Russia
Khuzhir

Discover travel destinations of travelers writing a travel journal on FindPenguins.

29 travelers at this place:

  • Day14

    Philoxenia Place

    January 23 in Russia ⋅ ☀️ -18 °C

    Philoxenia Place est un véritable nid à voyageurs tenu par Sergeï, fondateur du lieu et habitant juste en face, et Daniel, voyageur qui n'a su repartir, tombé amoureux, dans tous les sens du terme. Nous voilà donc installés pour cinq jours. Les résidents vont et viennent, de nouveaux arrivent et partent presque toute les jours. Malgré cela, nous tombons en même temps que deux français arrivés séparément, Adrien et Jules. Le premier voyage en stop depuis 8 mois et a traversé la plupart des pays d'Asie centrale avant d'arriver ici. Le second est familier de la Russie et parle la langue couramment. Il est ici pour quatre mois et voyage en donnant des concerts ici et là. Un fan de Sylvain Tesson et un fin connaisseur de la Russie seront donc nos acolytes le temps de quelques jours (c'est avec eux que nous avons randonné jusqu'à l'île Kharantsy). Deux jours après notre arrivée, nous rencontrons Uriyeol, un sud-coréen en vacances pour deux semaines. Passionné de photos (d'étoiles notamment), Uriyeol est volontaire pour tout ! On coupe du bois ensemble, discutons de son séjour à Grenoble, de Lyon, de son travail chez Samsung, de la Corée, de musique... C'est sa troisième visite sur l'île et au Philoxenia Place : littéralement l'amour de l'étranger, l'hospitalité.
    Le dortoir de Philoxenia accueille toutes sortes d'invités : du couchsurfer (voyageur hébergé gratuitement), au client classique de l'auberge de jeunesse, en passant par les helpers (personne échangeant quelques heures de travail quotidien contre le gîte et le couvert). C'est notre cas.
    Nous ne savions guère à quoi nous attendre niveau travail, il faut bien avouer que ce fût varié. De l'aplanissement de terrain au marteau-piqueur (pour les gars) au rangement domestique et repassage (pour les filles bien sûr) en passant par le coupage de bois à la hache, l'expérience fût riche.
    Le coupage de bois est vite devenu une passion. Couper du bois à la hache, en Russie, dans la neige, pour alimenter un bania, quoi rêver de plus dépaysant ?
    Le bania, c'est l'équivalent d'un sauna mais en beaucoup plus sec et souvent plus chaud, facilement 100°C ou plus. Plusieurs allers-retours entre une pièce surchauffée et une pièce à température "normale" (30°C) avant de se frictionner de neige bien fraîche, rien de tel pour se détendre et bien finir une journée en Russie.

    Vous avez oublié d'aller aux toilettes avant de dormir ? Il va falloir vous rhabiller chaudement, sortir du dortoir, traverser l'enclos des chèvres et des huskis et atteindre la petite cabane en bois au fond du jardin. Folklorique au possible.
    Read more

  • Day77

    Sports bras, vodka and fish head soup!

    September 16, 2019 in Russia ⋅ ☁️ 11 °C

    Today consisted of a trip in a Russian military vehicle up to the northern tip of Olkhon Island.
    What a beautiful trip?!!!
    Alexander our Russian rally driver handled the car expertly over the hugely diveted road, up steep hills and down steeper ones!!
    We made stops at the 3 brothers rocks and then had lunch of traditional Omul (fish head) soup at the northern top of the island.
    Our vodka offerings to the spirit world worked as we had the most incredible light, cloud, sun and newly snow dusted mountain views..... we even had a rainbow!!
    Read more

  • Day11

    Île d'Olkhon

    January 20 in Russia ⋅ ⛅ -15 °C

    Le paradis pour vous c'est peut-être une île, au milieu de rien. On distingue au loin d'autres bandes de terre, depuis la plage de sable fin. Seul le vent se faufilant entre les arbres vient rompre le silence jusque là total... Une tranquilité salvatrice, loin du bourdonnement du monde. Des animaux crient au loin mais très peu de bruits d'origine humaines se font entendre. La cerise sur le gâteau ? Un cocktail à déguster sur la plage, perdu dans ses pensées.

    Si pour vous le paradis se rapproche de cette description, alors l'île d'Olkhon est un véritable petit paradis glacé. Glacé oui car la seule différence, et pas des moindres, est que le mercure indique 40 à 50°C en deçà des normes paradisiaques. À défaut d'être complètement perdue, l'île d'Olkhon est sur le lac Baïkal et la rive est visible, à quelques dizaines de kilomètres. Le silence ? Seulement troublé par les rares voitures lancées à vive allure sur le Baïkal gelé. Oui parce qu'à cette époque, en plein mois de janvier, la glace et ses dizaines de centimètres d'épaisseur permettent de randonner dessus et même de rouler, tant qu'on n'a pas peur des craquements indiquant que la glace ne résiste qu'à quelques centaines de kilos. La plage y est aussi, recouverte d'une fine couche de neige. Même le cocktail est là et il s'appelle la vodka, radicalement différente de celle trouvable en France et seul breuvage qu'on peut laisser dehors sans peur qu'il gèle ou explose. L'alcool a du bon.

    Mais reprenons depuis le début, comment avons nous atterri ici ?
    Arrivés à Irkoutsk le matin du 20 janvier, nous avons sauté dans un bus direction le Baïkal, pressés d'enfin voir la plus grande réserve d'eau douce au monde. 8h plus tard, le lac est sous nos pieds. Littéralement. Complétement gelé, l'immense étendue d'eau n'est traversable qu'à bord d'un aéroglisseur, astucieux mélange entre un bateau et une auto-tamponneuse. La traverse jusqu'à l'île d'Olkhon ne dure que quelques minutes mais est incroyablement grisante. Des drifts à faire pâlir d'envie les meilleurs snowboarders sur une glace translucide, propulsé par un immense ventilateur à au moins 70km/h : le pied total. Nous arrivons enfin sur l'île qui nous accueillera 6 jours durant, et plus spécifiquement dans sa plus grande ville : Khouzir.
    On se croirait dans un village de pêcheurs, perdu en montagne. Il y a aussi bien des cabanes vendant du poisson que des cheminées fumantes, des plages de sable recouvertes de neige, le lac à deux pas d'une forêt de sapins, une tente et des huskis, attendant tous le retour de l'été. Côté température, il y a celle indiquée par le thermomètre et celle ressentie, souvent séparées d'au moins 5°C. La météo indique -20°C ? Comptez -25°C, un collant, deux paires de chaussettes et le même nombre de gants.

    Pendant nos après-midis de libre, nous avons pu découvrir l'île plus en détails. Ses grandes rues enneigées, ses shops pour ne manquer de rien, son Sham(an) rock, ses touristes (on a croisé quelques groupes de chinois mais on ne peut leur en vouloir, on tombe en plein dans leur semaine de congés hivernaux)....
    L'île d'Olkhon possède une petite église orthodoxe, tenue par Sergueï (cet homme a donc décidé de ne jamais dormir). Posée au sommet d'une minuscule colline, on peut admirer le lac ainsi qu'un bateau complétement gelé et attendant la saison printanière pour pouvoir repartir. Ce n'est pas notre cas, le Transsibérien nous attend à Irkoutsk le soir du 24 janvier, dans quelques jours nous serons en Chine.
    Read more

  • Day21

    Baikalsee - Insel Olchon

    September 21, 2019 in Russia ⋅ ⛅ 13 °C

    Zu Beginn des Tages mussten wir erstmals die lange Fahrt zum Baikalsee auf uns nehmen. Nach 1,5 Stunden haben wir einen kurzen Stopp gemacht und uns einen russischen Snack namens Sosuska ( Wurst im Teigmantel) gegönnt. Dort haben wir witzigerweise auch ein Päarchen wieder getroffen, das wir bei der Free Walking Tour in Moskau getroffen hatten. Nach insgesamt 5 Stunden Fahrt sind wir dann in Chuschir angekommen. Ein Ort ohne asphaltierte Straßen, Plumpsklos und vielen Hunden die die ganze Zeit rumbellen. Nach Bezug der Unterkunft sind wir in die „Stadt“ und zum Strand mit Schamanenfelsen gelaufen. Dort haben wir uns mit Kathi getroffen, die wir in St. Petersburg bereits getroffen hatten.
    (Diese Geschichte hatten wir euch damals noch gar nicht geschrieben, daher nun jetzt. Auf dem Weg zum Katharinenpalast, hatten wir in der Metro ein Mädel gesehen, dass auch mit uns im Flugzeug saß. Nachdem sie dann auch an derselben Haltestelle ausgestiegen ist, haben wir sie angesprochen. Was für ein Zufall, zumal da alle 1-2 Minuten eine Metro fährt)
    Nach dem Sonnenuntergang sind wir dann in ein Restaurant mit sehr billigem, mittelmäßigem Essen und sehr langsamen Service gegangen.
    Read more

  • Day23

    Insel Olchon - Chuschir

    September 23, 2019 in Russia ⋅ ⛅ 12 °C

    Für den zweiten Tag auf der Insel haben wir uns gegen eine weitere Tour entschieden und sind lieber auf eigene Faust ein bisschen gewandert und haben am Strand entspannt. Dies war auch dringend mal notwendig und es gab auch noch einige Dinge zu planen für die Mongolei und China!
    In diesem Post auch noch zwei Bilder zum Vortag, an dem wir baden waren... 😊Read more

  • Day16

    Im Zug von Novosibirsk nach Irkutsk

    September 15, 2019 in Russia ⋅ ⛅ 8 °C

    Der Zweite Teil unserer Zugreise begann nicht sehr vielversprechend.
    Wir sind in unser Abteil gezogen, gefühlt war dieser Waggon noch älter als der Erste und auch viel enger.
    Wir hatten 2 Reisebegleiter, die wortkarg waren (und Käsefüße hatten).

    Da die Außentemperatur deutlich nach unten gegangen ist, dachter der Schaffner wohl, mach mal warm !
    Die Heizung lief auf Hochtouren, die Tür zum Abteil war Nachts geschlossen und 4 Erwachsene Menschen schwitzten fleißig auf ca 2,8 qm vor sich hin .
    Wir waren fix und fertig am nächsten Morgen.

    Zu unserer Überraschung gab es ein Frühstückspacket mit Brötchen, Wurst, einer kleinen Flasche Wasser und ein paar Keksen. Später kam noch ein Silberschälchen mit Reis und Hühnchen dazu !

    Nach dem Essen musste ich raus aus dem Abteil.... für mich war es unerträglich heiß und ungemütlich geworden, Walter hielt einen kleinen Verdauungsschlaf....
    auf dem Flur kam ich mit Hannah ins Gespräch.

    Sehr lebhaft mit und wenig Englisch beklagte sich über die Quallität des Waggongs und das schlechte Essen, ich sollte mit ihr kommen, sie hätte ein paar leckere echt russische Süßigkeiten für mich.
    Natürlich konnte ich der Versuchung nicht wiederstehen und ging 2 Türen weiter.
    Im Abteil waren Max 13 Jahre, Simon 7 Jahre und Hannahs Mann Evgeni.
    Als nach einiger Zeit Walter noch dazukam, wurde kurzentschlossen der selbstgebrannte Schnaps ( 2 Liter, die auch aufgetrunken wurden ) die Mettwurst, Gurken und Tomate aus der Tasche geholt.
    Im bestimmenden Ton (für unsere Ohren) musste Evgeni Gabeln suchen , Gläser waschen etc, wir kamen aus dem Lachen nicht mehr heraus. Er trug das Ganze mit einer stoischen Gelassenheit !

    Der Zug machte an jeder Milchkanne Halt, manchmal auch etwas länger, dass wir auf den Bahnsteig gehen konnten zum Luftholen.

    Die Kinder rannten herum, wir haben sie mit Süßkrams eingedeckt und der kleine Simon hatte schon bald einen Narren an uns gefressen.
    Es hagelte Küsschen und Umarmungen.

    Mit einmal machte Evgeni schlapp.... er wurde mit viel Gelächter und Hilfe ins obere Bett geschoben, blieb dort den Rest des Abends.... ja es war spät geworden !
    Walter saß mit einem glückseeligen Gesichtsausdruck neben Hannah und sagte nur : geil, ich habe einen Russen unter den Tisch getrunken".
    Als dann auch noch der Schaffner auftauchte, Aleksander, mit einem Körbchen Souveniers ...war es um Walter geschehen und er kaufte eine kleine Glocke für 500 Rubel.
    Bin vor Lachen fast von der Bank gefallen.
    So haben wir den 2 Teil unserer Zugfahrt doch noch richtig schön zu Ende gebracht.....
    Der Tag war kurzweilig und sehr lustig... es lebe die russische Gastfreundschaft und die vielen netten Menschen die wir bisher getroffen haben.
    Read more

  • Day44

    Enfin le Baïkal !

    May 11, 2019 in Russia ⋅ ⛅ 6 °C

    Arrivés à Irkouskt à 7h30. Après une nuit de transsibérien arrosée de vodka le réveil est embrumé. Un coup de café soluble et c'est parti pour une journée d'auto-stop direction le lac Baïkal.

    On commence devant un spot intéressant : un poste de police. Les voitures ralentissent automatiquement, rien de mieux. Et la chance nous sourit encore ! À peine 15 minutes d'attente et 2 conducteurs s'arrêtent. Le 3e est le bon. Et un sacré pilote : chaque dépassement nous coûte un litre de sueur.

    Sur la route sortant de nulle part, un rideau de grelons nous tombent dessus. Nous sommes les seuls surpris : "it's normal, it's Siberia !", nous explique notre conducteur en rigolant.

    Ochir rend visite à un ami à Oloy pour le féliciter de sa récente paternité. Finalement, il nous dépose 40 km plus loin que prévu, à Balayday, la jonction entre la route principale et celle de l'île. Coup d'oeil aux alentours, pas une vache à l'horizon. Côté voiture c'est pas mieux, on tente d'arrêter les rares qui osent s'aventurer (1 toutes les 10-15 minutes).

    Un van gris au style militaire, véhicule typique russe, approche doucement. Jackpot ! Un biélorusse, Victor, et son ami s'arretent. Ils ne vont pas loin, au prochain village à 10 km, mais c'est toujours ça de pris. Une fois en route, changement de programme : Victor nous invite chez lui avant de nous emmener jusqu'au Baikal ! Youhou on n'en espérait pas tant. L'hospitalité et la générosité des russes nous étonnent encore une fois. Sur la table de la cuisine un festin nous attend : blinis, confiture, gâteau a la crème, chocolat, pommes, thé, café, de quoi se régaler et reprendre des forces avant de repartir avec toute la famille.

    On a du mal à réaliser mais ça y est après 8680 km et 44 jours de voyage nous sommes enfin dans les forêts de Sibérie, et touchons du doigt le lac Baïkal. A chaque virage on tend le cou en espérant en apercevoir un bout, mais pas encore, il va falloir patienter un peu.

    Les paysages varient enfin, fini les bouleaux, place aux montagnes enneigées et aux steppes mongoles ! Une route indéfiniment droite mais toujours aucune trace du lac. On ne tient plus ! A croire qu'il serait timide ce Baïkal.

    Arrivés à l'embarquadère, l'impatience laisse place à une légère déception. Le lac a déjà dégelé et l'île d'okhlon semble assez commune au premier abord. Mais une fois débarqués, ce lieu magique tient toutes ses  promesses. On comprend mieux pourquoi Tesson s'y est exilé pendant 6 mois. Perçant le brouillard, les montagnes, baignées d'une lumière orangée, semblent émerger doucement d'une longue hibernation. Le lac s'étend majestueux, son tapis blanc morcelé annonçant son réveil.

    Koujir, le village principal de l'île est une ville fantôme. Seuls les chiens errants attestent d'une présence humaine. Notre guesthouse est également vide. Nina, notre logeuse d'origine bouriate nous éclaire : nous sommes entre deux saisons touristiques. Un peu dommage ce côté artificiel. Heureusement la beauté de l'île prend le pas sur ce détail et on a la chance d'éviter les cars de chinois ;).

    Le lendemain excursion au nord où la nature reprend ses droits. Au loin les montagnes, gardiennes de ce lieu sacré, flottent dans la brume. Olkhon est considérée comme le centre sacré du chamanisme. Les corps des chamans étaient autrefois brûlés sur le Shaman Rock. Les bouddhistes vénèrent aussi l'endroit, les centaines de tissus de prière multicolores en témoignent.

    Petit bonus : rencontre d'un couple d'allemands voyageant depuis 1 an et demi et d'un couple de français avec qui on passe une soirée à boire des bières russes et jouer au durak.
    Read more

  • Day55

    Bibbern im wilden Osten

    October 10, 2019 in Russia ⋅ ☁️ 0 °C

    Nach weiteren 3 Tagen mit Zug und Bus kommen wir über Irkutsk zur Insel Olchon im Baikalsee. Den geringen Abstand zum Festland überwinden wir mit einer Fähre auf die der Minibus fährt.
    Die Landschaft ist kahl und nur auf dem nördlichen Teil der Insel befinden sich Wälder.
    Die Insel ist ein Zentrum der schamanischen Kultur und soll ein Energie-Zentrum sein. Überall sieht man bunte Bänder an Pfählen und Bäumen.
    Uns erinnern die weite Landschaft und die breiten staubigen Straßen an den wilden Westen.
    Immer wieder begegnen wir scheinbar heerrenlosen Hunden. Sie sind zum Glück freundlich und mit der Zeit verlieren wir unsere Angst vor ihnen.
    Über dem riesigen See bilden sich immer neue Wolkenformationen und am Ufer ragen weiße Hügel auf, die nach Norden zu schneebedeckten Bergen werden.
    Auf der Insel wechseln schroffe Steilküsten und Sandstrände ab.
    Die Temperaturen sind echt sibirisch und wir besichtigen fest eingemummt den Schamanen Felsen.
    Es handelt sich um einen aus dem Baikalsee ragendenden Felsen direkt bei der Ortschaft Khuzhir, inder wir unsere Unterkunft haben.
    Mit einem unverwüstlich russischen Minibus besuchen wir an einem Tag zusammen mit anderen Touristen den bewaldeten Norden der Insel. Der Bus fährt über Pfade, die in Deutschland kaum Fußgängern gut genug wären und wir werden kräftig durchgerüttelt. Wir halten immer wieder an beeindruckenden Ausichtspunkten und steigen aus bis uns der eisige Wind zurück in den Bus treibt.
    Mittags bereitet uns der Fahrer ein hervorragendes Essen (Fischsuppe, Salat und Lebkuchen) zu, das wir in der endlich hervorgekommenen Sonne am Waldrand genießen. Ein zutraulicher Fuchs leistet uns Gesellschaft.
    Außer uns sind ein Russe und einige Chinesen in unserem Bus. Es sind aber trotz Nachsaison einige der grauen geländegängigen Busse unterwegs, die alle die gleiche Tour machen.
    Unseren letzten Tag auf der Insel verbringen wir mit Essen und einem ausgedehnten Spaziergang über die bewaldeten Hügel am Rande von Khuzhir.
    Nach 5 Tagen verlassen wir das rauhe weitläufige Eiland im Baikalsee in Richtung Irkutsk.
    Read more

You might also know this place by the following names:

Khuzhir, Khoujir, Мал.Хужир

Join us:

FindPenguins for iOS FindPenguins for Android

Sign up now