint mit 75, man kauft in dem Alter schliesslich auch keine dicken Bücher mehr. Aber hey, der grüne Daumen zeigt nach oben und der Park ist sein Ding. Auch die orange/roten Lieblingsblumen aus meiner Kindheit sind hier heimisch. Die heissen laut anwesenden passionierten und pensionierten Biologen entweder „Mombretia“ oder „Crocosmia“, man war sich nicht einig. Da wünscht man sich doch gleich Bob den Beeren-Junkie oder meinen Dad auf Platz, die hätten sicher gewusst, dass sie (wie ich später von Google erfahre) „Mombretia Crocosmia“ heissen. Bravo. Chile scheint irgendwie eine Art Dad-Land, denn auch die hat mein Dad jedes Jahr zum Blühen gebracht. Nach der Fahrradprüfung somit schon meine zweite Kindheitserinnerung innerhalb einer Woche und zur Abwechslung sogar eine positive. Obwohl, meine dicken Finger haben das Pflücken der zarten Pflänzchen damals ziemlich erschwert. Armer Junge. Hätte Dad besser mal mehr Salat und Gemüse gepflanzt im Park.

    Nach all den schönen Etappen und Kindheitserinnerungen verlässt uns das Glück allerdings. Gebuchter Mietwagen in Puerto Montt? Gibt es nicht, alle auf der Strasse. Gebucht? Irgendwie schon. Unser Geld? Jaa, das wurde vor einer Woche schon abgebucht. Aber ein Auto gibts trotzdem nicht. Alle unterwegs. „Our sincere apologies, we will refund you“. Echt jetzt? „Da krigisch son Hals!“ ... soviel zu „die nächsten Wochen sind geplant/gebucht“. Wir verstehen das als Prüfung, flippen erst mal komplett aus und (wie auch im Studium des Öfteren) brechen ob der aus den Fugen geratenen Welt synchron und mit einem lauten Stöhnen zusammen. Reisen ist Kacke. Nach einigen Stunden reglos am Boden rafft uns Sue aber wieder auf und wir entwickeln einen neuen Plan. Doch zuerst den verdammten Primaten von rentalcars.com einschenken ...

    ***
    Hi
    This is very very frustrating and the worst user experience I ever had with a booking platform. I had to request an update on my already paid(!) booking 3 times, just to finally learn TODAY that I will not have a car the day I actually AM in Puerto Montt! I‘m sure there were more cars available a few days ago, so what do you suggest I should do from here?? Take taxis to all our booked destinations?! Your service is absolutely ridiculous if a cancelation and refund is your only option the day I should get the car I already paid for ...
    P. Rode
    ***

    Check. So, nun sieht unser Plan für die kommenden Tage neu nach Bus fahren, 3 Tage Insel Chiloé (da leben nämlich Pinguine), 4 Tage Pucon/Villarrica und dann Santiago aus ... somit sogar Geld gespart, welches aus meiner Sicht sofort in Rotwein (oder Bitcoins) zu investieren ist. Chunt aso scho guet. Wahrscheinlich.
    Read more

  • Day6

    Puerto Montt, Patagonie, Chili

    March 11, 2017 in Chile

    C'est notre premier jour en Patagonie, à Puerto Montt. Un guide nous a expliqué qu'il y avait beaucoup de volcans qui entraient parfois en éruption. La dernière fois, c'était il y a 2 ans. La route était recouverte d'un mètre de cendres. Des maisons ont été écrasées par le poids de celles-ci. Heureusement, il n'y a pas eu de mort.

    En Patagonie, il y a aussi des tremblements de terre. Le dernier qui a eu lieu était il y a un mois, c'était un de 7.9 sur l'échelle de Richter.

    Amélie

    Le nom Patagonie vient de l'explorateur Magellan au moment où il a découvert le Cap Horn. Il trouvait que les habitants étaient très grands. Et Patagonie veut dire grands pieds. 

    Olivier
    Read more

  • Day110

    Puerto Varas

    February 9 in Chile

    Nachdem wir Argentinien vorläufig wieder den Rücken gekehrt haben, sind wir gut in Puerto Varas angekommen. Die Stadt besticht ebenfalls durch einen starken deutschen Einfluss sowie durch 3 umliegende, aktive Vulkane.

    Leider lag Mario die ganze Zeit über mehr oder weniger flach. Wir tippen auf eine kleine Lebensmittelvergiftung... Also war ich alleine auf dem Río Petrohué unterwegs zum Rafting! Auch wenn das Wetter nicht der Knaller war und das Wasser sehr kalt, hat es riesen Spaß gemacht!

    Mario ist jetzt auch wieder fit - rechtzeitig zur Weiterfahrt nach Puerto Montt. Dort geht es für uns auf die Fähre und dann weiter Richtung Süden!
    Read more

  • Day88

    Night at Puerto Varas

    December 26, 2017 in Chile

    We decided to spend the night at Puerto Varas. The hotels were quite expensive near the beach so we decided to check some of them away from the coast. On the way to one of them, we passed the Gruta de Lourdes just next to the main church, Corazón de Jesús. Its a small grotto in a park with the statue of Mary there. People had decorated it with flowers and lit candles. We couldn't really find any information board regarding the special significance of the place. The church was closed by the time we reached there but we found a nice cabaña just next to it at a decent price of 50000 CLP for the 4 of us. After checking in, we walked down to the town center again to fetch our car and later for dinner as well. The skies had cleared by then and we could see both the volcanoes along the lake shore.Read more

  • Day88

    Puerto Varas

    December 26, 2017 in Chile

    We reached Puerto Varas just before 8 pm and parked near the waterfront. Its a lovely lakeside town with a lot of German immigrants. A lot of houses had Chilean and German flags in their courtyards. We walked along the promenade on the Lago Llanquihue. The lake is one of the biggest freshwater lake in South America and is about 850 sqkms.

  • Day88

    City of Roses

    December 26, 2017 in Chile

    The volcanoes Osorno and Cabulco are on the shores of the lake Llanquihue but it was a bit cloudy so we couldn't see either of them clearly.
    Puerto Varas is sometimes know as the city of roses and ot because obvious quite quickly why it was so. It had the feel of a bavarian village with beautiful wooden houses and clean and flower filled gardens.

  • Day89

    Off along Llanquihue lake

    December 27, 2017 in Chile

    We woke up around 10 am and had the breakfast at the cabaña. By the time we we ready to leave, it was 12:15 pm. We walked over to the church next door, spent some time there and then drove off from Puerto Varas. It was a nice and sunny day. There were few clouds in the sky and we could see the Osorno volcano in all its glory. We drove East along the South shore of the Llanquihue lake towards the volcano.Read more

  • Day17

    Los chicos del camion

    February 5, 2017 in Chile

    Nous avons décidé de nous mettre de nouveau en route vers le nord au lieu de continuer plus bas vers l'île de Chiloé.
    Notre nouveau défi STOP débute vers midi sur la route qui sort de Puerto Varas pour aller jusqu'au péage. On va s'y reprendre à trois fois avant de trouver un endroit qui convient aux conducteurs.
    Dès le début, on donne toute notre énergie dans une danse du pouce et on va même jusqu'à provoquer un accident devant nos yeux (on a réussi à déconcentrer deux chauffeurs )...
    C'est la première fois que les voitures défilent sans s'arrêter! On ne perd pas espoir et au bout de 45 min, un homme s'arrête de manière complètement improvisée.
    Il nous depose devant un péage et un autre homme s'arrête et fait marche arrière jusqu'à nous...sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute. Ce dernier nous depose 45 min plus tard en direction d'Osorno. Après une petite pause déjeuner sur un bout de pelouse en pleine autoroute, nous nous remettons en quête d'un véhicule. Malheureusement, il n'y a pas foule, peu de voitures défilent, et nous réalisons que nous sommes dimanche et que nous aurons sans doute moins de chance de tomber sur des gens qui font des allers retours entre chez eux et leur travail.
    Un camion de transport passe devant nous à toute vitesse et s'arrête sur le bord de la route. En entendant le bruit assourdissant des roues qui crissent nous pensons à un problème de crevaison. Finalement, le camion fait marche arrière vers nous et l'un des passagers sort sa tête de l'immense fenêtre pour me demander notre destination. Je lui dis tout d'abord Temuco, qui se situe à environ 1h30 de route puis je comprends que le convoi se dirige vers Santiago. Baume au coeur et joie au ventre, je cours vers Anne pour lui annoncer la bonne nouvelle.
    Dans la cabine à l'avant du mastodonte se trouvent 4 bonnes têtes masculines: notre conducteur (Termy), ses deux amis Manuel et Daniel et son neveu de 15 ans Andres. Au début, nous n'échangeons pas trop tous les six, sans doute par timidité, mais avec la musique à fond et la proximité, la cabine devient notre nouvelle maison pour plus de 10h.
    Finalement, Termy n'aura fait que quelques arrêts très rapide, notamment dans la ville de Los Angeles pour décharger les quelques meubles restants.
    Il nous aura aussi fait la surprise de s'arrêter à Los Saltos de Laja (chutes d'eau ) qui se trouvent sur le bord de la route principale. Il nous a demandé à tous de descendre et d'aller prendre une photo des chutes. S'ensuit donc un sprint à 5, avec encouragements en anglais "go go go, come on, come on...!", le but étant d'aller le plus vite possible pour éviter que le camion ne stationne trop longtemps. La tête orientée vers le ciel car prises d'un fou rire, Anne, les 4 chiliens et moi slalomons entre les touristes jusqu'au chutes. Après quelques rapides photos, nous retournons en courant dans le camion, tous essoufflés et transpirants.

    De Chillàn à Portozuelo, malgré la nuit tombée, les garçons nous font observer les forêts décimées par les incendies récents et nous expliquent qu'il s'agit d'incendies volontairement provoqués par les propriétaires eux mêmes afin de récolter de l'argent du gouvernement. A priori, depuis l'élection de Trump, le marché du bois se porte très mal car le nouveau président refuserait d'acheter du bois au Chili, car il serait soit disant "défectueux ". Ils ont tous les quatre été témoins des feux dévorant des hectares et des hectares de forêts devant chez eux, ils nous montrent des vidéos terribles de cette nature, si chère à notre propre vie, qui disparaît pour de l'argent.
    Nous nous arrêtons à Portozuelo d'où sont originaires les 4 énergumènes et sommes invitées à dîner chez l'une des 9 soeurs de Termy !
    Notre arrivée à Santiago se déroule dans un parking à poids lourds. Termy nous propose de terminer notre nuit sur la banquette et vient toquer à la porte vers 9h. On se prépare à mettre nos sacs sur le dos et à prendre le métro lorsqu'on se rend compte qu'une voiture stationne devant le camion...Nos anges gardiens mettent nos sacs dans la voiture et nous sommes escortees jusqu'à notre hostel...
    Que dire de plus? Fabuleuses rencontres, magie de la vie! Merci!
    Read more

  • Day13

    Haciendo dedo en Chile!

    February 1, 2017 in Chile

    La veille, nous avons dormi dans une auberge l'Ethnico vu qu'il n'y avait plus de place dans notre Paradise Pucón. L'avant veille, on avait testé le camping dans le jardin de Carlos alias "Charlies", et ce ne fut pas de tout repos.
    Après une bonne nuit à l'Ethnico donc, nous avons pris nos clics et nos clacs et sommes parties à la quête de bonnes âmes qui seraient susceptibles de nous mener à bon puerto, à savoir, Puerto Varas (notez le magnifique jeu de mots). On avait décidé plusieurs jours auparavant de partir plus au sud, car les parcs nationaux sont toujours ouverts, plus loin du risque d'incendie.
    Nous voilà donc au carrefour empreinté par les conducteurs qui se dirigent vers le sud. Nos sacs à dos à peine posés, sueurs et dos alourdi par notre maison portative, un conducteur s'arrête et nous propose de nous emmener à Villarrica (qui porte le même nom que le fameux volcan).
    Ni une ni deux, hop hop, nous grimpons dans son pick up, amusées par la nouveauté de ce voyage. Il nous depose et Anne, pilote et cheffe MapsMe, m'explique que l'endroit où l'on se trouve n'est pas stratégique. En conséquence, nous décidons de marcher puis après quelques minutes d'attente dans notre nouveau lieu de stop, nous embarquons avec une fromagère pressée. Celle- ci nous dépose devant une station essence où de nombreux petits budgetistes tendent le pouce.
    Après une petite pause empanadas pour Anne et un sandwich à l'avocat pour combler nos bidons, nous repartons à la pêche aux bons.
    Stratégiquement parlant, on se dit qu'il est préférable de se positionner directement devant la pompe à essence plutôt que de faire la queue derrière les autostoppeurs. Notre 3ème conducteur a une trentaine d'années, il nous accepte dans sa voiture pour qu'on puisse le défaire de son envie de dormir. Il parle anglais, et nous explique qu'il a repris l'entreprise de son père après son décès. Il se rend donc dans différents lieux en voiture et nous depose à deux pas d'un arrêt de bus situé sur l'autoroute.

    Un carabineros (policier ) nous embarque et
    quelques dizaines de minutes plus tard, une grosse voiture (n'attendez pas de marque) chargée de trois hommes s'arrête et nous proposent Osorno comme nouvelle destination. Le conducteur a une tête de gentil mafioso, il force un peu sur le pâté mais nous fait planer avec sa musique catalane aux voix envoûtantes qu'il met à fond. Ça tombe bien ça nous arrange de ne pas parler!
    A notre arrivée, nos devons traverser une étendue d'herbe pour aller de l'autre côté de la route, car c'est uniquement là que les voitures vont pouvoir s'arrêter pour nous.
    Une cinquième personne, gentille dame d'une bonne trentaine d'années, stoppe son imposant 4x4 devant nous et Anne, dans un élan de joie, trébuche et se rattrape à la voiture. Quelle belle entrée en matière !
    Adorable, elle nous parle de la région, du fait qu'à Puerto Varas, les gens sont très attachés à l'apparence, aux racines européennes, et qu'ils ont tendance à mettre de côté les gens qui manquent de sang "noble". Elle a deux enfants et elle nous explique que c'est "sufficiente", elle adore notre histoire et elle nous dit de profiter de ce bon goût de liberté.

    Déposées dans le centre de Puerto Varas, nous sommes fières de nous d'être arrivées sans verser un centime.
    Après un passage à l'office du tourisme, nous nous mettons en marche à la recherche d'une auberge ou d'un camping. Notre chargement sur le dos et le refus de différentes auberges (pleines ou sans possibilité de camper) nous épuisent !
    Nous trouvons finalement le moyen de camper dans un hostel situé en haut de marches qui nous achèvent.
    Le soir, rencontre d'un couple (chilien et australienne ) qui nous embarque dans plusieurs endroits pour sortir. Très sympa mais on n'est pas sûres de la musique dans le dernier bar.
    Read more

You might also know this place by the following names:

Puerto Varas, بويرتو فاراس, PUX, 푸에르토바라스, Puerto Varasas, Пуэрто Варас, Пуерто Варас, פּארטא וואראס, 巴拉斯港

Join us:

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

Sign up now